Mali, Église chrétienne évangélique : Un siècle d’existence

L’anniversaire de ce bel âge qui a été dignement commémoré par la communauté chrétienne est aussi un devoir de souvenir. Celui des premiers missionnaires qui sont venus prêcher la parole de l’évangile dans notre pays, souvent au péril de leur vie

Publié lundi 20 novembre 2023 à 07:53 , mis à jour lundi 17 juin 2024 à 11:19
Mali, Église chrétienne évangélique : Un siècle d’existence

La célébration de ce centenaire est l’occasion de se souvenir des premiers missionnaires venus au Mali

 

 

L’Église chrétienne évangélique du Mali (Ecem), issue de l’Alliance chrétienne et missionnaire (C&MA) a aujourd’hui 100 ans (1923-2023). L’anniversaire de ce siècle d’existence a été commémoré les 17 et 18 novembre derniers au Centre international de conférences de Bamako (CICB) sous le thème : «Enfant de l’Alliance chrétienne missionnaire, connais tes origines et va plus loin».

La cérémonie symbolique était présidée par le secrétaire général du ministère des Affaires religieuses, du Culte et des Coutumes, Toumani Sangaré, en présence de l’ancien Premier ministre, Ousmane Issoufi Maïga, et du président du Comité exécutif national de l’Ecem, pasteur Sadrac Diarra. On notait aussi la participation de plusieurs fidèles chrétiens venus de différents pays africains, notamment Côte d’Ivoire, Burkina Faso, Guinée, Sierra-Leone et Gabon, mais aussi d’europe et des États-Unis d’Amérique.

La manifestation se voulait aussi une évaluation de l’Ecem, mais aussi de réflexion sur les perspectives de sa croissance. Selon les organisateurs, il s’agit également de témoigner de leur reconnaissance au seigneur. Le président du Comité exécutif national de l’Ecem a expliqué que la célébration de ce centenaire est l’occasion de se souvenir des premiers missionnaires venus au Mali, au péril de leur vie pour porter à la population la bonne nouvelle de l’évangile. «Nous souvenir des actions, souvent anonymes, des premiers chrétiens, persécutés pour leur foi et qui ont résisté et façonné l’Ecem. Ils ont ainsi fondé les premières églises dans les villages. Nous souvenir des premiers qui se sont formés dans l’étude de la parole de Dieu et qui ont donné les premiers enseignements aux nouveaux chrétiens», a-t-il déclaré.





Pour sa part, le pasteur Sadrac Diarra a remercié les autorités dont la présence, selon lui, témoigne de leur intérêt pour l’éducation morale et spirituelle des citoyens maliens, sans discrimination de religion. Comme on pouvait s’en douter, la victoire des FAMa sur les ennemis de la paix à Kidal a été saluée et magnifiée, une victoire qui augure des lendemains de paix durable, synonyme de stabilisation du pays.

 Le président du Comité exécutif national de l’Ecem a aussi rappelé que l’Ecem participe à la vie active de la nation en manifestant l’amour de Jésus-Christ à travers des activités du Centre protestant pour l’assistance médical au Mali (Cpam) et l’Organisation de développement pour l’espérance au Mali dénommé (Odes-Mali), y compris des formations thématiques sur la citoyenneté et l’entreprenariat pour les jeunes et la promotion des langues nationales à travers l’alphabétisation fonctionnelle.

Le secrétaire général du ministère des Affaires religieuses, du Culte et des Coutumes a salué la communauté chrétienne du Mali en général et celle de l’Ecem en particulier pour son implication notable dans la promotion de la tolérance religieuse et du vivre ensemble dans notre pays. Toumani Sangaré a estimé qu’à l’instar des autres communautés, les chrétiens ont sans cesse prié pour le Mali, au moment où il traverse les périodes les plus difficiles de son histoire, afin que le Tout-Puissant le préserve de la division des querelles fratricides et de l’insécurité généralisée. Et de dire que le Mali se relève lentement, mais sûrement de ces difficultés. Pour lui, l’Ecem, dont la croissance augure d’un avenir meilleur, doit œuvrer dans l’enseignement de ses fidèles et soutenir le développement durable au Mali tant sur le plan spirituel que social et économique.

