Mali, Délestage : La solution par les panneaux solaires

Les coupures intempestives d’électricité poussent nos compatriotes à aller vers cette source d’énergie propre et durable. En plus de pomper l’eau des forages pour remplir les châteaux, les panneaux solaires peuvent, aujourd’hui, être utilisés pour éclairer nos maisons, nos quartiers, voire nos villes

Par

Publié mercredi 22 novembre 2023 à 08:30
Mali, Délestage : La solution par les panneaux solaires

 Un champs solaire pour la production d’énergie propre

 

Les interminables coupures d’électricité ne font pas que des malheureux. En témoigne cette queue qui s’étire en ce jeudi après-midi du mois d’octobre au marché du Dabanani, devant la boutique d’électronique des frères Tangara. Dans cette longue file de clients exaspérés ou désespérés par les délestages intempestifs, se mêlent ceux venus se renseigner sur le prix des panneaux solaires et ceux prêts à en acheter. C’est la ruée vers les panneaux solaires qui font figure de solution-miracle, tout le monde souhaite désormais en installer chez lui, mais tout le monde n’a pas les moyens.

Derrière le comptoir de la boutique d’électronique des Tangara, Almamy, l’un des frères, est occupé à enregistrer une commande passée par un correspondant au téléphone. Mais il garde un œil attentif sur la foule de clients qui s’impatientent. «Hey toi ! Dépêche-toi de t’occuper de ce monsieur qui veut des renseignements», hurle-t-il à un commis qu’il juge nonchalant. Almamy hausse le ton mais ne s’énerve pas, ce rappel à l’ordre est son quotidien. Ce père de famille travaille, en effet, dans cette branche depuis plus de trente ans.

Dans son magasin où plusieurs commis l’assistent dans la vente, sont alignés des panneaux solaires de différentes capacités et de tous les formats (petits, moyens et grands). Question de pouvoir d’achat, les panneaux d’occasion et de casse, surnommés comme les automobiles «France au revoir», ont la cote. Mais il y a aussi des panneaux neufs. Un seul panneau, explique-t-il, peut faire fonctionner un appartement équipé de six ampoules, un ventilateur et une télé, à condition que le branchement soit en 12 volts (et non 220 volts comme EDM). Le commerçant confirme la préférence des clients pour les panneaux de seconde main qu’ils jugent paradoxalement plus fiables que les panneaux neufs importés de Chine au terme d’un long périple de plusieurs mois avant d’arriver à destination.

Depuis l’aggravation des coupures d’électricité, les acquisitions s’intensifient, reconnait notre interlocuteur. La boutique enregistre ainsi une moyenne quotidienne de 10 clients qui achètent des panneaux et au moins 4 clients quand les affaires ralentissent. Et ces acheteurs ne sont pas que des Bamakois, car l’enseigne est connue hors de la capitale. Des ressortissants de Yanfolila, Kolondiéba, Koumantou et autres localités  lancent ainsi des commandes et sont livrés.

Les besoins, les usages et, donc, l’équipement, diffèrent considérablement selon que l’on soit en ville ou à la campagne. L’habitant d’un village déboursera moins de 100.000 Fcfa pour une installation de 12 volts qui lui servira à éclairer sa maison et brancher de petits appareils électriques. à Bamako par contre, pour équiper en solaire une villa, la facture va grimper à 3 millions de Fcfa. En effet, pour remplacer les 50.000 à 60.000 Fcfa d’électricité fournit chaque mois par EDM-SA, l’habitant de la villa va devoir acheter 16 panneaux solaires, des batteries et un convertisseur de grande capacité pour s’alimenter en 220 volts nécessaires à ses appareils.

Almamy Tangara peut satisfaire ce large éventail de besoins avec des panneaux dont les capacités vont de 5 à 250 WT avec des prix s’échelonnant entre 8.000 et 45.000 Fcfa. La demande penche nettement vers les panneaux les plus puissants et les plus chers, car ils sont, en définitive, plus avantageux pour les clients en termes de rapport coût/rendement, souligne le vendeur.

 

DU SOLEIL EN TOUTE SAISON- Amadou Konaté est venu, au compte d’un de ses amis résidant à l’étranger, acheter des panneaux pour la nouvelle maison de ce dernier dont il supervisé le chantier. Habitant à Boulkassoumbougou, il s’y connait pour avoir installé des panneaux solaires dans sa famille depuis près de six mois. Lors des coupures, témoigne-t-il, l’alimentation électrique bascule automatiquement sur le solaire qui s’avère d’un secours précieux dans son quartier où le délestage débute à 6 heures du matin. Les panneaux prennent alors la relève, parfois jusqu’au soir. «Mon branchement prend tous les appareils dans ma famille, même le wifi ne s’éteint pas», rapporte-t-il avec satisfaction.

Pendant nos échanges, apparait Amara Doumbia. Ce chef de famille résidant à Sébénikoro, en Commune IV, semble décidé à s’équiper en solaire. Dans cette perspective, il est venu prendre des renseignements sur les modalités et les coûts. «J’en ai marre des coupures interminables. Je ne peux même pas bien dormir la nuit, car je ne supporte pas la chaleur.

