#Mali : OpenAI : La tentation du gain facile conduit à la grosse désillusion

En six mois, les arnaqueurs patentés ont pu convaincre plus de 9.000 personnes à injecter plus de 2,6 milliards de Fcfa dans le système. Avec l’ouverture d’une enquête et des interpellations, les personnes grugées comptent sur la justice pour entrer en possession de leurs fonds

Publié jeudi 20 juin 2024 à 17:35
#Mali : OpenAI : La tentation du gain facile conduit à la grosse désillusion

 Le siége de l’organisation

 

Qnet, Vie-Premium, OpenAI et Sene invest… Ces arnaques financières sont-elles en passe de devenir le quotidien des Bamakois ? En tout cas, l’on est tenté de répondre par l’affirmative, si l’on s’en réfère aux  cas d’escroquerie de ces derniers temps. La dernière en date est celle d’OpenAI, une société de commerce général, de prestation de services, import-export et de distribution de produits.

Considérée comme l’une des plus grosses arnaques en ligne, cette supercherie, basée sur la pyramide de Ponzi (montage financier frauduleux) a fait des milliers de victimes. Elle proposait des investissements dans des entreprises de premier plan sur le marché avec des rendements allant jusqu’à 6% par jour.

Le cumul des montants empochés par cette entreprise serait de plus de deux milliards de Fcfa. Dès lors, une psychose s’est installée au sein de la population avec ces événements donnant une réputation peu flatteuse aux plateformes d’investissements.

Et les conséquences sont désastreuses. Pour preuve, l’entreprise a laissé aujourd’hui des familles sans aucune ressource, des personnes qui ont disjoncté littéralement pour y avoir mis toutes leurs économies. Certaines ont même fui parce qu’elles ont emprunté de l’argent partout pour aller le fructifier auprès de cette plateforme. Un individu est allé jusqu’à l’extrême en hypothéquant le domicile familial contre 5 millions de Fcfa qu’il a injecté dans les affaires obscures de la plateforme.

Aujourd’hui, le créancier a saisi la maison, confie Moussa Bengaly, chargé de communication et d’information du Collectif des victimes d’OpenAI Mali (CVOM). Rencontré chez lui à son domicile au quartier Hippodrome 1, Moussa Bengaly explique que depuis qu’ils ont su l’arnaque, le Collectif a mis en place une application dont le lien est (https://victimes-openai-mali.web.app/) pour recenser les victimes. Et de dire que le nombre ne cesse d’aller crescendo. Sur cette page web, les victimes précisent leurs noms et prénoms, l’adresse complète, numéro de téléphone, le montant investi.

Mais aussi les intérêts reçus. «Avec le lien de l’application, les victimes peuvent s’enregistrer où qu’ils se trouvent en toute discrétion», détaille-t-il, avant d’indiquer que certaines par leur statut social et professionnel, ne peuvent se montrer. Parmi les victimes, affirme notre interlocuteur, il y a des élus municipaux, des hauts cadres de l’administration, mais aussi de grands commerçants de la place.

Selon Bengaly Moussa, le Collectif a recensé un peu plus de 9.000 victimes qui auraient injecté un peu plus de 2,6 milliards de Fcfa. Cet investissement aurait dû apporter aux actionnaires un peu plus de 2.061 milliards Fcfa.

Le chargé de communication du Collectif avait misé au départ 2.000 Fcfa, avant de se voir attribuer quelques jours après la somme de 22.000 Fcfa. Ainsi, il développe une addiction pour cette sorte de pari. Il se met à donner des explications qui donnent le tournis. Dès l’inscription, révèle-t-il, un bonus de bienvenue de 520 Fcfa est attribué pour booster des produits comme de la sardine, pâte alimentaire, savon donnant une commission de 0,30% quotidiennement. «Ça c’est sans avoir mis de l’argent dedans et pour fructifier cette somme initiale, il fallait faire un dépôt de 1.000 Fcfa. Et aussitôt, le VIP1 se débloquait automatiquement avec 1.001 Fcfa et ainsi de suite jusqu’au VIP7 avec des pourcentages allant jusqu’à 6%», indique-t-il.

 

À CHAQUE RETRAIT, LE CLIENT PERD 10%- Les niveaux se distinguaient par les avantages et les produits. Et de détailler que le niveau 0 appelé VIP0 avait cinq produits et le VIP1 en disposait le double et ainsi de suite pour les autres options. Il informera sa famille et proches de cette affaire qu’il croyait juteuse. «J’ai fait adhérer tous les membres de ma famille et d’autres proches qui ont investi beaucoup d’argent.

