Dr Oumar Koné à propos de la liberté sous caution : «Le montant dépend de l’appréciation souveraine du juge»

Cette décision des juges tient compte des faits, de leur gravité et en considération de la personne de l’inculpé, selon l’universitaire

Publié vendredi 24 mars 2023 à 07:57
Dr Oumar Koné à propos de la liberté sous caution : «Le montant dépend de l’appréciation souveraine du juge»

L’ancien ministre Mahamadou Camara a, récemment, bénéficié de la mise en liberté après avoir payé 500 millions de Fcfa en termes de sûreté constituée sur 10 titres fonciers dans l’affaire des achats d’équipements militaires. Quant à l’ancienne ministre Mme Bouaré Fily Sissoko qui est poursuivie dans le même dossier, elle est restée en détention provisoire pour n’avoir pas acquitté ce montant.

Qu’est-ce qui peut justifier une telle somme comme caution ? Interrogé sur la question, le maître-assistant à la Faculté du droit privé de Bamako (Fdpri) explique d’abord que la détention provisoire désigne la privation exceptionnelle de liberté d’une personne inculpée. Elle est prononcée pendant la phase d’instruction avant toute condamnation.


Aux termes de l’article 134 du Code de procédure pénale, en matière criminelle, «la détention provisoire est prescrite par un mandat de dépôt du juge d’instruction sans ordonnance préalable» qui est notifié à l’inculpé lors de l’interrogatoire de première comparution, indique l’universitaire. En matière correctionnelle, si la peine encourue comporte une peine d’emprisonnement, la détention provisoire peut être ordonnée selon les prescriptions de l’article 123 du Code de procédure pénale.

Cependant, en toute matière, la mise en liberté, assortie ou non du contrôle judiciaire, peut être ordonnée par le juge d’instruction soit à la demande de l’inculpé ou son conseil, soit sur réquisition du ministère public, soit d’office à charge pour l’inculpé de prendre l’engagement de se représenter à tous les actes de la procédure aussitôt qu’il en sera requis. Et de tenir informer le magistrat instructeur de tous ses déplacements, argumente l’homme de droit.

«Toutefois, aux termes de l’article 155 du Code de procédure pénale, la mise en liberté, dans tous les cas où elle n’est pas de droit, peut être subordonnée à l’obligation de fournir un cautionnement ou à constituer des sûretés», fait savoir Dr Oumar Koné.

Le praticien du droit explique que le cautionnement (les sûretés) a pour objet de garantir, entre autres, la représentation de l’inculpé à tous les actes de la procédure et pour l’exécution du jugement mais aussi le paiement des frais avancés par la partie civile et des amendes.

Aux termes de l’article 155 du Code de procédure pénale, « la décision de mise en liberté détermine la somme affectée à chacune des deux parties du cautionnement ou des sûretés», précise notre interlocuteur, ajoutant que le montant dépend de l’appréciation souveraine du juge en tenant compte des faits, de leur gravité et en considération de la personne de l’inculpé.

Conformément à l’article 156 du Code de procédure pénale, lorsque la mise en liberté est subordonnée à un cautionnement, celui-ci est fourni en espèces, billets de banque, chèques certifiés ou titre émis en garantie par l’État. «Il est versé entre les mains du greffier du tribunal ou de la cour ou du receveur de l’enregistrement», souligne Dr Oumar Koné.

Quid du sort du cautionnement ? À ce propos, le maître-assistant signale qu’aux termes de l’article 157 du Code de procédure pénale, la première partie du cautionnement est restituée si l’inculpé s’est présenté à tous les actes de la procédure. Toutefois, relativise-t-il, elle est acquise à l’état si l’inculpé, sans motif légitime d’excuse, a fait défaut à quelque acte de la procédure.

Selon notre interlocuteur, la seconde partie du cautionnement est toujours restituée en cas de non-lieu, d’absolution ou d’acquittement. En cas de condamnation, elle est affectée aux frais, à l’amende, aux restitutions et dommages-intérêts accordés à la partie civile. Et le surplus est restitué. 

Bembablin DOUMBIA

Lire aussi : #Mali : Le passage au 9è barrette de kung-fu 2024 prévu en juin prochain

Le 1er passage au grade de 9è barrette de la Ligue de Bamako du Kung-fu wushu 2024 au Mali aura lieu en juin prochain. En prélude à cet évènement, le stage préparatoire est en cours dans toutes les communes de la capitale..

Lire aussi : #Mali : Nouvelle centrale solaire de 200 mégawatts de Sanankoroba : Le président Assimi Goïta lance les travaux aujourd’hui

En prélude à l’événement, le chef de l’État a reçu, hier au palais de Koulouba le directeur général de l’entreprise russe chargée du projet, Grigory Nazarov.

Lire aussi : #Mali : Œuvres sociales du président de la Transition : Des forages et des matériels informatiques et didactiques aux Groupes scolaires de Niamakoro et Troikabougou

Dans le cadre des œuvres sociales du président de la Transition, le colonel Assimi Goïta, les Groupes scolaires de Niamakoro, ancien marché, en Commune VI du District de Bamako et de Troikabougou (Commune IV) ne sont pas restés en marge. En effet, les deux établissements scolaires ont eu, cha.

