#Mali: Secours islamique France : Au chevet des couches vulnérables

Secours islamique France (SIF) Mali a organisé, hier au Mémorial Modibo Keïta, la cérémonie de lancement de son projet saisonnier intitulé : Opération Tabaski 2024.

Publié mardi 11 juin 2024 à 17:48
#Mali: Secours islamique France : Au chevet des couches vulnérables


L’Opération Tabaski a pour objectif global de contribuer à améliorer la situation alimentaire des bénéficiaires

 

La rencontre était présidée par le représentant du ministère des Affaires religieuses, du Culte et des Coutumes, Dr Yaya Traore, en présence du chef de mission de SIF Mali, Crispin Nshagalume. Y étaient aussi le représentant de la direction nationale du développement social, Aldiouma Daou, le représentant du maire de la Commune III, Abdoulaye Dembélé, celui des écoles coraniques, Kassim Konaté.

L’Opération Tabaski a pour objectif global de contribuer à améliorer la situation alimentaire des bénéficiaires pour une meilleure inclusion sociale et communautaire des populations les plus vulnérables. Ce en les offrant une assistance alimentaire pendant les moments festifs, notamment la fête de Tabaski, dans le respect de leur culture, leur dignité et de la religion musulmane.

Apres l’intervention du représentant du maire de la Commune III, celui de la direction nationale du développement social a rapporté que dans le cadre de l’exécution de son projet «saisonnier Tabaski», SIF organise, chaque année depuis 2013, une activité de distribution de colis de viande aux écoles coraniques, aux enfants parrainés, aux ménages vulnérables, ainsi qu’aux personnes déplacées internes. Cette opération se déroulera à Bamako, Ségou, Mopti et à Bandiagara.  

Apres la récitation des versets coraniques, Kassim Konaté a remercié SIF et ses partenaires. Il affirmera que cette ONG est la première organisation qui leur a apporté un soutien très précieux, qui permet aux personnes vulnérables de fêter dignement.

Le chef de mission a déclaré que c’est avec le cœur rempli de sentiment d’humilité, de reconnaissance, et surtout conscient de la faiblesse de leurs moyens face aux défis qui leur interpellent, qu’il se félicite de la bonne collaboration qui a prévalu entre SIF Mali et les différents acteurs des secteurs d’intervention, dont la sécurité alimentaire et le moyen d’existence, l’éducation, la protection de l’enfant, l’eau, l’hygiène et l’assainissement».

Selon ses dires, ils réussiront ainsi à faciliter l’accès des couches vulnérables aux aliments riches en protéines animales durant la Tabaski en 2024 à travers la distribution d’au moins 10.080 colis de viande au profit de plus de 53.424 personnes en besoin d’assistance alimentaire.

D’après le responsable de SIF, d’un montant global de 306.451 d’euros, soit un peu plus de 201 millions de Fcfa financés sur fonds propre, cette opération permettra d’acquérir 477 taureaux destinés au sacrifice à l’occasion de la Tabaski et de mobiliser les ressources humaines nécessaires pour venir en aide aux personnes vulnérables, y compris 25.760 enfants talibés, 17.472 personnes déplacés internes et 10.192 membres des ménages démunis (enfants parrainés, enfants orphelins, veuves et personnes en situation de handicap) dans les zones d’intervention de SIF Mali.

Il a soutenu que la montée des crises humanitaires dans le monde, en particulier en Europe (Ukraine) a eu un impact sur l’orientation et la mobilisation des fonds humanitaires et de développement, vu que les donateurs (institutionnels et privés) ont fait de cette zone de crise une priorité.

Notre organisation n’est pas épargnée par cette réalité. «Nous avons rencontré des difficultés pour mobiliser les ressources nécessaires pour soutenir un maximum de personnes dans le besoin d’assistance humanitaire dans nos zones d’intervention au Mali», a-t-il expliqué. Et de renchérir qu’ils sont sûrs qu’ensemble avec d’autres initiatives étatiques et de la société civile, «nous arriverons à améliorer la situation alimentaire des bénéficiaires que sont les personnes déplacées internes, les pensionnaires des structures d’accueil des enfants abandonnés, les ménages démunis et les enfants talibés des écoles coraniques de nos zones d’intervention».

Dr Yaya Traoré soulignera qu’en ayant une attention particulière sur les efforts qui sont déployés par SIF Mali, on apportera une assistance aux orphelins, aux veuves, aux déplacés et aux familles vulnérables. Pour lui, il appartient donc au ministre en charge des Affaires religieuses d’assurer de son soutien et de son accompagnement pour la réussite des missions.

