Siama : Le Burkina tient son rang

Invité d’honneur de cet évènement, ce pays voisin y participe à travers son Premier ministre, qui à la tête d’une forte délégation comprenant de nombreux ministres, a pris part à l’ouverture du Salon. Mais aussi des artisans qui animent des stands et proposent des produits intéressants

Par

Publié lundi 27 novembre 2023 à 08:24
Siama : Le Burkina tient son rang

Le Burkina est représenté par 80 stands

 

Le «faso fani» ou pagne tissé du Burkina s’affine aussi bien dans les motifs que dans la texture du support. Si les bandes de la cotonnade étaient de petites dimensions et le produit assez lourd, cela n’est plus le cas de nos jours. Les professionnels du textile continuent sans cesse de l’adapter au goût et aux exigences des consommateurs. C’est ce que nous explique Mme Touré Mariam, promotrice du Centre de formation Gulmutex basé à Ouagadougou dans la capitale burkinabé.


Elle a créé cette structure, depuis 2017, dans le but de répondre à la demande et à l’exigence croissante des consommateurs.

 Les artisans chez lesquels elle faisait ses commandes ne répondaient pas exactement aux demandes. Il y avait toujours soit un problème de couleur, de dessin soit de texture du support. C’est pourquoi elle a décidé de se former au tissage tout en mettant la main à la pâte. Au regard de cette évolution, la promotrice du Centre de formation Gulmutex explique être de plus en plus sollicitée par la clientèle. En d’autres termes, la demande est de plus en plus forte.

Présente à cette 4è du Siama avec près de 80 autres artisans burkinabé, son stand est assez sollicité surtout par des professionnels du secteur. On y trouve des supports très originaux du faso fani tant en termes de motifs, types des fils utilisés et couleurs. Cette spécialiste de la teinture et du tissage propose de l’ameublement, des draps, des coussins des sets, des jetables. Pour l’instant, elle semble faire contre mauvaise fortune bon cœur. Elle garde sa sérénité même si les ventes ne sont pas encore élevées. «Nous sommes venus à Bamako surtout pour les contacts, car dans ce genre de rencontre, l’important n’est pas les chiffres d’affaires, mais plutôt les possibilités d’affaires que le professionnel pourrait réaliser avec les contacts établis». D’ailleurs elle apprécie l’affluence, car ce n’est que le 3è jour de la manifestation. En général, les gens viendront nombreux les derniers jours, ajoute-t-elle.

Les sacs à main, les sacs à dos, les pull-overs et la couture mixte vêtement sont les produits de CK-création. Une autre entreprise basée à Bobo-Dioulasso. Mme Kady Camara et ses vendeuses ont apporté à Bamako une grande quantité de leur production. Elles estiment que les Maliens sont de bons clients, car le niveau de vente est déjà appréciable selon elles. «Si ça continue ainsi, nous reviendrons à Bamako», lance l’une des vendeuses.

Le Burkina est le pays invité d’honneur qui tient son rang à travers une forte présence avec 80 stands tous achalandés comme de vrais magasins. En plus du faso fani, les artisans ont apporté des statuettes en bois d’ébène et en bronze. En effet, les organisateurs ont bien choisi le thème central de cette 4è édition intitulée : «L’artisanat africain, facteur de résilience, de paix, d’intégration des peuples et de croissance économique». Il est évocateur à plus d’un titre et sera examiné lors des ateliers thématiques afin de montrer tout le rôle de l’artisanat dans le développement économique et social de nos pays. Mais aussi dans la consolidation de la paix afin de recommander la mise en œuvre d’actions au profit de nos populations.

Youssouf DOUMBIA

Lire aussi : #Mali : Nianan du cinéma : Des récompenses aux méritants pour leurs œuvres

Les stars du cinéma malien étaient massivement présentes, vendredi soir au Centre international des conférences de Bamako (CICB), à l’initiative du Groupe Walaha. C’’était une belle opportunité de récompenser certains professionnels du cinéma malien et africain avec des trophées d’.

Lire aussi : Textile : Fatoumata Gogo Soumaoro valorise le pagne tissé

Les tisserands sont des créateurs de tissus traditionnels aux designs appréciables. Traditionnellement, ces étoffes servent d’habillement, de couverture et de décoration. Le pagne tissé aux couleurs naturelles ou teintées sert également à customiser (personnaliser) la façade d’un tél.

Lire aussi : Oumar Kamara Ka : Un chercheur-créateur à la tête du conservatoire des arts et métiers multimedia

On connaît Oumar Kamara Ka pour ses œuvres en art plastique, on le connaît également pour ses réflexions sur la théorie de l’art et la philosophie. C’est donc un chercheur-créateur qui dirige désormais le Conservatoire des arts et métiers multimédia Balla Fasséké Kouyaté (Camm-BFK)..

