#Mali : Consommation de bonbons psychotropes : Le milieu scolaire submergé

De plus en plus de jeunes croient trouver en ces substances euphorisantes des refuges pour noyer leur tristesse, amertume, désespoir ou pour décupler leur force de travail. Ils en deviennent accrocs jusqu’à la destruction totale et sans merci de leur organisme

Publié mardi 04 juin 2024 à 17:54
#Mali : Consommation de bonbons psychotropes : Le milieu scolaire submergé

Cette drogue peut occasionner une déshydratation pouvant évoluer jusqu’à une insuffisance rénale ou la mort par overdose

 

Commercialisé le plus souvent sous forme de comprimés de couleurs différentes, prêts à être avalés, l’ecstasy ressemble à des bonbons. Elle est vendue sous le manteau et est très prisée dans les soirées pour son effet euphorisant. Dans les milieux de consommation, les prix oscillent selon la tête du client.

Ainsi, dans les boîtes de nuit, le comprimé est vendu à 10.000 Fcfa. Par contre, ce même cachet est pour la plupart cédé en ville à 1.000 Fcfa. Ce stupéfiant prisé par certains apprentis chauffeurs au niveau des arrêts de transport en commun, s’invite également dans le milieu scolaire emballé dans de petits sachets et vendu à 2.000 Fcfa l’unité.

Vendredi 8 mars dernier, nous avons sillonné quelques établissements privés et publics du District de Bamako. Idy (nom d’emprunt), élève dans une école privée de Djélibougou-Doumanzana en Commune II, témoigne avoir consommé ce bonbon.

«Effectivement, je me rappelle en 2023 au mois de juin, mon voisin de classe, Adama, m’a offert un bonbon qui avait un goût très étrange. Depuis que j’ai commencé à le sucer, d’un coup j’ai ressenti une excitation. Je suis monté sur le table-banc et je me suis mis à danser. Une fois à la maison, j’ai vomi tout ce que j’avais consommé. Une heure après, je suis revenu dans un état normal», se rappelle l’élève de la 9è année qui affirme n’avoir plus consommé ce stupéfiant. 

Par contre, il indique que son camarade Adama a commencé à consommer ces comprimés l’année dernière. «Cette année, il n’arrive plus à se concentrer sur les études. Il a redoublé la 8è année, j’ai peur pour sa santé car il peut prendre par jour plus de 3 bonbons», regrette le jeune écolier Idy.

Nous avons rencontré Adama un samedi en début de soirée devant une boîte de nuit. L’élève était habillé en pantalon de couleur bleu et en débardeur. «Je prends ces bonbons pour oublier mes douleurs. Mon père est décédé en 2021. Ma maman est une responsable dans une grande banque, elle voyage tout le temps et n’a pas de temps pour moi.


Ainsi, elle me laisse avec des aide-ménagères et beaucoup d’argent. C’est à la suite de cela que j’ai commencé, à avaler ces bonbons par le biais d’un camarade de classe qui se trouve dans la même condition que moi. Cette drogue me fait mal et je deviens une autre personne à chaque fois que je la consomme», avoue Adama qui promet d’abandonner la consommation de ce stupéfiant. «Je promets de tout dire à ma maman afin qu’elle trouve une solution, car mon père (paix à son âme) voulait que je devienne un grand médecin. Mais à force de consommer ce danger, je n’y arriverai pas», clame-t-il. Selon lui, beaucoup de ses camarades ont cédé à la tentation de cette drogue.

 

TRÈS LUCRATIVE- K. S. est un vendeur de ces bonbons stupéfiants. Dimanche 10 mars, aux environs de 21 heures, il accepte d’en parler à visage caché non loin d’un stade de la capitale. Persuadé que nous avons aperçu son arme à feu, il nous rassure : «Madame, je ne vais rien vous faire, vous m’aviez dit que vous avez besoin d’informations. Approchez, car je n’ai pas assez de temps». Depuis 2016, K. S. évolue dans la commercialisation de la drogue. «Bientôt 10 ans que je suis dans ce milieu.

Parmi mes clients, les enfants riches et les filles. Ça marche bien surtout quand un client boss vous appelle pour un sachet qui coûte 30.000 Fcfa. Pour les enfants, c’est sous formes de bonbons qu’on cède à 2.000 Fcfa l’unité», explique le dealer qui devait fournir ce jour une grosse commande à un client. Il explique que cette activité lui a permis de construire deux villas. Dans ce travail, prévient-il, il ne faut faire confiance en personne même pas ta famille. «J’emploie maintenant plus de six personnes dans le réseau et chacun trouve son compte dans les affaires», avoue K. S.    

