#Mali : Dialogue inter-Maliens : La phase ultime pour le retour de la paix

Le processus qui entame sa phase nationale est une opportunité pour les Maliens de discuter de leurs préoccupations et de proposer des solutions de sortie de crise. Le Dialogue inter-Maliens doit in fine permettre de recoudre le tissu social, renforcer le vivre-ensemble et d’instaurer une paix durable

Publié mardi 07 mai 2024 à 07:00
#Mali : Dialogue inter-Maliens : La phase ultime pour le retour de la paix

 La cérémonie a enregistré la présence du Premier ministre, Choguel Kokalla Maïga, du président du CNT, le colonel Malick Diaw, des présidents des institutions, du corps diplomatique, des autorités administratives

 

 

Le président de la Transition, le colonel Assimi Goïta, a présidé, hier au Centre international de conférences de Bamako (CICB), la cérémonie d’ouverture de la phase nationale du Dialogue inter-Maliens pour la paix et la réconciliation. Il s’agit de l’ultime étape d’affinement et de synthèse des solutions proposées par nos compatriotes aux niveaux communal, régional, mais aussi des ambassades et consulats.

La cérémonie a débuté par la présentation d’une symphonie pour la paix, jouée par une trentaine d’artistes et parcourant quinze aires musicales et culturelles du pays.

Dans son intervention, le maire de la Commune III, Mme Djiré Mariam Diallo, a salué le chef de l’État pour avoir pris l’initiative d’aller à l’écoute de son peuple. Au vu des résultats encourageants obtenus lors des précédentes phases du dialogue, elle dira que l’espoir est permis. L’édile s’est dite sûre que des débats fraternels et sincères sortiront des recommandations réalistes et pertinentes en vue de permettre au pays de retrouver la paix tant rêvée.

Enfin, elle a réitéré l’engagement des populations de sa circonscription à soutenir les efforts du chef de l’État pour la vraie paix dans notre pays.  Pour sa part, le président du Comité de pilotage du Dialogue iter Maliens a indiqué que depuis plus d’une décennie, la vie du Malien est suspendue à une interrogation récurrente à savoir «de quoi sera fait demain ?». Selon Ousmane Issoufi Maïga, cette question se nourrit de la crise multidimensionnelle que le pays traverse, faite de tension socio-politique permanente, d’attaques armées contre des civils et les militaires, de la barbarie terroriste devenue une hydre dans le Sahel, de la gouvernance institutionnelle fragilisée, des difficultés économiques tous azimuts et de la vacuité de plus en plus remarquable du panier de la ménagère.

Il dira que la somme de tout cela se déteint inexorablement sur notre sécurité, notre cohésion sociale et sur la paix dans notre pays. Pour lui, ces instants de vie alternent entre espoir et angoisse chez nos compatriotes qui voient très vite la joie du jour changer en crainte le lendemain. Fort heureusement, il soutient que des résultats édifiants sont venus les apaiser et réinstaller l’espoir. Et Ousmane Issoufi Maïga d’évoquer le retour des Forces armées et de sécurité ainsi que de l’administration dans la Région de Kidal qui a donné la preuve à la nation entière que la patience et la résilience sont les deux battants de la porte du possible.

L’ancien Premier ministre a rappelé que l’objectif général du dialogue est de contribuer à la restauration de la paix et la cohésion sociale à travers une réconciliation durable sans interférence étrangère. La finalité étant de permettre au peuple malien de renouer avec les mécanismes endogènes de prévention, de règlement et de gestion des conflits en vue de trouver des solutions consensuelles aux problèmes qui assaillent le Mali.

 

INCLUSIVITÉ- Comme instruit par le chef de l’État, il a soutenu que le Comité de pilotage tout au long du processus a usé de tous les moyens mis à sa disposition et de tous les mécanismes et stratégies endogènes pour faire de cette initiative présidentielle, un processus inclusif. D’après lui, l’inclusivié s’est intensifiée à travers la campagne d’information et d’échange menée à l’endroit des Institutions de la République, des familles des anciens chefs d’État, des anciens Premiers ministres, des forces vives de la Nation, des universités, grandes écoles et instituts. Ousmane Issoufi Maïga a précisé que nos compatriotes ont participé massivement et souvent au-delà des quotas fixés à ce dialogue dans 763 communes dont 69 délocalisées pour des raisons diverses, dans les 19 régions et le District de Bamako, dans 48 ambassades et consulats sans incident.

