#Mali : Mariage interdit entre des ethnies : Des couples sautent le verrou

Certains cas ne sont pas sans conséquences. Au nombre desquelles, le rejet de leurs enfants et les brouilles avec leurs familles respectives

Publié jeudi 30 mai 2024 à 18:59
#Mali : Mariage interdit entre des ethnies : Des couples sautent le verrou

Ces couples vivent en harmonie et dans le respect mutuel (archives)

 

Nos traditions s’opposent au mariage entre certaines ethnies et groupes sociaux. L’un des cas les plus connus est celui des groupes ethniques «bozos» et «dôgônô», «hommes de caste» et «nobles». Pendant longtemps nos ancêtres ont pu préserver la pratique parce que leur décision était irrévocable quant à la sélection de l’épouse de leur fils.

Ces interdits sont scellés à la suite de pactes ficelés et ou de serments entre deux groupes ethniques ou des groupes sociaux qui se jurent fidélité et respect de leurs paroles données assorties de sacrifices. Ces sacrifices jettent des maléfices à tout contrevenant à ces serments ou pactes. Mais force est de constater que de nos jours, l’amour triomphe de cet interdit. Et ainsi de nombreux couples le bravent et en assument les conséquences. Nous sommes allés à la rencontre de ces hommes et femmes.

Ousmane Kouyaté et Kadidia Kane sont mariés depuis 2016. Leur union a été scellée malgré une forte opposition et fut une véritable bataille familiale. «Dans notre famille, on n’épouse pas les griots. J’ai été séduite par un beau griot guitariste. Nous avons eu deux enfants (une fille et un garçon). C’est après l’accouchement de mon premier enfant qu’une partie de ma famille a accepté notre union, notamment ma maman», explique Kadidia Kane. Jusqu’à présent, précise-t-elle, son père n’arrive pas à digérer leur mariage. «Pis, il m’adresse rarement la parole.

La médiation de l’imam de notre quartier (Darsalam) s’est heurtée à un mur de silence», affirme cette cheffe d’entreprise qui se dit prise entre le marteau et l’enclume à cause de cette tradition. «Cette situation me dérange énormément, vu que je suis amoureuse de mon époux. Mais, j’adore aussi mon papa», confie-t-elle. Parmi les conséquences de sa révolte contre l’avis de son père, elle cite le mépris de ce dernier pour ses petits-fils. «Quand mes enfants entrent dans sa chambre, il s’énerve et crie sur eux en leur demandant de sortir», regrette Kadidia Kane, avant de prier pour que son père les accepte avant ses derniers jours.

Dans son domicile, Ousmane Kouyaté nous accueille, vêtu d’une chemise en bogolan et d’un pantalon de couleur noir. Il tient une guitare à la main. Il se dit peiné par la relation tendue avec son beau-père. «Il ne m’a pas aimé un seul jour depuis mon mariage avec sa fille. Il ne me parle pas. Quand je vais chez lui lors des événements sociaux, seule son épouse et mes belles-sœurs sont bienveillantes à mon égard. Les beaux frères également me boudent», déplore le guitariste qui s’interroge s’il a demandé à Dieu de naître dans une famille de griot. Il est temps que ces choses prennent fin, car ça détruit beaucoup de famille», lance l’instrumentiste.

Contacté au téléphone, El Hadj Alim Kane (le papa de Kadidia Kane) s’est dit déçu du choix de son enfant. Il refuse que Kadidia Kane soit comptée parmi ses enfants. «Pour moi, j’ai 7 enfants et Kadidia n’en fait pas partie. Le jour où elle a accepté de s’unir à un griot je l’ai supprimée de ma vie», laisse entendre le sexagénaire. Il n’a pas souhaité nous en dire davantage au téléphone.

 

PERTE DE RICHESSE- Alassane Diarra et Madina Kouyaté résident à Moribabougou. Le couple a quatre garçons. Dès le début de leur relation, leurs familles s’y sont opposées. Alassane Diarra avait déjà une promise au sein de sa famille à l’époque. Quant à Madina Kouyaté, ses parents refusaient toute relation avec un noble. Les deux amoureux ont trouvé l’astuce pour obtenir le consentement de leurs parents. «Je suis l’aîné de la famille. J’ai décidé de quitter la grande famille si jamais on ne me laisse pas épouser la femme que je veux. Ma mère (paix à son âme) était contre cette idée. Elle a finalement convaincu mon père d’accepter ma griotte (rires)», rappelle le mari peintre qui affirme que sa conjointe est obligée de vivre toujours dans un environnement hostile.

Celle-ci se réjouit de l’amour dont fait montre son époux. «Je ne regrette pas mon choix. Depuis que j’ai connu cet homme, il est aux petits soins avec moi. En 10 ans de mariage, il m’a toujours respecté. Je dis tout le temps à ma famille que mon choix était le meilleur même si mon père et mes frères sont contre cette union», s’émeut la commerçante de pagnes en wax.