Lire aussi : #Mali : Lutte contre les atteintes aux biens publics : Plus de 91 milliards de Fcfa recouvrés par la justice

De 2018 à 2022, les Pôles économiques et financiers (aujourd’hui Pôle national économique et financier) ont reçu, au titre des cautions, 15,3 milliards de Fcfa dont 15,1 milliards au compte des atteintes aux biens publics. S’agissant du recouvrement et des remboursements, ils ont encaissé.

Lire aussi : #Mali : Secteur de la Justice : Le Comité de coordination statistique tient sa 1ère session ordinaire

La 1ère session ordinaire du Comité de coordination statistique du secteur de la justice (CCS SJ) s’est tenue hier au ministère de la Justice et des Droits de l’Homme..

Lire aussi : #Mali : Commission thématique I «paix, réconciliation nationale et cohésion sociale» : Des recommandations au diapason des préoccupations nationales

Les délégués au Dialogue inter-Maliens ont requis d’ouvrir le dialogue doctrinal avec les groupes armés terroristes, de mettre à contribution les érudits en vue définir le contour des débats à mener avec ces cohortes. Ils ont aussi rappelé la nécessité de résoudre rapidement la crise.

Les articles de l'auteur

#Mali : Le passage au 9è barrette de kung-fu 2024 prévu en juin prochain

Le 1er passage au grade de 9è barrette de la Ligue de Bamako du Kung-fu wushu 2024 au Mali aura lieu en juin prochain. En prélude à cet évènement, le stage préparatoire est en cours dans toutes les communes de la capitale..

Par Bembablin DOUMBIA


Publié dimanche 26 mai 2024 à 22:03

#Mali : Nouvelle centrale solaire de 200 mégawatts de Sanankoroba : Le président Assimi Goïta lance les travaux aujourd’hui

En prélude à l’événement, le chef de l’État a reçu, hier au palais de Koulouba le directeur général de l’entreprise russe chargée du projet, Grigory Nazarov.

Par Bembablin DOUMBIA


Publié jeudi 23 mai 2024 à 19:54

#Mali : Œuvres sociales du président de la Transition : Des forages et des matériels informatiques et didactiques aux Groupes scolaires de Niamakoro et Troikabougou

Dans le cadre des œuvres sociales du président de la Transition, le colonel Assimi Goïta, les Groupes scolaires de Niamakoro, ancien marché, en Commune VI du District de Bamako et de Troikabougou (Commune IV) ne sont pas restés en marge. En effet, les deux établissements scolaires ont eu, chacun, un forage, des ordinateurs et des dictionnaires..

Par Bembablin DOUMBIA


Publié jeudi 16 mai 2024 à 18:17

#Mali : Lutte contre les atteintes aux biens publics : Plus de 91 milliards de Fcfa recouvrés par la justice

De 2018 à 2022, les Pôles économiques et financiers (aujourd’hui Pôle national économique et financier) ont reçu, au titre des cautions, 15,3 milliards de Fcfa dont 15,1 milliards au compte des atteintes aux biens publics. S’agissant du recouvrement et des remboursements, ils ont encaissé, respectivement, 91,8 milliards de Fcfa et 330,1 millions pour les mêmes infractions.

Par Bembablin DOUMBIA


Publié jeudi 16 mai 2024 à 09:10

#Mali : Secteur de la Justice : Le Comité de coordination statistique tient sa 1ère session ordinaire

La 1ère session ordinaire du Comité de coordination statistique du secteur de la justice (CCS SJ) s’est tenue hier au ministère de la Justice et des Droits de l’Homme..

Par Bembablin DOUMBIA


Publié vendredi 10 mai 2024 à 08:53

#Mali : Commission thématique I «paix, réconciliation nationale et cohésion sociale» : Des recommandations au diapason des préoccupations nationales

Les délégués au Dialogue inter-Maliens ont requis d’ouvrir le dialogue doctrinal avec les groupes armés terroristes, de mettre à contribution les érudits en vue définir le contour des débats à mener avec ces cohortes. Ils ont aussi rappelé la nécessité de résoudre rapidement la crise énergétique pour apaiser le climat social.

Par Bembablin DOUMBIA


Publié jeudi 09 mai 2024 à 08:14

#Mali : Commission I «paix, réconciliation nationale et cohésion sociale» : Faut-il négocier avec Hamadoun Kouffa et Iyad Ag Ghali ?

Les membres de cette commission répondent par l’affirmative, estimant qu’il est nécessaire de faire prévaloir le dialogue à tout prix. Ils invitent les autorités compétentes à négocier avec les frères égarés en vue d’instaurer une paix définitive dans notre pays.

Par Bembablin DOUMBIA


Publié mercredi 08 mai 2024 à 08:34

L’espace des contributions est réservé aux abonnés.
Abonnez-vous pour accéder à cet espace d’échange et contribuer à la discussion.
S’abonner