Dans son discours d’ouverture, le président de la Transition a indiqué que des semaines durant, les Maliens se sont retrouvés dans les phases communale, régionale et au niveau de nos représentations diplomatiques et consulaires. À tous ces niveaux, dira le colonel Assimi Goïta, nos compatriotes n’avaient qu’une seule préoccupation : se parler en toute franchise et proposer des solutions pour sortir définitivement de la crise, recoudre le tissu social et renforcer le vivre-ensemble.

Pour lui, «le Mali, considéré jadis comme un pays paisible et tranquille, s’est retrouvé depuis quelques années dans une situation conflictuelle complexe sur laquelle nous n’avions aucune emprise». «Nous avions été réduits à être des observateurs du martyre de notre peuple, pour des raisons économiques et géostratégiques auxquelles nous étions totalement étrangers. Nos Forces de défense et de sécurité, auxquelles on avait enlevé toute capacité offensive, ne pouvaient nullement assumer leur mission régalienne de protection du territoire, des populations et de leurs biens», déplorera le chef de l’État. Dans ces conditions, le président de la Transition dira que les contradictions habituelles entre nos populations, inhérentes à la vie socioéconomique, ont été exacerbées au point de se transformer en conflits meurtriers sur fond de complicités internes et d’instigation extérieure.


«Ces conflits, de diverses natures, se sont ainsi entremêlés pour faire de notre pays une terre constamment endeuillée. Les solutions préconisées par la communauté internationale ont plutôt contribué à élargir les zones de tension pour toucher une grande partie du territoire», a déploré le colonel Assimi Goïta, qui a soutenu qu’il est apparu que les mesures prises dans le cadre de la lutte contre le terrorisme et pour assurer l’unité nationale répondaient à un agenda contraire aux intérêts du peuple malien. C’est ainsi que, dans un sursaut de dignité, le peuple malien a décidé de reprendre son destin en main et de reconquérir l’ensemble de son territoire, a fait savoir le président Goïta, pour qui la reprise de Kidal et des autres villes des régions du Nord a été une illustration parfaite de ce nouvel état d’esprit.

À sa demande, le Comité de pilotage devait tout mettre en œuvre pour rendre le processus le plus inclusif possible. Le président Goïta s’est réjoui de constater que la méthode imprimée à ce dialogue par le comité a obéi aux exigences liées à ses enjeux, à savoir la paix durable, l’apaisement des cœurs et la mise en place des bases d’un développement dont les fruits devraient être profitables à tous les Maliens. «Je suis convaincu que l’esprit de franchise et de patriotisme qui a prévalu au cours des phases précédentes sera de mise durant la présente», a indiqué le chef de l’État, qui a exhorté à renforcer cette posture afin que les synthèses des débats des différents niveaux puissent refléter les avis, préoccupations et recommandations formulés par les Maliens.

On notait présence à la cérémonie du Premier ministre, Choguel Kokalla Maïga, du président du Conseil national de Transition (CNT), le colonel Malick Diaw, des présidents des institutions, des membres du gouvernement, du corps diplomatique, des autorités administratives, politiques, traditionnelles et religieuses ainsi que les gouverneurs des différentes régions du Mali. La phase nationale regroupe les membres du Comité de pilotage, les délégués venus des régions, du District de Bamako, des pays d’accueil des Maliens établis à l’extérieur, des universités, des institutions de la République, de l’ensemble des forces vives. Les participants passeront en revue les conclusions et recommandations issues des phases précédentes du dialogue.

Dieudonné DIAMA

Lire aussi : #Mali : Gouvernance : Le CNT autorise le gouvernement à prendre certaines mesures par ordonnances

Après l’adoption du projet de loi autorisant la ratification de l’accord sur la coopération militaire et technique signé à Moscou le 25 mars 2003 entre les gouvernements du Mali et de la Fédération de Russie, le dernier acte de cette dernière séance plénière de la session ordinaire d.

Lire aussi : #Mali : Accord de coopération militaire et technique Mali-Russie : Le CNT approuve

Cet accord signé depuis le 25 mars 2003 n’avait pas encore été ratifié à cause de la pression exercée par des puissances étrangères qui jouissaient d’une réelle tutelle sur le Mali.

Lire aussi : #Mali : Conseil national de Transition : Débat d’orientation budgétaire, dans la bonne tradition

La commission des finances, de l’économie, du plan, de la promotion du secteur privé et des industries du Conseil national de Transition (CNT), en partenariat avec le ministère de l’Économie et des Finances, a organisé le vendredi dernier, le débat d’orientation budgétaire sur le docume.