Maïmouna SOW

Lire aussi : #Mali : Précarité dans les Médias : Les déviances et insuffisances prennent le dessus

La perception des frais de déplacement ou motivation ou de façon plus prosaïque «per diem», le manque de formation adéquate, la baisse de niveau des journalistes et le manque de moyens financiers des structures médiatiques nuisent fatalement à l’image de la presse malienne.

Lire aussi : Prise en charge holistique des survivantes de VBG : Kolondiéba étrenne son One stop center

La ministre de la Promotion de la Femme, de l’Enfant et de la Famille, Dr Coulibaly Mariam Maïga, a présidé, lundi à Kolondiéba, la cérémonie d’inauguration du «One stop center», un centre de prise en charge holistique des survivantes de Violences basées sur le genre (VBG)..

Lire aussi : #Mali : Plateforme Une seule santé : Pour une meilleure coordination de la communication des risques

La plateforme nationale : «Une seule santé» a tenu, hier dans un hôtel de la place, une réunion ordinaire du Groupe thématique de communications des risques. La session était présidée par le chef du département production et documentation au Centre national d’information d’éducation .

Lire aussi : #Mali : Université des sciences sociales et de gestion : Des enseignants de rang A reçoivent des toges

Des enseignants de rang magistral de l’Université des sciences sociales et de gestion de Bamako (USSGB) ont reçu des toges, mardi dernier à la Faculté des sciences économiques et de gestion (FSEG)..

Lire aussi : #Mali : Implosion du foyer : La précarité en cause

L’autonomisation de la femme est déterminante dans la vie conjugale. Le juge Oumar Touré explique que la plupart de demande de divorce est enregistré auprès des femmes qui vivent aux dépens de leurs maris..

Lire aussi : Bamako : Plus de divorces que de mariages en 2022

Plus de 8.130 cas de divorces ont été enregistrés dans les six communes du District de Bamako en 2022, contre 6.950 mariages à la même période Plus de 8.130 unions conjugales ont tourné court dans la seule ville de Bamako en 2022. Ce chiffre provient des tribunaux des six communes de la cap.

Les articles de l'auteur

#Mali : Précarité dans les Médias : Les déviances et insuffisances prennent le dessus

La perception des frais de déplacement ou motivation ou de façon plus prosaïque «per diem», le manque de formation adéquate, la baisse de niveau des journalistes et le manque de moyens financiers des structures médiatiques nuisent fatalement à l’image de la presse malienne.

Par Maïmouna SOW


Publié jeudi 13 juin 2024 à 18:18

Prise en charge holistique des survivantes de VBG : Kolondiéba étrenne son One stop center

La ministre de la Promotion de la Femme, de l’Enfant et de la Famille, Dr Coulibaly Mariam Maïga, a présidé, lundi à Kolondiéba, la cérémonie d’inauguration du «One stop center», un centre de prise en charge holistique des survivantes de Violences basées sur le genre (VBG)..

Par Maïmouna SOW


Publié mardi 28 mai 2024 à 18:50

#Mali : Plateforme Une seule santé : Pour une meilleure coordination de la communication des risques

La plateforme nationale : «Une seule santé» a tenu, hier dans un hôtel de la place, une réunion ordinaire du Groupe thématique de communications des risques. La session était présidée par le chef du département production et documentation au Centre national d’information d’éducation et de communication pour la santé (CNIECS), Mamadou Diallo..

Par Maïmouna SOW


Publié mardi 21 mai 2024 à 19:12

#Mali : Université des sciences sociales et de gestion : Des enseignants de rang A reçoivent des toges

Des enseignants de rang magistral de l’Université des sciences sociales et de gestion de Bamako (USSGB) ont reçu des toges, mardi dernier à la Faculté des sciences économiques et de gestion (FSEG)..

Par Maïmouna SOW


Publié mercredi 24 janvier 2024 à 09:24

#Mali : Implosion du foyer : La précarité en cause

L’autonomisation de la femme est déterminante dans la vie conjugale. Le juge Oumar Touré explique que la plupart de demande de divorce est enregistré auprès des femmes qui vivent aux dépens de leurs maris..

Par Maïmouna SOW


Publié jeudi 21 décembre 2023 à 08:06

Bamako : Plus de divorces que de mariages en 2022

Plus de 8.130 cas de divorces ont été enregistrés dans les six communes du District de Bamako en 2022, contre 6.950 mariages à la même période Plus de 8.130 unions conjugales ont tourné court dans la seule ville de Bamako en 2022. Ce chiffre provient des tribunaux des six communes de la capitale. Au cours de la même période, 6.950 mariages ont été contractés. Pourquoi tant de séparations de nos jours ?.

Par Maïmouna SOW


Publié vendredi 03 novembre 2023 à 08:25

L’espace des contributions est réservé aux abonnés.
Abonnez-vous pour accéder à cet espace d’échange et contribuer à la discussion.
S’abonner