#Mali: Promotion des langues nationales : L’Immense contribution de Dr N’Do Cissé

Ce professeur d’enseignement supérieur à la retraite œuvre depuis des lustres pour la promotion de nos langues nationales. Le pédagogue a conçu une nouvelle méthode d’apprentissage de la lecture et de l’écriture de ces langues intitulée : «Doclee»

Publié lundi 10 juin 2024 à 07:18
#Mali: Promotion des langues nationales : L’Immense contribution de Dr N’Do Cissé


Connaissez vous Dr N’do Cissé ? Ce nom dit très peu de chose certainement au citoyen lambda. Pourtant, il est porté par un ancien visage du combat pour la promotion des langues nationales. Il s’intéresse de près à tout ce qui se rapporte à la thématique et passe pour un expert des langues nationales qui ont une importance de plus en plus croissante. Si l’on s’en réfère à la nouvelle Constitution qui stipule qu’elles seront désormais des langues officielles dans notre pays.

Cette nouvelle donne nous pousse à nous intéresser à nos compatriotes qui œuvrent depuis des lustres pour la promotion des langues nationales. Dr N’do Cissé, un professeur d’enseignement supérieur qui a fait valoir ses droits à la retraite depuis 8 ans, est auteur de plusieurs livres pour l’apprentissage de la lecture et l’écriture dans les langues nationales.

Depuis 2016, il s’est investi dans la production des syllabaires des langues nationales. C’est dans cet esprit qu’il a conçu la méthode «Doclee» qui signifie : Donner les langues à tout le monde (Do) et Centre de langue et d’équité en éducation (Clee). Le docteur en sciences de l’éducation a élaboré 51 brochures destinées à la lecture dans neuf langues nationales.

Ces documents, a-t-il précisé, ont été envoyés au ministère de l’Éducation nationale à l’attention des apprenants pour leur faciliter la lecture et l’écriture. L’ancien chef de département science du langage à la Faculté des lettres, des langues et des sciences du langage (FLSL) tire son immense expérience de sa riche carrière dans les Organisations non gouvernementales (ONG). Il a élaboré avec l’Américaine Barbara Garner de l’ONG World education international (Wedi), le programme d’alphabétisation dénommé : «Samogoya». 

Selon lui, il s’agit d’habituer les gens à pouvoir interpréter une image, savoir le problème posé au niveau de celle-ci et trouver la solution à la problématique. Le linguiste affirme que le programme a été reconnu par l’Organisation des Nations unies pour l’éducation, la science et la culture (Unesco) comme une nouvelle méthode d’alphabétisation.

 

MÉTHODE DOCLEE- En plus de cela, Dr N’do Cissé a développé un programme d’alphabétisation spécial pour les personnes non lettrées dans la mine d’or de Nampala, gérée par un Suisse à l’époque. Il a également à son actif la conception du programme «Alpha active»  pour un groupe de femmes à Ouélessébougou dans la  Région de Koulikoro, bénéficiaires du projet de microfinance «Tèguèrèni».

Il est financé par la Fondation Stromme dans l’objectif de rendre les femmes actives en termes d’épargne et de solidarité entre elles.

Avec la somme de ces expériences, le linguiste est persuadé que notre pays doit adopter un programme d’alphabétisation qui peut s’appliquer à toutes les langues nationales. Il déplore l’application des programmes d’alphabétisation financés par des ONG et destinés à deux ou trois villages. Pour lui, il faut aller vers un programme national ou régional. C’est ce que l’ancien chef de division recherches linguistiques et pédagogiques de la Direction nationale de l’alphabétisation fonctionnelle et de la linguistique appliquée (Dnafla) tente de promouvoir avec sa méthode Doclee. Les portes de cette structure lui ont été ouvertes lorsqu’il travaillait sur sa langue maternelle à savoir le senoufo.

En cette période où des détracteurs de l’alphabet latin proposent d’autres systèmes d’écriture pour l’apprentissage de nos langues nationales, notamment le N’ko, l’enseignant à la retraite déclare qu’on doit maintenir cet alphabet que le pays utilise pour l’apprentissage de nos langues nationales. «Ce n’est pas après 60 ans qu’on va créer un autre alphabet qui va dans le sens contraire de l’alphabet qu’on utilise», répond l’enseignant de la FLSL à la retraite.

Parlant de l’initiative des autorités à promouvoir les langues nationales, Dr N’do Cissé affirme qu’il faut exploiter la chance d’avoir des autorités conscientes des valeurs de nos langues nationales. Ainsi, il propose la conscientisation des cadres du pays dont un grand nombre n’ont pas un discours franc par rapport à la promotion de nos langues.

En plus de ces travaux sur l’alphabétisation, cet ancien professeur d’enseignement supérieur a rédigé plusieurs livres (contes et nouvelles) bilingues (langues nationales et français). L’ancien professeur des lettres du Lycée Dougoukolo Konaré de Kayes est également auteur de plusieurs romans. Le dernier intitulé : «Deux zouaves» date de janvier 2023. Il a aussi publié à l’Harmattan en France «Les rites initiatiques chez les senoufos du sud Mali» en 2005. À ces œuvres, s’ajoutent deux romans publiés en ligne.