Au «Vox da», Issa, apprenti d’une Sotrama, guette les passagers au niveau d’un arrêt de transports en commun. Il  consomme ces produits depuis 2020 «pour avoir de l’énergie». Il raconte qu’il achète ces produits entre 200 et 250 Fcfa. «Je travaille de 6 heures du matin à 21 heures. C’est fatiguant. Pour bien démarrer la journée, je prends chaque jour à 9 heures deux bonbons. Au début, j’avais des vertiges, je vomissais à chaque prise, mais maintenant ça va et je n’ai plus de problème. Je ne peux plus laisser ces drogues car ça me donne une force supplémentaire pour bien faire mon travail», spécule l’apprenti chauffeur.

Selon le psychiatre Abdou Traoré, cette drogue agit sur le système nerveux central et à tendance à désinhiber c’est-à-dire rendre empathique et limiter la fatigue. «La consommation de l’ecstasy peut entraîner un arrêt cardiaque. Sur le plan physiologique, elle peut occasionner une déshydratation pouvant évoluer jusqu’à une insuffisance rénale ou la mort par overdose», explique le spécialiste en psychiatrie.

Moussa Drissa Guindo, substitut du procureur au Tribunal de la Commune I, explique que la consommation de stupéfiants est condamnée par la loi N°01 078 du 18 juillet 2001 et l’article 118 et 98 qui réprime la pratique très sévèrement. Le magistrat précise que la condamnation va de 6 mois à 3 ans de prison ferme et d’une amende de 20.000 à 200.000 Fcfa. Il poursuit que cette loi inclut les infractions suivantes : détention, usage, vente, trafic transnational et national, et la production.

Les acteurs de l’école sont appelés à redoubler de vigilance et à renforcer les mesures de sécurité autour des écoles. Car, dans certains établissements, les écoliers consomment ce produit nocif même devant les portails de leurs établissements lors de la récréation.

Djeneba BAGAYOGO

Lire aussi : #Mali : Transferts : Nouvelle aventure pour Sadio Kanouté

Sadio Kanouté change de club. Le milieu de terrain malien a rejoint, la semaine dernière, la Jeunesse sportive de Kabylie (JSK) pour deux saisons. Jusque-là, l’ex-sociétaire du Stade malien de Bamako jouait au Simba SC de Tanzanie qu’il avait rejoint en 2021. Joint au téléphone, il a indiq.

Lire aussi : #Mali : Transfert : Moussa Djénépo prêté à antalyaspor

Moussa Djénépo change d’air. L’international malien rejoint la première division turque, précisément, Antalyaspor en provenance du Standard de Liège. L’ancien ailier de Yeelen olympique est arrivé en Türkiye, le vendredi 12 juillet, sous forme de prêt d’une saison avec option d’ac.

Lire aussi : #Mali : Carré d’as du championnat de foot féminin : Le suspense reste total

A une journée de la fin des débats, trois équipes, l’AS Mandé, l’AS Police et les Amazones de la Commune V peuvent encore prétendre au titre suprême. Tout se jouera donc lors de l’ultime journée, prévue ce mercredi : les Mandékas leaders du classement seront face à la lanterne rouge.

Lire aussi : #Mali : Nos expatriés : Djimi Traoré, Liverpool est un club particulier

Dans cette interview, le premier footballeur malien sacré champion d’Europe aborde plusieurs sujets : sa nomination à la tête du Groupe d’élite de l’AS Monaco, son sacre avec Liverpool en 2005 face au Milan AC, son passage en équipe nationale, la crise qui secoue actuellement la planète .

Lire aussi : #Mali : Transfert : Sékou Koïta rejoint le CSKA Moscou

C’était dans l’air depuis la semaine dernière, c’est désormais officiel. L’attaquant des Aigles, Sékou Koïta a paraphé un contrat de 3 ans avec le CSKA Moscou, lundi 8 juillet. L’ancien sociétaire de l’USC Kita était libre depuis le 1er juillet, date de la fin de son contrat avec.

Lire aussi : #Mali : Carré d’as du championnat de foot féminin : Amazones-As Mandé, malheur au vaincu

Les deux équipes s’affrontent cet après-midi au terrain de l’ex-SNJ dans un match qui s’annonce décisif pour elles dans la course au titre. L’autre rencontre de cette 4è journée mettra aux prises l’AS Police et l’Usfas au Complexe sportif Kadialy Diawara.