Des témoignages contre l’interdit sur le mariage entre des ethnies sont courants. Sur son compte Facebook, Lassine Sinayoko, un réfractaire à cette tradition, affirme que «ce préjugé» doit cesser pour le bonheur des amoureux. Cet homme qui se dit forgeron, est basé aux États-Unis d’Amérique depuis 2018.

Il a épousé une femme peulh en 2016 contre le gré de leurs parents respectifs. «Malgré leur refus, nous avons fait le mariage. Quatre mois plus tard, j’ai postulé à un concours qui m’a permis de venir aux États-Unis avec ma femme plus précisément à la Nouvelle Orléans», se souvient Lassine Sinayoko. Et de regretter que jusqu’à présent, sa belle famille est toujours contre leur union.

Selon le traditionnaliste Almamy Diarra, il y a toujours une vérité quelque part dans cette histoire d’interdit sur le mariage. «J’ai été témoin oculaire de deux mariages similaires. Le premier concernait un dôgônô et une femme bozo. On leur a dit que c’est une union vouée à l’échec, mais ils se sont entêtés à le faire. Chaque fois que la femme accouchait, son enfant ne survivait pas», raconte-t-il. Après trois cas, selon le traditionnaliste, le couple a finalement compris d’où venait le problème. Le mari a pris une deuxième femme dôgônô qui lui a fait des enfants, témoigne Almamy Diarra.

Toutefois, la première épouse bozo n’a pas encore enfanté. Il cite un second exemple où l’homme était forgeron et la femme peulh. «Il était immensément riche, mais après le mariage, il a tout perdu. La femme peulh est partie. Environ trois ans après, il est redevenu riche», assure notre interlocuteur. Et de prévenir qu’il ne faut pas se rebeller contre certaines coutumes de nos ancêtres.

Quant au sociologue Modibo Touré, il souligne que la question de l’interdit sur le mariage entre certaines ethnies doit nous interpeller et nous pousser à réfléchir sur la nécessité de respecter certaines traditions. «Je suis sûr que l’interdiction du mariage entre certains groupes sociaux, qui dure plusieurs millénaires, a été instituée pour rendre harmonieuse notre société», pense-t-il, avant d’ajouter que les temps ont changé.

«À l’époque, c’est la famille qui choisissait une femme pour le jeune homme. Aujourd’hui, un homme et une femme se rencontrent, tombent amoureux et décident de se marier. Or, rien ne rend la société harmonieuse plus que l’amour», analyse le sociologue. Et de regretter que beaucoup d’unions sont empêchées parce que les deux intéressés sont supposés être incompatibles.

Les jeunes générations sont souvent dans l’embarras face à cette tradition séculaire. «Je ne peux pas comprendre qu’on empêche des gens qui s’aiment de vivre leur vie et leur amour comme ils l’entendent à cause des rôles que leurs ancêtres ont joué dans le passé. Il est temps de reconnaître que les hommes naissent libres et égaux», lance Modibo Touré.

Quant à El Hadj Ismaïla Sylla, imam d’une mosquée de Badialan III, en Commune III du District de Bamako, il enseigne que devant Dieu nous sommes tous égaux. «Nulle part dans le Coran et les hadiths, il n’est fait cas d’interdit de mariage entre races, ethnies ou castes. L’essentiel en islam est que vous soyez musulman, et après, vous pouvez vous marier», insiste l’érudit. En tout cas, notre société a du chemin à parcourir avant d’aboutir à l’abandon de cette tradition. Il est vrai que cette tradition a la vie dure et elle rend la vie dure à beaucoup de couples qui en pâtissent.

Djeneba BAGAYOGO

Lire aussi : #Mali : Transferts : Nouvelle aventure pour Sadio Kanouté

Sadio Kanouté change de club. Le milieu de terrain malien a rejoint, la semaine dernière, la Jeunesse sportive de Kabylie (JSK) pour deux saisons. Jusque-là, l’ex-sociétaire du Stade malien de Bamako jouait au Simba SC de Tanzanie qu’il avait rejoint en 2021. Joint au téléphone, il a indiq.

Lire aussi : #Mali : Transfert : Moussa Djénépo prêté à antalyaspor

Moussa Djénépo change d’air. L’international malien rejoint la première division turque, précisément, Antalyaspor en provenance du Standard de Liège. L’ancien ailier de Yeelen olympique est arrivé en Türkiye, le vendredi 12 juillet, sous forme de prêt d’une saison avec option d’ac.

Lire aussi : #Mali : Carré d’as du championnat de foot féminin : Le suspense reste total

A une journée de la fin des débats, trois équipes, l’AS Mandé, l’AS Police et les Amazones de la Commune V peuvent encore prétendre au titre suprême. Tout se jouera donc lors de l’ultime journée, prévue ce mercredi : les Mandékas leaders du classement seront face à la lanterne rouge.

Lire aussi : #Mali : Nos expatriés : Djimi Traoré, Liverpool est un club particulier

Dans cette interview, le premier footballeur malien sacré champion d’Europe aborde plusieurs sujets : sa nomination à la tête du Groupe d’élite de l’AS Monaco, son sacre avec Liverpool en 2005 face au Milan AC, son passage en équipe nationale, la crise qui secoue actuellement la planète .