Lire aussi : #Mali : Loi de finances rectificative 2024 : Le quitus du CNT

Les membres du Conseil national de Transition (CNT) ont adopté hier, le projet de loi portant modification de la loi n°2023-060 du 22 décembre 2023 portant loi des finances pour l’exercice 2024. C’était sous la présidence du président de l’organe législatif, le colonel Malick Diaw, en p.

Lire aussi : #Mali: Création d’associations au Mali : La formalité administrative d’autorisation et de déclaration préalable rendue obligatoire

Les membres du Conseil national de Transition ont donné leur quitus au texte ainsi qu’à trois autres projets de loi. La réforme et l’amélioration de la gouvernance des associations font partie des recommandations du Dialogue inter-Maliens. L’objectif étant la préservation de l’ordre pu.

Lire aussi : #Mali : Promotion des droits de la femme : Haïdara Aïchata Alassane Cissé reçoit la plus grande distinction de AWLN International

Le Réseau des femmes leaders africaines (AWLN) est une plateforme continentale créée pour galvaniser le leadership des femmes en Afrique vers une paix et un développement durables dans tous les secteurs et à tous les niveaux..

Les articles de l'auteur

#Mali : Gouvernance : Le CNT autorise le gouvernement à prendre certaines mesures par ordonnances

Après l’adoption du projet de loi autorisant la ratification de l’accord sur la coopération militaire et technique signé à Moscou le 25 mars 2003 entre les gouvernements du Mali et de la Fédération de Russie, le dernier acte de cette dernière séance plénière de la session ordinaire d’avril a été l’examen du projet de loi autorisant le gouvernement à prendre certaines mesures par ordonnances..

Par Dieudonné DIAMA


Publié jeudi 04 juillet 2024 à 17:42

#Mali : Accord de coopération militaire et technique Mali-Russie : Le CNT approuve

Cet accord signé depuis le 25 mars 2003 n’avait pas encore été ratifié à cause de la pression exercée par des puissances étrangères qui jouissaient d’une réelle tutelle sur le Mali.

Par Dieudonné DIAMA


Publié jeudi 04 juillet 2024 à 17:40

#Mali : Conseil national de Transition : Débat d’orientation budgétaire, dans la bonne tradition

La commission des finances, de l’économie, du plan, de la promotion du secteur privé et des industries du Conseil national de Transition (CNT), en partenariat avec le ministère de l’Économie et des Finances, a organisé le vendredi dernier, le débat d’orientation budgétaire sur le document de programmation budgétaire économique pluriannuelle 2025-2027..

Par Dieudonné DIAMA


Publié dimanche 30 juin 2024 à 17:14

#Mali : Loi de finances rectificative 2024 : Le quitus du CNT

Les membres du Conseil national de Transition (CNT) ont adopté hier, le projet de loi portant modification de la loi n°2023-060 du 22 décembre 2023 portant loi des finances pour l’exercice 2024. C’était sous la présidence du président de l’organe législatif, le colonel Malick Diaw, en présence du ministre de la Refondation de l’État, chargé des Relations avec les Institutions, Ibrahim Ikassa Maïga..

Par Dieudonné DIAMA


Publié jeudi 27 juin 2024 à 17:43

#Mali: Création d’associations au Mali : La formalité administrative d’autorisation et de déclaration préalable rendue obligatoire

Les membres du Conseil national de Transition ont donné leur quitus au texte ainsi qu’à trois autres projets de loi. La réforme et l’amélioration de la gouvernance des associations font partie des recommandations du Dialogue inter-Maliens. L’objectif étant la préservation de l’ordre public.

Par Dieudonné DIAMA


Publié lundi 10 juin 2024 à 07:06

#Mali : Promotion des droits de la femme : Haïdara Aïchata Alassane Cissé reçoit la plus grande distinction de AWLN International

Le Réseau des femmes leaders africaines (AWLN) est une plateforme continentale créée pour galvaniser le leadership des femmes en Afrique vers une paix et un développement durables dans tous les secteurs et à tous les niveaux..

Par Dieudonné DIAMA


Publié lundi 03 juin 2024 à 19:13

#Mali : Visite d’amitié et de Travail du président sénégalais : Bassirou Diomaye Faye à Bamako pour le renforcement des liens historiques

Le président sénégalais et son homologue malien ont fait le tour des questions brûlantes de l’heure, notamment les défis sécuritaires, le renforcement des relations diplomatiques entre nos deux pays.

Par Dieudonné DIAMA


Publié jeudi 30 mai 2024 à 19:51

L’espace des contributions est réservé aux abonnés.
Abonnez-vous pour accéder à cet espace d’échange et contribuer à la discussion.
S’abonner