Souvent, c’est au bureau que j’arrive à somnoler un peu», avoue-t-il. Néanmoins, « je trouve les prix très élevés par rapport à mon budget pour l’instant. Sinon, mieux vaut installer les panneaux solaires au lieu de subir des coupures interminables. On a plus de soleil au Mali que dans d’autres pays qui l’exploitent beaucoup. Je pense que c’est le bon moment pour nous de faire de même car le futur, c’est le solaire», poursuit Amara Doumbia. Lui s’en retourne pourtant sans avoir rien acheté, mais en promettant au vendeur de revenir très vite.

Les panneaux solaires gagnent du terrain, portés par les délestages mais plus encore par la nécessité, surtout dans les villages ou les banlieues éloignées qui ne bénéficient pas des services d’EDM-SA. Almamy Tangara note que cette catégorie de clients se concentre sur l’essentiel : «avec deux ou trois panneaux, ils sont souvent satisfaits contrairement aux Bamakois qui branchent plusieurs appareils électroniques dans leur maison».

Aly Fané se situe entre ces deux extrêmes. Le patriarche qui a récemment déménagé à Mamaribougou, à la périphérie de la Bamako, n’a pas mis longtemps à opter pour le solaire et se mettre à l’abri des aléas d’EDM-SA. Il a ainsi déboursé plus de 600.000 Fcfa pour quatre panneaux et trois batteries. Le solaire a aussi ses inconvénients, souligne-t-il, en notant le faible rendement des panneaux pendant l’hivernage quand le temps est couvert et les batteries mal rechargées, sans compter les coûts d’entretien des équipements solaires.

La solution est peut-être dans le mix adopté par des entreprises comme le site web «Sahelien.com» qui utilise des panneaux solaires pour se prémunir des coupures électriques. Le personnel du site travaille ainsi sans encombre durant la journée car les quatre panneaux tiennent jusqu’à 5 heures avant de s’épuiser. Chaka Keïta, journaliste au sein de l’entreprise, situe la faiblesse de l’installation dans la faible qualité des batteries qui ne stockent pas un maximum d’énergie.


Mais, insiste-t-il, le solaire dépanne énormément : «Les panneaux nous sauvent en réalité, car nous sommes un média en ligne, donc il faut qu’on soit constamment connecté et en mesure de produire à chaque instant alors que l’électricité peut rester coupée pendant 7 heures d’affilée». Pour venir en aide aux entreprises et leur fournir des installations solaires, la société Optimun Watt Peak Seven a vu le jour.


Ingénieur en électricité et concepteur de systèmes de panneaux solaires ou d’installations en photovoltaïque, Abdoulaye Sangaré dirige cette entreprise. Rencontré sur le site du projet pilote de la société Optimun Watt Peak Seven pour GKS Logistics, un vendredi soir de novembre, il explique que sa structure entend aider les entreprises à être autonomes en termes de production d’énergie et, ainsi, être indépendantes d’EDM-SA. Sur le site du GKS Logistics, son projet a implanté un champ solaire d’une soixantaine de panneaux d’une puissance de 29 KW.

Le système est censé couvrir 90% des besoins énergétiques annuels de GKS Logistics. Ce que confirme le responsable de cette entreprise, Nouhoum Samassékou, qui explique que les coupures incessantes qui perturbaient gravement leur travail, les ont conduits à envisager d’acquérir des installations solaires. Il a salué la réussite du projet piloté par Optimun Watt Peak Seven : «On travaille de 8 heures à 17 heures sur les panneaux solaires. Au cas où on n’a plus d’électricité solaire, le relais est pris par l’énergie électrique». Enthousiaste, il recommande à d’autres entreprises de s’équiper pour être alimentées tout en faisant des économies, car assure-t-il, «le futur, c’est le solaire».

Attractifs aujourd’hui pour l’électricité domestique, les panneaux solaires sont utilisés depuis longtemps pour pomper l’eau des forages et remplir les châteaux d’eau, notamment dans les quartiers périphériques où il n’y a ni eau courante, ni électricité. Au royaume des forages, on a connu l’époque des pompes à main ou à pied pour obtenir de l’eau. Aujourd’hui, les panneaux solaires ont pris la relève pour faire fonctionner les pompes, accroître les débits et satisfaire une demande qui ne faiblit pas si on en juge par les bousculades observées devant le domicile de propriétaires de forage qui offrent leur eau au voisinage.

Comme le fait aujourd’hui Kissima Diawara. Auparavant son château d’eau était branché uniquement sur EDM-SA et il ne pouvait donc se permettre de grever sa facture en faisant fonctionner sa pompe en continu. Depuis qu’il s’est converti au solaire, finis donc les soucis de factures et il peut fournir gratuitement de l’eau à ses voisins.

Nouhoum Samassékou professait un peu plus haut : «le futur, c’est le solaire». Kissima Diawara pourrait facilement ajouter : «le solaire, c’est le présent aussi».