«J’étais également leur parrain et le montant de mes parrainages avait atteint les 26 millions de Fcfa», révèle Moussa. Le jeune homme devenu un parrain attitré de la plateforme raconte que l’inscription se faisait par le lien de la plateforme que les inscrits partageaient avec d’autres pour les faire adhérer et devenir ainsi leurs parrains. Ceux-ci recevaient ainsi une commission de 1%. Et ces nouveaux faisaient leurs opérations (dépôts et retraits) par le biais de ces parrains dont les dépôts se caractérisaient par des identifiants personnalisés.

Selon lui, ces identifiants se différenciaient de ceux des numéros ordinaires, car les parrains recevaient le dépôt avant de recharger à leur tour les comptes des parrainés par un système propre à eux. Le retrait et le dépôt n’étaient pas instantanés, cela pouvait prendre 48 h à 72 h pour le premier et une journée ou deux pour le second. Et à chaque retrait, le client perdait 10% de son gain avec la possibilité d’une seule opération quotidienne. «Les parrains avaient des ID destinés à eux seulement qui débutaient par ‘PP’ contrairement à ‘MP’ pour les ordinaires», confie-t-il.

 

SYSTEME NOCIF- Pour gruger plus d’adeptes, en janvier, la plateforme avait lancé son système d’actionnariat appelé «Super Mali» par une mise de 5.000 Fcfa. Elle générait 875 Fcfa sur une durée de 5 jours, soit 175 Fcfa par jour sans possibilité de renouvellement. «Tu viens comme actionneur sur la base d’un document établi et signé avec eux. Après les 5 jours, ton gain est reversé sur ton compte», indique le responsable de la CVOM qui précise qu’avec une action de 10.000 Fcfa, on pouvait gagner 80.000 Fcfa en 90 jours.

« Le système a bien fonctionné jusqu’à la date du lundi 13 mars dernier où tout est parti en vrille avec des difficultés dans le système. Les clients n’arrivaient plus à booster les produits aussi bien qu’à utiliser la plateforme. «Les gens ont commencé à se plaindre, car il y en a qui n’arrivaient pas à fructifier leurs mises et généraient 75.000 à 100.000 Fcfa avec leurs tâches quotidiennes. D’autres, des VIP7, avaient des millions de revenus. C’était un manque à gagner», fait savoir le chargé de communication du Collectif. Mais OpenAI expliquait ce désagrément par un problème technique voire de réseau. Comme pour les appâter davantage, il a leur a été annoncé une promo de 50% sur chaque dépôt sur la plateforme pour la journée du samedi 18 mars 2023 et jour suivant sur tous les produits et services.

Par exemple, un dépôt d’un million de Fcfa aboutissait à un gain de 1,5 million de Fcfa après 10 jours. Cette annonce a fait exploser le nombre des clients. Et les placements étaient à coût de millions de Fcfa. Une responsable d’une banque de la place aussi a mordu à l’hameçon et misé 16 millions de Fcfa lors de la promo. Un responsable d’une société minière aurait aussi injecté la rondelette somme de 305 millions de Fcfa. Après, les clients ont eu des difficultés à réaliser des opérations de retrait. Pour les dépôts, le problème ne se posait pas. Selon les témoignages, les initiateurs d’OpenAI ont mis à profit ce temps pour  quitter le pays.


Le Collectif a saisi la justice pour être mis dans ses droits. à ce jour, une quinzaine de personnes ont été interpellées parmi les travailleurs d’OpenAI par les commissariats de police de l’ACI et de Sotuba. Parmi ces personnes arrêtées, figurent le secrétaire à l’information, le directeur de l’Agence de Ségou interpellé par le 2è Arrondissement de la police de cette ville. Moussa Bengaly explique avoir cru voir en OpenAI, une opportunité d’investissements. Malheureusement, c’était une escroquerie. Il raconte même l’anecdote d’un client qui aurait perdu gros. Le vieux a fait une attaque cardiaque qui l’a emporté.

La situation interpelle les autorités compétentes et les clients d’OpneAI. Comment peut-on laisser une société réaliser des opérations obscures ? Pourquoi aussi vouloir gagner de l’argent dans des conditions où toutes les règles du jeu sont obscures ? En attendant, les victimes  n’ont pour l’instant que leurs yeux pour pleurer

Tamba CAMARA

Lire aussi : #Mali : Trois morts et quatre blessés dans un effondrement à Ségou

Au moins trois personnes ont trouvé la mort, ce samedi 13 juillet dans l’effondrement d’un bâtiment R+1 dans le quartier de Lafiabougou à Ségou, dans la Cité des Balazans. Quatre autres personnes ont été blessées..