Tiedié DOUMBIA

Lire aussi : #Mali : Ségou : Un fabriquant d’armes et son complice déférés

L’un s’était spécialisé dans la fabrication d’armes artisanales améliorées et l’autre dans leur mise sur le marché noir. Les policiers ont fini par casser cette entreprise illégale.

Lire aussi : #Mali: Korofina Nord : Des braqueurs aux arrêts

Un client sollicite les services d’un conducteur de mototaxi. Ce dernier accepte sans savoir que c’était pour le livrer à ses complices braqueurs.

Lire aussi : #Mali : Niamakoro : Des faussaires de documents mis hors d’etat de nuire

Évoluant dans la fabrication de faux documents, ils assuraient également la formation et l’initiation de nouveaux faussaires dans cette pratique illégale. Les policiers ont mis fin à leur entreprise.

Lire aussi : #Mali : Kolokani : La fillette a payé pour son père

Pour faire mal à son créancier il a tout simplement assassiné sa fillette de six ans. Il est ensuite recherché, interpellé par la police et renvoyé chez les juges.

Lire aussi : #Mali : 2è édition de la Semaine professionnelle de l’Ispric : Une belle initiative

L’Institut des sciences politiques, relations internationales et communications (Ispric) a clôturé, jeudi dernier dans ses propres installations sur la colline de Badalabougou, la 2è édition de sa Semaine professionnelle sous le thème : «Comment trouver son stage ou emploi étant étudiant?.

Lire aussi : #Mali : Bagadadji Rail-Da : Triste fin d’un dealer très connu dans le milieu

La victime et son bourreau étaient deux amis qui vivaient dans le même milieu des drogués depuis un certain temps. L’un se débarrassera définitivement de l’autre, sans autre forme.

Les articles de l'auteur

#Mali : Ségou : Un fabriquant d’armes et son complice déférés

L’un s’était spécialisé dans la fabrication d’armes artisanales améliorées et l’autre dans leur mise sur le marché noir. Les policiers ont fini par casser cette entreprise illégale.

Par Tiedié DOUMBIA


Publié mercredi 12 juin 2024 à 18:44

#Mali: Korofina Nord : Des braqueurs aux arrêts

Un client sollicite les services d’un conducteur de mototaxi. Ce dernier accepte sans savoir que c’était pour le livrer à ses complices braqueurs.

Par Tiedié DOUMBIA


Publié lundi 10 juin 2024 à 07:27

#Mali : Niamakoro : Des faussaires de documents mis hors d’etat de nuire

Évoluant dans la fabrication de faux documents, ils assuraient également la formation et l’initiation de nouveaux faussaires dans cette pratique illégale. Les policiers ont mis fin à leur entreprise.

Par Tiedié DOUMBIA


Publié lundi 03 juin 2024 à 18:21

#Mali : Kolokani : La fillette a payé pour son père

Pour faire mal à son créancier il a tout simplement assassiné sa fillette de six ans. Il est ensuite recherché, interpellé par la police et renvoyé chez les juges.

Par Tiedié DOUMBIA


Publié lundi 03 juin 2024 à 09:11

#Mali : 2è édition de la Semaine professionnelle de l’Ispric : Une belle initiative

L’Institut des sciences politiques, relations internationales et communications (Ispric) a clôturé, jeudi dernier dans ses propres installations sur la colline de Badalabougou, la 2è édition de sa Semaine professionnelle sous le thème : «Comment trouver son stage ou emploi étant étudiant?»..

Par Tiedié DOUMBIA


Publié lundi 03 juin 2024 à 09:08

#Mali : Bagadadji Rail-Da : Triste fin d’un dealer très connu dans le milieu

La victime et son bourreau étaient deux amis qui vivaient dans le même milieu des drogués depuis un certain temps. L’un se débarrassera définitivement de l’autre, sans autre forme.

Par Tiedié DOUMBIA


Publié lundi 27 mai 2024 à 17:18

#Mali : Kati Kôkô : Braqeurs malchanceux

Les deux individus avaient presque réussi leur opération. Mais celle-ci a échoué grâce au courage de leur victime.

Par Tiedié DOUMBIA


Publié jeudi 23 mai 2024 à 17:40

L’espace des contributions est réservé aux abonnés.
Abonnez-vous pour accéder à cet espace d’échange et contribuer à la discussion.
S’abonner