L’apport du Dr N’Do Cissé dans la promotion des langues est considérable, affirme le Recteur de l’ULSHB, Pr Idrissa Soïba Traoré. Leur collaboration riche en enseignement et orientation a débuté en 2005 à la FLSL. À travers des images, un génie imaginatif, «le linguiste chevronné», explique l’universitaire, montre en grand pédagogue comment apprendre à lire, à calculer en bamanankan et senoufo. Il poursuit que Dr Cissé a souvent mis les étudiants en pratique en leur faisant jouer une adaptation en bamanankan du texte de Seydou Badian : «Sous l’orage». Selon le patron de L’ULSHB, Dr N’do Cissé apparaît aussi comme un didacticien avisé qui adapte le contenu des savoirs, qui affine ses recherches à la dimension des apprenants.

Mohamed DIAWARA

Lire aussi : #Mali : Examen du #Brevet de technicien en santé : Une meilleure organisation

Les épreuves écrites de l’examen du Brevet de technicien (BT) en santé se poursuivent dans les 17 académies d’enseignement du pays. Bamako compte six centres d’examen. Notre équipe de reportage a fait, hier, le tour de quelques centres pour apprécier le déroulement de cet examen. Les .

Lire aussi : #Mali : Examen du Brevet de technicien en santé : 8.565 candidats inscrits

Cet examen se déroule dans 17 académies d’enseignement. Les postulants concourent dans les filières santé maternelle et infantile, laboratoire et pharmacie, ainsi que santé publique.

Lire aussi : #Mali : Assaïta Sall : La promesse du meilleur pour l’agroéconomie

Pour un coup d’essai, ce fut un coup de maître. Ainsi, on pourrait qualifier la réussite exceptionnelle de la première expérience de la fondatrice de la start-up «Kodol», Assaïta Sall, à la Semaine du numérique..

Lire aussi : #Mali : Système de santé inclusif : La banque mondiale renforce la résilience

La Banque mondiale a approuvé un crédit de l’Association internationale de développement (IDA) d’un montant de 100 millions de dollars, environ un peu plus de 61 milliards de Fcfa..

Lire aussi : #Mali : La Journée panafricaine des femmes célébrée le 31 juillet prochain

«Des institutrices d’hier aux enseignantes d’aujourd’hui : les femmes à l’avant-garde de la refondation à travers l’Éducation », c’est le thème retenu pour l’édition 2024 de la Journée panafricaine des femmes..

Lire aussi : #Mali : Examen du baccalauréat : Beaucoup de changements depuis son adoption

Les examens de l’éducation ont démarré depuis quelques semaines. Celui du baccalauréat prend fin aujourd’hui. Notre équipe de reportage s’est intéressée à l’historique de cet examen qui retient le plus l’attention de nos concitoyens comme le soulignait récemment le Centre national.

Les articles de l'auteur

#Mali : Examen du #Brevet de technicien en santé : Une meilleure organisation

Les épreuves écrites de l’examen du Brevet de technicien (BT) en santé se poursuivent dans les 17 académies d’enseignement du pays. Bamako compte six centres d’examen. Notre équipe de reportage a fait, hier, le tour de quelques centres pour apprécier le déroulement de cet examen. Les candidats sont évalués en santé maternelle et infantile (SMI), laboratoire et pharmacie (LP) et santé publique (SP)..

Par Mohamed DIAWARA


Publié mardi 09 juillet 2024 à 18:21

#Mali : Examen du Brevet de technicien en santé : 8.565 candidats inscrits

Cet examen se déroule dans 17 académies d’enseignement. Les postulants concourent dans les filières santé maternelle et infantile, laboratoire et pharmacie, ainsi que santé publique.

Par Mohamed DIAWARA


Publié mardi 09 juillet 2024 à 10:09

#Mali : Assaïta Sall : La promesse du meilleur pour l’agroéconomie

Pour un coup d’essai, ce fut un coup de maître. Ainsi, on pourrait qualifier la réussite exceptionnelle de la première expérience de la fondatrice de la start-up «Kodol», Assaïta Sall, à la Semaine du numérique..

Par Mohamed DIAWARA


Publié jeudi 04 juillet 2024 à 16:54

#Mali : Système de santé inclusif : La banque mondiale renforce la résilience

La Banque mondiale a approuvé un crédit de l’Association internationale de développement (IDA) d’un montant de 100 millions de dollars, environ un peu plus de 61 milliards de Fcfa..

Par Mohamed DIAWARA


Publié mardi 02 juillet 2024 à 17:02

#Mali : La Journée panafricaine des femmes célébrée le 31 juillet prochain

«Des institutrices d’hier aux enseignantes d’aujourd’hui : les femmes à l’avant-garde de la refondation à travers l’Éducation », c’est le thème retenu pour l’édition 2024 de la Journée panafricaine des femmes..

Par Mohamed DIAWARA


Publié jeudi 27 juin 2024 à 13:52

#Mali : Examen du baccalauréat : Beaucoup de changements depuis son adoption

Les examens de l’éducation ont démarré depuis quelques semaines. Celui du baccalauréat prend fin aujourd’hui. Notre équipe de reportage s’est intéressée à l’historique de cet examen qui retient le plus l’attention de nos concitoyens comme le soulignait récemment le Centre national des examens et concours de l’éducation (CNECE) dans une note adressée aux directeurs des Académies d’enseignement..

Par Mohamed DIAWARA


Publié mercredi 26 juin 2024 à 16:23

#Mali: Examen du Baccalauréat : Pas d’incident majeur

Dans les différents centres d’examen à Bamako règnent le calme et la sérénité. Tout se passe bien, même si par endroits certains élèves avaient tenté de tromper la vigilance des surveillants qui veillent au grain.

Par Mohamed DIAWARA


Publié mardi 25 juin 2024 à 18:10

L’espace des contributions est réservé aux abonnés.
Abonnez-vous pour accéder à cet espace d’échange et contribuer à la discussion.
S’abonner