Lire aussi : #Mali : Une fille violée à sang à Sirakoro Meguetana

En dépit de la rigueur de la loi punissant le viol, les commissariats de police de la Cité des trois caïmans continuent d'enregistrer de nombreux cas relatifs à cette infraction. L'un des derniers enregistré par les policiers de Sirakoro Meguetana remonte à cette semaine. La victime, une aide-.

Lire aussi : #Mali : La bande des «sept» de San sous les verrous

Le commissariat de la ville de San dirigé par le commissaire principal Lankafia Keita a mis le grappin, la semaine dernière, sur des bandits de grand chemin qui ne juraient que par les boutiques et commerces en tout genre. Ces vagabonds au nombre de sept dont un coupeur de route et un receleur ont.

Lire aussi : #Mali : Cour d’assises de Bamako : Acquitté faute de preuve

Embourbé dans une histoire de foncier, le mis en cause réfute toutes les accusations portées en son encontre. Il est aidé en cela par le plaignant qui de son côté n’a pu convaincre les jurés de la véracité des faits.

Lire aussi : #Mali : Cour d’assises : L’accusé écope de 10 ans de prison

Il usait de moyens subtils pour soutirer d’importantes sommes d’argent de son partenaire. Incapable d’honorer ses engagements contractuels, ce dernier a fini par s’en remettre à la justice pour être dans ses droits.

Lire aussi : #Mali : Niamakoro : Un trio dangereux mis hors d’état de nuire

Ils formaient une bande compacte de récidivistes connus des archives de la police. La multiplication de leurs actes a fini par jouer contre eux.

Les articles de l'auteur

#Mali : Trois morts et quatre blessés dans un effondrement à Ségou

Au moins trois personnes ont trouvé la mort, ce samedi 13 juillet dans l’effondrement d’un bâtiment R+1 dans le quartier de Lafiabougou à Ségou, dans la Cité des Balazans. Quatre autres personnes ont été blessées..

Par Tamba CAMARA


Publié dimanche 14 juillet 2024 à 13:15

#Mali : Une fille violée à sang à Sirakoro Meguetana

En dépit de la rigueur de la loi punissant le viol, les commissariats de police de la Cité des trois caïmans continuent d'enregistrer de nombreux cas relatifs à cette infraction. L'un des derniers enregistré par les policiers de Sirakoro Meguetana remonte à cette semaine. La victime, une aide-ménagère d’une quinzaine d’années environ..

Par Tamba CAMARA


Publié dimanche 14 juillet 2024 à 13:11

#Mali : La bande des «sept» de San sous les verrous

Le commissariat de la ville de San dirigé par le commissaire principal Lankafia Keita a mis le grappin, la semaine dernière, sur des bandits de grand chemin qui ne juraient que par les boutiques et commerces en tout genre. Ces vagabonds au nombre de sept dont un coupeur de route et un receleur ont été identifiés comme étant B.K, B.T, S.S, A.T, L.T, B.T, A.S, non moins le receleur. Tous domiciliés à San dans différents secteurs..

Par Tamba CAMARA


Publié mardi 09 juillet 2024 à 16:51

#Mali : Cour d’assises de Bamako : Acquitté faute de preuve

Embourbé dans une histoire de foncier, le mis en cause réfute toutes les accusations portées en son encontre. Il est aidé en cela par le plaignant qui de son côté n’a pu convaincre les jurés de la véracité des faits.

Par Tamba CAMARA


Publié jeudi 04 juillet 2024 à 17:39

#Mali : Cour d’assises : L’accusé écope de 10 ans de prison

Il usait de moyens subtils pour soutirer d’importantes sommes d’argent de son partenaire. Incapable d’honorer ses engagements contractuels, ce dernier a fini par s’en remettre à la justice pour être dans ses droits.

Par Tamba CAMARA


Publié mardi 02 juillet 2024 à 17:45

#Mali : Niamakoro : Un trio dangereux mis hors d’état de nuire

Ils formaient une bande compacte de récidivistes connus des archives de la police. La multiplication de leurs actes a fini par jouer contre eux.

Par Tamba CAMARA


Publié lundi 01 juillet 2024 à 17:18

#Mali : La session spéciale sur les crimes économiques s’ouvre ce lundi

La première session spéciale de la Cour d'Assises sur les crimes économiques et financiers s’ouvre ce lundi 01 juillet à la Cour d’appel de Bamako. Elle s’attèlera sur environ deux mois (du 01 juillet au 30 août 2024)..

Par Tamba CAMARA


Publié vendredi 28 juin 2024 à 18:52

L’espace des contributions est réservé aux abonnés.
Abonnez-vous pour accéder à cet espace d’échange et contribuer à la discussion.
S’abonner