Mali : Journée internationale des personnes handicapées : Pour une meilleure intégration de cette couche vulnérable

Chaque 3 décembre, la communauté internationale célèbre la Journée internationale des personnes handicapées. Une occasion pour promouvoir les droits, le bien-être et la dignité des personnes handicapées dans toutes les sphères de la société afin d’accroitre la sensibilisation sur leur situation particulière dans tous les aspects de la vie politique, sociale, économique et culturelle

Publié mardi 05 décembre 2023 à 11:14 , mis à jour lundi 17 juin 2024 à 11:28
Mali : Journée internationale des personnes handicapées : Pour une meilleure intégration de cette couche vulnérable

Ainsi, la Journée a été commémorée, hier à la Maison des aînés, par le Centre national d’appareillage orthopédique (Cnaom), avec l’appui du Comité international de la Croix-rouge (CICR), sous le thème : «Unis dans l’action pour sauver et atteindre les ODD pour, avec et par les personnes handicapées».
Le représentant du ministre de la Santé et du Développement social, Abdoulaye Maïga, qui a présidé la cérémonie a déclaré que ce thème souligne l’engagement mondial à favoriser l’inclusion, l’accessibilité des personnes handicapées en harmonie avec les Objectifs de développement durable (ODD). Il a aussi rappelé que selon les Nations unies, 15% de la population mondiale, soit un milliard d’individus vivent avec une forme de handicap. 80% des personnes en situation de handicap vivent dans des pays en développement.


 En outre, a noté le représentant du ministre chargé de la Santé, 46% des personnes âgées de 60 ans et plus sont en situation de handicap. Une femme sur cinq est susceptible de se retrouver en situation de handicap au cours de sa vie et un enfant sur 10 avec un handicap. Toujours selon la même source près de 180 États membres  dont le Mali ont ratifié la Convention relative aux droits des personnes handicapées. Abdoulaye Maïga précisera aussi que cette ratification en 2007 marque l’engagement des autorités en faveur de la promotion et la protection des personnes en situation de handicap.


Quand au directeur général du Cnaom, Amadou Diallo, il a expliqué que cette Journée est une occasion pour les professionnels du domaine de faire un partage d’expériences pour l’amélioration de la qualité des services offerts en matière de réadaption. Pour la cause, il a confié qu’en marge de la Journée, ils avaient organisé un symposium scientifique multidisciplinaire sur le thème : «Réadaptation physique et qualité de vie : quelle synergie d’action entre les acteurs professionnels, les décideurs et les partenaires». La rencontre a permis de développer et mettre en œuvre des plans de réadaption complets et personnalisés au bénéfice des personnes en situation de handicap physique. Pour mettre à profit ces résultats, le directeur général a souligné qu’il faudra du personnel. Sur ce point, il fonde l’espoir sur un recrutement des agents des écoles qui viennent d’ouvrir (orthopédistes, orthophonistes et ergothérapeutes).


Le directeur pays de Humanité et Inclusion, Kladoum Madjimbaye, et le chef de la délégation du CICR, Antoine Grand, se sont engagés à accompagner notre pays pour l’autonomisation des personnes handicapées. Le chef de la délégation de la Croix-Rouge a soutenu que les conflits armés ont augmenté le nombre de personnes handicapées directes et indirectes.


Son organisation vient en aide à ces personnes à travers des soutiens orthopédiques. Ce n’est pas tout, le CICR continue d’appuyer les centres d’orthopédiques en matériels et à former les agents. Tout ceci, a dit Antoine Grand, pour que le handicap ne soit pas synonyme de mendicité ou d’immobilité.
La Journée a été marquée par des remises de distinction et une visite des stands (prothèses).

Fatoumata NAPHO

Lire aussi : #Mali : Abcès du foie : Plus fréquent chez les enfants

L’abcès du foie est une suppuration collectée dans le parenchyme hépatique. Selon les spécialistes, elle est due à une infection localisée d’origine bactérienne ou parasitaire. Dr Traoré Bakary Moussa, médecin radiologue à la clinique «Les étoiles», précise que le parasite en caus.

Lire aussi : #Mali: Les déchets hospitaliers : Dangereux pour la santé

Les activités liées aux professions de la santé produisent des déchets dangereux. Ce sont des déchets issus des activités de diagnostic, Selon l’Organisation mondiale de la santé (OMS), ces déchets, qui représentent 15% des déchets générés dans les établissements de santé, sont inf.