Lire aussi : #Mali : Transfert : Sékou Koïta rejoint le CSKA Moscou

C’était dans l’air depuis la semaine dernière, c’est désormais officiel. L’attaquant des Aigles, Sékou Koïta a paraphé un contrat de 3 ans avec le CSKA Moscou, lundi 8 juillet. L’ancien sociétaire de l’USC Kita était libre depuis le 1er juillet, date de la fin de son contrat avec.

Lire aussi : #Mali : Carré d’as du championnat de foot féminin : Amazones-As Mandé, malheur au vaincu

Les deux équipes s’affrontent cet après-midi au terrain de l’ex-SNJ dans un match qui s’annonce décisif pour elles dans la course au titre. L’autre rencontre de cette 4è journée mettra aux prises l’AS Police et l’Usfas au Complexe sportif Kadialy Diawara.

Les articles de l'auteur

#Mali : Transferts : Nouvelle aventure pour Sadio Kanouté

Sadio Kanouté change de club. Le milieu de terrain malien a rejoint, la semaine dernière, la Jeunesse sportive de Kabylie (JSK) pour deux saisons. Jusque-là, l’ex-sociétaire du Stade malien de Bamako jouait au Simba SC de Tanzanie qu’il avait rejoint en 2021. Joint au téléphone, il a indiqué que l’entraîneur de la JS Kabylie, Abdelhak Benchikha, a joué un rôle important dans son transfert en Algérie..

Par Djeneba BAGAYOGO


Publié mercredi 17 juillet 2024 à 13:42

#Mali : Transfert : Moussa Djénépo prêté à antalyaspor

Moussa Djénépo change d’air. L’international malien rejoint la première division turque, précisément, Antalyaspor en provenance du Standard de Liège. L’ancien ailier de Yeelen olympique est arrivé en Türkiye, le vendredi 12 juillet, sous forme de prêt d’une saison avec option d’achat. «Nous sommes heureux d’annoncer l’arrivée du Malien Moussa Djénépo dans l’effectif du club..

Par Djeneba BAGAYOGO


Publié lundi 15 juillet 2024 à 10:26

#Mali : Carré d’as du championnat de foot féminin : Le suspense reste total

A une journée de la fin des débats, trois équipes, l’AS Mandé, l’AS Police et les Amazones de la Commune V peuvent encore prétendre au titre suprême. Tout se jouera donc lors de l’ultime journée, prévue ce mercredi : les Mandékas leaders du classement seront face à la lanterne rouge l’Usfas, alors que les Policières, deuxièmes de la compétition se frotteront aux Communardes.

Par Djeneba BAGAYOGO


Publié lundi 15 juillet 2024 à 10:18

#Mali : Nos expatriés : Djimi Traoré, Liverpool est un club particulier

Dans cette interview, le premier footballeur malien sacré champion d’Europe aborde plusieurs sujets : sa nomination à la tête du Groupe d’élite de l’AS Monaco, son sacre avec Liverpool en 2005 face au Milan AC, son passage en équipe nationale, la crise qui secoue actuellement la planète foot du pays....

Par Djeneba BAGAYOGO


Publié mercredi 10 juillet 2024 à 17:55

#Mali : Transfert : Sékou Koïta rejoint le CSKA Moscou

C’était dans l’air depuis la semaine dernière, c’est désormais officiel. L’attaquant des Aigles, Sékou Koïta a paraphé un contrat de 3 ans avec le CSKA Moscou, lundi 8 juillet. L’ancien sociétaire de l’USC Kita était libre depuis le 1er juillet, date de la fin de son contrat avec le RB Salzbourg (Autriche). «Sékou Koïta est avec nous..

Par Djeneba BAGAYOGO


Publié mardi 09 juillet 2024 à 18:27

#Mali : Carré d’as du championnat de foot féminin : Amazones-As Mandé, malheur au vaincu

Les deux équipes s’affrontent cet après-midi au terrain de l’ex-SNJ dans un match qui s’annonce décisif pour elles dans la course au titre. L’autre rencontre de cette 4è journée mettra aux prises l’AS Police et l’Usfas au Complexe sportif Kadialy Diawara.

Par Djeneba BAGAYOGO


Publié mardi 09 juillet 2024 à 18:25

#Mali : Transfert : Sory Ibrahim Traoré signe à Villarreal

Sory Ibrahim Traoré rejoint le centre de formation de Villarreal FC. La nouvelle a été annoncée par l’ancien club du défenseur, l’Académie Les Étoiles du Mandé sur sa page Facebook. «Le défenseur axial de formation, Sory Ibrahim Traoré, formé à l’Académie des Étoiles du Mandé, s’est engagé en faveur de l’équipe de Villarreal FC (club de Liga d’Espagne)», a écrit le centre basé à Badougou Nafadji, à une quarantaine de kilomètres de Bamako..

Par Djeneba BAGAYOGO


Publié mardi 09 juillet 2024 à 10:43

L’espace des contributions est réservé aux abonnés.
Abonnez-vous pour accéder à cet espace d’échange et contribuer à la discussion.
S’abonner