Fadi CISSE

Lire aussi : #Mali : Agrishow : La plus grande foire d’agrobusiness du Brésil se tiendra du 27 avril au 6 mai

Le cabinet Sesame Sarl a informé le public malien notamment les opérateurs économiques de la tenue (du 27 avril au 6 mai 2024) de «Agrishow», la plus grande foire d’agrobusiness du Brésil. Il en a profité pour partager avec eux les opportunités d’échanges économiques et commerciaux pou.

Lire aussi : #Mali : Stations-service : Du carburant et une multitude de commerces

Les pompes à essence sont désormais des mini centres commerciaux où on offre des services diversifiés et appréciés par les clients.

Lire aussi : #Mali : Chambre de commerce et d’industrie du Mali : Volonté de centrer ses missions sur des investissements productifs

Les élus consulaires de la Chambre de commerce et d’industrie du Mali (Ccim) étaient réunis, hier au Parc des expositions, pour leur session ordinaire 2024 (mandature 2020-2025)..

Lire aussi : #Mali : Marché Dabanani : Une trentaine de magasins partie en fumée

Un énième incendie dévastateur a consumé hier, la majeure partie du marché «Dabanani», en Commune II du District de Bamako. C’est tard dans la nuit de mardi à mercredi que les premières fumées ont été aperçues..

Lire aussi : #Mali : Après l’incendie du marché de Gao : Comment faire face aux défis de l’approvisionnement ?

L’incendie du Grand marché de légumes et céréales de Gao, survenu le 7 février dernier, a des impacts sur l’approvisionnement normal de la ville. En réponse à cette préoccupation des habitants de la Cité des Askia, le ministre de l’Industrie et du Commerce, Moussa Alassane Diallo, a r.

Lire aussi : #Mali : Carte de presse : Cinq confrères reçoivent leur document des mains du ministre chargé de la communication

Le ministre de la Communication, de l’Économie numérique et de la Modernisation de l’Administration, Alhamdou Ag Ilyène, a procédé, hier dans la salle de conférence de son département, à la remise symbolique de la carte de presse à cinq hommes de médias..

Les articles de l'auteur

#Mali : Agrishow : La plus grande foire d’agrobusiness du Brésil se tiendra du 27 avril au 6 mai

Le cabinet Sesame Sarl a informé le public malien notamment les opérateurs économiques de la tenue (du 27 avril au 6 mai 2024) de «Agrishow», la plus grande foire d’agrobusiness du Brésil. Il en a profité pour partager avec eux les opportunités d’échanges économiques et commerciaux pouvant exister entre le Mali et cette puissance agro-industrielle..

Par Fadi CISSE


Publié lundi 26 février 2024 à 08:02

#Mali : Stations-service : Du carburant et une multitude de commerces

Les pompes à essence sont désormais des mini centres commerciaux où on offre des services diversifiés et appréciés par les clients.

Par Fadi CISSE


Publié mercredi 21 février 2024 à 08:09

#Mali : Chambre de commerce et d’industrie du Mali : Volonté de centrer ses missions sur des investissements productifs

Les élus consulaires de la Chambre de commerce et d’industrie du Mali (Ccim) étaient réunis, hier au Parc des expositions, pour leur session ordinaire 2024 (mandature 2020-2025)..

Par Fadi CISSE


Publié mardi 20 février 2024 à 08:46

#Mali : Marché Dabanani : Une trentaine de magasins partie en fumée

Un énième incendie dévastateur a consumé hier, la majeure partie du marché «Dabanani», en Commune II du District de Bamako. C’est tard dans la nuit de mardi à mercredi que les premières fumées ont été aperçues..

Par Fadi CISSE


Publié jeudi 15 février 2024 à 09:03

#Mali : Après l’incendie du marché de Gao : Comment faire face aux défis de l’approvisionnement ?

L’incendie du Grand marché de légumes et céréales de Gao, survenu le 7 février dernier, a des impacts sur l’approvisionnement normal de la ville. En réponse à cette préoccupation des habitants de la Cité des Askia, le ministre de l’Industrie et du Commerce, Moussa Alassane Diallo, a rencontré lundi dernier, les membres de la Chambre de commerce et d’industrie du Mali (CCIM)..

Par Fadi CISSE


Publié mercredi 14 février 2024 à 08:36

#Mali : Carte de presse : Cinq confrères reçoivent leur document des mains du ministre chargé de la communication

Le ministre de la Communication, de l’Économie numérique et de la Modernisation de l’Administration, Alhamdou Ag Ilyène, a procédé, hier dans la salle de conférence de son département, à la remise symbolique de la carte de presse à cinq hommes de médias..

Par Fadi CISSE


Publié mercredi 07 février 2024 à 09:50

#Mali : Transparence des industries extractives : Les membres du Haut conseil des collectivités territoriales édifiés sur le secteur minier

L’Initiative pour la transparence des industries extractives Mali (Itie-Mali) a partagé hier, avec le Haut conseil des collectivités territoriales, les éléments recensés sur la transparence dans les industries extractive au titre des années 2020 et 2021. C’était dans les locaux de cette institution..

Par Fadi CISSE


Publié jeudi 01 février 2024 à 07:57

L’espace des contributions est réservé aux abonnés.
Abonnez-vous pour accéder à cet espace d’échange et contribuer à la discussion.
S’abonner