Normalisation et promotion de la qualité : Le taux global de réalisation des indicateurs est satisfaisant

Le ministre de l’Industrie et du Commerce, Moussa Alassane Diallo, a présidé, mardi dernier la cérémonie d’ouverture de la 11è session du Conseil d’administration de l’Agence malienne de normalisation et de promotion de la qualité (Amanorm).

Par

Publié mercredi 25 octobre 2023 à 08:26
Normalisation et promotion de la qualité : Le taux global de réalisation des indicateurs est satisfaisant

Le taux global de réalisation des indicateurs est de 52%

 

 Le projet de budget 2023, visé par le contrôleur financier et soumis à l’appréciation pour adoption, est équilibré en recettes et en dépenses à la somme de 328,54 millions de Fcfa. Ce montant est constitué par la subvention de l’État pour un montant de 183,502 millions de Fcfa, soit 55,85% et les ressources propres de l’Agence estimées à 145,043 millions de Fcfa, soit 44,15%.

Selon le ministre Moussa Alassane Diallo, l’exercice 2022 s’est déroulé dans un contexte difficile pour l’Amanorm à l’image des trois derniers exercices budgétaires. «Il a été principalement marqué par les répercussions négatives liées aux contextes sécuritaire et socioéconomique que connait notre pays, ainsi que les impacts de la gestion budgétaire de l’État», a-t-il développé. Avant de signaler que nonobstant ces difficultés, le taux global de réalisation des indicateurs, estimé à 52%, peut être amélioré de même que les niveaux d’exécution des activités programmées.

Le ministre a souligné que l’Amanorm a déployé d’importants efforts pour réaliser de nombreuses activités non initialement prévues dans son programme annuel d’activités, grâce aux économies réalisées sur les ressources propres générées ainsi qu’avec l’appui de ses partenaires techniques et financiers. «Au titre des ressources publiques, les arbitrages opérés ont sérieusement impacté le niveau d’exécution des activités opérationnelles de l’Agence, précisément celles qui lui permettent de réaliser ses attributions régaliennes de normalisation, de certification, de promotion de l’accréditation et de la qualité.

Au titre de la mobilisation de ses ressources propres, le contexte de conjoncture économique que traverse notre pays depuis quelques années a été une contrainte majeure pour de nombreuses entreprises cibles de l’Agence qui n’ont pas pu requérir ses services et signer des contrats de prestation de services», a fait savoir Moussa Alassane Diallo.

Le ministre Diallo a aussi estimé que ces situations ont impacté de manière négative le taux global d’exécution du Programme annuel d’activités 2022 de l’Agence. «Je souhaite que vos propositions prennent en charge les difficultés majeures qui constituent un handicap pour le développement de l’infrastructure nationale de la qualité, notamment dans les segments relatifs à la normalisation, l’accréditation, la certification et la promotion de la qualité», a-t-il exhorté.

Avant de noter que les orientations définies, ainsi que les ressources qui seront mobilisées, vont améliorer de manière significative la contribution de l’Amanorm à l’amélioration de la compétitivité des entreprises nationales. Il faut rappeler que l’Agence malienne de normalisation et de promotion de la qualité est un organisme national dont la mission est d’assurer la mise en œuvre de la Politique nationale en matière de normalisation et de promotion de la qualité. Elle est chargée, entre autres, de responsabiliser, de coordonner les actions de développement de l’infrastructure nationale de la qualité (INQ) et d’en assurer le suivi et l’évaluation.

Anta CISSÉ

Lire aussi : #Mali : Agetic : Le «.ml» rapatrié après 10 ans d’externalisation

L’Agence prévoit, au titre de 2024, la consolidation du réseau intranet de l’administration et son extension aux nouvelles régions administratives du pays.

Lire aussi : #Mali : Consommation de viande et de poisson : Du formol dans nos assiettes ?

Des indices trahissent l’utilisation de cet agent toxique par des vendeurs de produits de consommation sur nos marchés. Le danger est réel car l’ingestion du formol peut provoquer des étourdissements, des ulcères, des maladies cardiaques, des maladies de la peau, des insuffisances pulmonaire.

Lire aussi : #Mali : Secteur agroalimentaire : Le CDA joue sa partition, malgré les difficultés

Le Centre pour le développement du secteur agroalimentaire (CDA) a tenu, hier dans les locaux du ministère de l’Industrie et du Commerce, la 5è session de son conseil d’administration. Les travaux étaient présidés par le secrétaire général de ce ministère, Adama Yoro Diakité, en prés.