Lire aussi : #Mali : Laboratoire national de la santé : En quête de ressources

Le laboratoire national de la santé (LNS) a tenu, hier dans ses locaux, la 34è session de son conseil d’administration. Cette session budgétaire a examiné les activités réalisées, l’état d’exécution du budget 2023 et les ambitions pour l’exercice 2024..

Lire aussi : #Mali :Méningite : Des cas confirmés à Gao et Bamako

Une épidémie de méningite sévit dans notre pays, depuis quelques jours, dans certains districts sanitaires du pays, notamment dans la Région de Gao et dans le District de Bamako..

Lire aussi : Notre santé, #Mali : L’eau glacée : ça nuit à la santé

Une sensation agréable au moment de la boire, l’eau glacée que nous buvons peut être dangereuse pour notre santé. Pourtant, boire de l’eau permet de maintenir l’équilibre des fluides corporels dont la mission est d’assurer la digestion, l’absorption, la circulation, la création de l.

Lire aussi : #Mali : Ramadan et canicule : Difficile à concilier

Seule la foi peut aider les jeûneurs à tenir pendant cette forte poussée de chaleur. Pour ceux qui ne se ménagent pas sous le soleil, il y a un gros risque de déshydratation qui peut avoir de graves conséquences.

Les articles de l'auteur

#Mali : Abcès du foie : Plus fréquent chez les enfants

L’abcès du foie est une suppuration collectée dans le parenchyme hépatique. Selon les spécialistes, elle est due à une infection localisée d’origine bactérienne ou parasitaire. Dr Traoré Bakary Moussa, médecin radiologue à la clinique «Les étoiles», précise que le parasite en cause est appelé entamoeba histolytica..

Par Fatoumata NAPHO


Publié lundi 06 mai 2024 à 10:03

#Mali: Les déchets hospitaliers : Dangereux pour la santé

Les activités liées aux professions de la santé produisent des déchets dangereux. Ce sont des déchets issus des activités de diagnostic, Selon l’Organisation mondiale de la santé (OMS), ces déchets, qui représentent 15% des déchets générés dans les établissements de santé, sont infectieux, toxiques et radioactifs..

Par Fatoumata NAPHO


Publié lundi 08 avril 2024 à 07:33

#Mali : Laboratoire national de la santé : En quête de ressources

Le laboratoire national de la santé (LNS) a tenu, hier dans ses locaux, la 34è session de son conseil d’administration. Cette session budgétaire a examiné les activités réalisées, l’état d’exécution du budget 2023 et les ambitions pour l’exercice 2024..

Par Fatoumata NAPHO


Publié vendredi 29 mars 2024 à 09:10

#Mali :Méningite : Des cas confirmés à Gao et Bamako

Une épidémie de méningite sévit dans notre pays, depuis quelques jours, dans certains districts sanitaires du pays, notamment dans la Région de Gao et dans le District de Bamako..

Par Fatoumata NAPHO


Publié mercredi 27 mars 2024 à 07:40

Notre santé, #Mali : L’eau glacée : ça nuit à la santé

Une sensation agréable au moment de la boire, l’eau glacée que nous buvons peut être dangereuse pour notre santé. Pourtant, boire de l’eau permet de maintenir l’équilibre des fluides corporels dont la mission est d’assurer la digestion, l’absorption, la circulation, la création de la salive, le maintien de la température corporelle et le transport des nutriments..

Par Fatoumata NAPHO


Publié lundi 25 mars 2024 à 09:38

#Mali : Ramadan et canicule : Difficile à concilier

Seule la foi peut aider les jeûneurs à tenir pendant cette forte poussée de chaleur. Pour ceux qui ne se ménagent pas sous le soleil, il y a un gros risque de déshydratation qui peut avoir de graves conséquences.

Par Fatoumata NAPHO


Publié lundi 25 mars 2024 à 09:37

#Mali :Notre santé, Jeûne du Ramadan : Comment mieux l’entreprendre

Jeûner le jour, manger la nuit. Durant le Ramadan, les apports alimentaires augmentent de façon spectaculaire en un laps de temps. Pour l’endocrinologue et spécialiste des maladies métaboliques et de nutrition, Dr Ibrahim Nientao, le jeûne du Ramadan qui intègre le cadre des jeûnes prolongés est une situation assez particulière. Durant un mois, dit-il, on est amené à changer notre régime alimentaire..

Par Fatoumata NAPHO


Publié lundi 18 mars 2024 à 09:46

L’espace des contributions est réservé aux abonnés.
Abonnez-vous pour accéder à cet espace d’échange et contribuer à la discussion.
S’abonner