Lire aussi : Danse : Karim Togola magnifie les 20 ans du Festival sur le Niger

Cette œuvre est une représentation de pas de danse, mais aussi de figures géométriques et chant qui rendent hommage à Mamou Daffé, le créateur de ce Festival dont le génie mérite amplement d’être salué. Mais surtout pour la régularité de ce rendez-vous qui occupe une place de choix da.

Lire aussi : Bibata Ibrahim Maïga : Des déhanchements au rythme des sons

Cette native de Gao est une danseuse et performeuse; actrice de cinéma et jeune chorégraphe qui a décroché un master 2 au Conservatoire des arts et métiers multimédia Balla Fasséké Kouyaté (Cam-Bfk). Elle a aussi obtenu un diplôme de 3 ans de formation discontinue en création chorégraphi.

Lire aussi : #Mali : Art visuel : Ibrahim Ballo fait son show à la foire 1.54

La série que présente notre compatriote Ibrahim Ballo à la «Foire 1.54» est intitulée : «Comédies des visages, visage de la comédie». Abordant la quête du plaisir des uns et des autres, une vie qui plonge l’être humain dans tout. Cette édition qui a commencé, hier, s’achève ce dim.

Les articles de l'auteur

#Mali : Nianan du cinéma : Des récompenses aux méritants pour leurs œuvres

Les stars du cinéma malien étaient massivement présentes, vendredi soir au Centre international des conférences de Bamako (CICB), à l’initiative du Groupe Walaha. C’’était une belle opportunité de récompenser certains professionnels du cinéma malien et africain avec des trophées d’honneur..

Par Youssouf DOUMBIA


Publié lundi 26 février 2024 à 08:11

Textile : Fatoumata Gogo Soumaoro valorise le pagne tissé

Les tisserands sont des créateurs de tissus traditionnels aux designs appréciables. Traditionnellement, ces étoffes servent d’habillement, de couverture et de décoration. Le pagne tissé aux couleurs naturelles ou teintées sert également à customiser (personnaliser) la façade d’un téléphone portable, un vêtement, une chaussure, un sac, une boîte à mouchoir. Mais on en fait aussi des tapis, des draps, des pagnes et des couvertures, c’est tout l’art de Fatoumata alias Gogo Soumaoro..

Par Youssouf DOUMBIA


Publié vendredi 23 février 2024 à 08:46

Oumar Kamara Ka : Un chercheur-créateur à la tête du conservatoire des arts et métiers multimedia

On connaît Oumar Kamara Ka pour ses œuvres en art plastique, on le connaît également pour ses réflexions sur la théorie de l’art et la philosophie. C’est donc un chercheur-créateur qui dirige désormais le Conservatoire des arts et métiers multimédia Balla Fasséké Kouyaté (Camm-BFK)..

Par Youssouf DOUMBIA


Publié vendredi 23 février 2024 à 08:44

Danse : Karim Togola magnifie les 20 ans du Festival sur le Niger

Cette œuvre est une représentation de pas de danse, mais aussi de figures géométriques et chant qui rendent hommage à Mamou Daffé, le créateur de ce Festival dont le génie mérite amplement d’être salué. Mais surtout pour la régularité de ce rendez-vous qui occupe une place de choix dans l’agenda culturel de notre pays.

Par Youssouf DOUMBIA


Publié vendredi 16 février 2024 à 09:49

Bibata Ibrahim Maïga : Des déhanchements au rythme des sons

Cette native de Gao est une danseuse et performeuse; actrice de cinéma et jeune chorégraphe qui a décroché un master 2 au Conservatoire des arts et métiers multimédia Balla Fasséké Kouyaté (Cam-Bfk). Elle a aussi obtenu un diplôme de 3 ans de formation discontinue en création chorégraphique et déconstruction des danses patrimoniales de l’École des sables du Sénégal, sous la direction de Patrick Acogny..

Par Youssouf DOUMBIA


Publié vendredi 16 février 2024 à 09:48

#Mali : Art visuel : Ibrahim Ballo fait son show à la foire 1.54

La série que présente notre compatriote Ibrahim Ballo à la «Foire 1.54» est intitulée : «Comédies des visages, visage de la comédie». Abordant la quête du plaisir des uns et des autres, une vie qui plonge l’être humain dans tout. Cette édition qui a commencé, hier, s’achève ce dimanche..

Par Youssouf DOUMBIA


Publié vendredi 09 février 2024 à 08:06

#Mali : Ségou Art Festival sur le Niger : Ce sont aussi des fêtes populaires et traditionnelles

Au total, elles étaient une dizaine de troupes de musique et de danse traditionnelle à se produire devant des centaines de personnes au cours de la 20è édition de Ségou Art Festival sur le Niger..

Par Youssouf DOUMBIA


Publié vendredi 09 février 2024 à 08:03

L’espace des contributions est réservé aux abonnés.
Abonnez-vous pour accéder à cet espace d’échange et contribuer à la discussion.
S’abonner