Lire aussi : #Mali : Anadeb : Le défi de la satisfaction des besoins énergétiques

L’Agence nationale de développement des biocarburants (Anadeb) a tenu, hier dans un hôtel à Bamako, la 18è session de son conseil d’administration. La cérémonie d’ouverture était présidée par le président du conseil d’administration de l’Anadeb, Guichma Ag Kakaily, en présence d.

Lire aussi : #Mali : Laboratoire Central Vétérinaire : Le budget 2024 chiffré à plus de 3 milliards de FCFA

Le Laboratoire central vétérinaire (LCV) a tenu, hier dans ses locaux, la 39è session de son conseil d’administration. La cérémonie d’ouverture était présidée par le secrétaire général du ministère de l’Élevage et de la Pêche, Madi Maténé Keïta, en présence du directeur gén.

Lire aussi : #Mali : Cérémonies festives: La tendance de la personnalisation des services

Bouteilles de boissons, sachets d’eau, couverts, t-shirts, sacs à main, verres portent des messages spéciaux qui sont des souvenirs mémorables pour les invités.

Les articles de l'auteur

#Mali : Agetic : Le «.ml» rapatrié après 10 ans d’externalisation

L’Agence prévoit, au titre de 2024, la consolidation du réseau intranet de l’administration et son extension aux nouvelles régions administratives du pays.

Par Anta CISSÉ


Publié vendredi 23 février 2024 à 08:13

#Mali : Consommation de viande et de poisson : Du formol dans nos assiettes ?

Des indices trahissent l’utilisation de cet agent toxique par des vendeurs de produits de consommation sur nos marchés. Le danger est réel car l’ingestion du formol peut provoquer des étourdissements, des ulcères, des maladies cardiaques, des maladies de la peau, des insuffisances pulmonaires ou rénales.

Par Anta CISSÉ


Publié jeudi 22 février 2024 à 09:10

#Mali : Secteur agroalimentaire : Le CDA joue sa partition, malgré les difficultés

Le Centre pour le développement du secteur agroalimentaire (CDA) a tenu, hier dans les locaux du ministère de l’Industrie et du Commerce, la 5è session de son conseil d’administration. Les travaux étaient présidés par le secrétaire général de ce ministère, Adama Yoro Diakité, en présence du directeur général adjoint du CDA, Youssoufi Alassane Cissé..

Par Anta CISSÉ


Publié vendredi 16 février 2024 à 09:37

#Mali : Anadeb : Le défi de la satisfaction des besoins énergétiques

L’Agence nationale de développement des biocarburants (Anadeb) a tenu, hier dans un hôtel à Bamako, la 18è session de son conseil d’administration. La cérémonie d’ouverture était présidée par le président du conseil d’administration de l’Anadeb, Guichma Ag Kakaily, en présence du directeur général de l’Agence, Abdoulaye Kaya..

Par Anta CISSÉ


Publié mercredi 31 janvier 2024 à 09:21

#Mali : Laboratoire Central Vétérinaire : Le budget 2024 chiffré à plus de 3 milliards de FCFA

Le Laboratoire central vétérinaire (LCV) a tenu, hier dans ses locaux, la 39è session de son conseil d’administration. La cérémonie d’ouverture était présidée par le secrétaire général du ministère de l’Élevage et de la Pêche, Madi Maténé Keïta, en présence du directeur général du LCV, Boubacar dit Aladjogo Maiga..

Par Anta CISSÉ


Publié vendredi 19 janvier 2024 à 08:28

#Mali : Cérémonies festives: La tendance de la personnalisation des services

Bouteilles de boissons, sachets d’eau, couverts, t-shirts, sacs à main, verres portent des messages spéciaux qui sont des souvenirs mémorables pour les invités.

Par Anta CISSÉ


Publié jeudi 18 janvier 2024 à 08:23

#Mali : Projet inclusif : Le temps de capitalisation des résultats

La 10è session du Comité national de pilotage de financement inclusif des filières agricoles au Mali, élargi au Programme conjoint Sahel en réponse aux défis Covid-19, conflits et changements climatiques (SD-3C), s’est tenue, hier au ministère de l’Industrie et du Commerce..

Par Anta CISSÉ


Publié jeudi 11 janvier 2024 à 08:03

L’espace des contributions est réservé aux abonnés.
Abonnez-vous pour accéder à cet espace d’échange et contribuer à la discussion.
S’abonner