Les articles de l'auteur

#Mali : Transferts : Nouvelle aventure pour Sadio Kanouté

Sadio Kanouté change de club. Le milieu de terrain malien a rejoint, la semaine dernière, la Jeunesse sportive de Kabylie (JSK) pour deux saisons. Jusque-là, l’ex-sociétaire du Stade malien de Bamako jouait au Simba SC de Tanzanie qu’il avait rejoint en 2021. Joint au téléphone, il a indiqué que l’entraîneur de la JS Kabylie, Abdelhak Benchikha, a joué un rôle important dans son transfert en Algérie..

Par Djeneba BAGAYOGO


Publié mercredi 17 juillet 2024 à 13:42

#Mali : Transfert : Moussa Djénépo prêté à antalyaspor

Moussa Djénépo change d’air. L’international malien rejoint la première division turque, précisément, Antalyaspor en provenance du Standard de Liège. L’ancien ailier de Yeelen olympique est arrivé en Türkiye, le vendredi 12 juillet, sous forme de prêt d’une saison avec option d’achat. «Nous sommes heureux d’annoncer l’arrivée du Malien Moussa Djénépo dans l’effectif du club..

Par Djeneba BAGAYOGO


Publié lundi 15 juillet 2024 à 10:26

#Mali : Carré d’as du championnat de foot féminin : Le suspense reste total

A une journée de la fin des débats, trois équipes, l’AS Mandé, l’AS Police et les Amazones de la Commune V peuvent encore prétendre au titre suprême. Tout se jouera donc lors de l’ultime journée, prévue ce mercredi : les Mandékas leaders du classement seront face à la lanterne rouge l’Usfas, alors que les Policières, deuxièmes de la compétition se frotteront aux Communardes.

Par Djeneba BAGAYOGO


Publié lundi 15 juillet 2024 à 10:18

#Mali : Nos expatriés : Djimi Traoré, Liverpool est un club particulier

Dans cette interview, le premier footballeur malien sacré champion d’Europe aborde plusieurs sujets : sa nomination à la tête du Groupe d’élite de l’AS Monaco, son sacre avec Liverpool en 2005 face au Milan AC, son passage en équipe nationale, la crise qui secoue actuellement la planète foot du pays....

Par Djeneba BAGAYOGO


Publié mercredi 10 juillet 2024 à 17:55

#Mali : Transfert : Sékou Koïta rejoint le CSKA Moscou

C’était dans l’air depuis la semaine dernière, c’est désormais officiel. L’attaquant des Aigles, Sékou Koïta a paraphé un contrat de 3 ans avec le CSKA Moscou, lundi 8 juillet. L’ancien sociétaire de l’USC Kita était libre depuis le 1er juillet, date de la fin de son contrat avec le RB Salzbourg (Autriche). «Sékou Koïta est avec nous..

Par Djeneba BAGAYOGO


Publié mardi 09 juillet 2024 à 18:27

#Mali : Carré d’as du championnat de foot féminin : Amazones-As Mandé, malheur au vaincu

Les deux équipes s’affrontent cet après-midi au terrain de l’ex-SNJ dans un match qui s’annonce décisif pour elles dans la course au titre. L’autre rencontre de cette 4è journée mettra aux prises l’AS Police et l’Usfas au Complexe sportif Kadialy Diawara.

Par Djeneba BAGAYOGO


Publié mardi 09 juillet 2024 à 18:25

#Mali : Transfert : Sory Ibrahim Traoré signe à Villarreal

Sory Ibrahim Traoré rejoint le centre de formation de Villarreal FC. La nouvelle a été annoncée par l’ancien club du défenseur, l’Académie Les Étoiles du Mandé sur sa page Facebook. «Le défenseur axial de formation, Sory Ibrahim Traoré, formé à l’Académie des Étoiles du Mandé, s’est engagé en faveur de l’équipe de Villarreal FC (club de Liga d’Espagne)», a écrit le centre basé à Badougou Nafadji, à une quarantaine de kilomètres de Bamako..

Par Djeneba BAGAYOGO


Publié mardi 09 juillet 2024 à 10:43

L’espace des contributions est réservé aux abonnés.
Abonnez-vous pour accéder à cet espace d’échange et contribuer à la discussion.
S’abonner