Système français dans les écoles privées : Qu’en est-il réellement ?

Certains établissements scolaires prétendent pratiquer le programme d’enseignement français pour appâter les parents d’élèves. Mais au regard des récriminations des parents et des remarques d’autres pédagogues, beaucoup d’entre eux ne semblent pas répondre aux critères

Publié lundi 02 octobre 2023 à 07:30 , mis à jour lundi 17 juin 2024 à 10:14
Système français dans les écoles privées : Qu’en est-il réellement ?

Une classe de 6è année (photo d’archives)

 

Les élèves reprennent le chemin de l’école aujourd’hui dans notre pays. L’excitation et la joie seront au rendez-vous pour de nombreux enfants qui vont passer en classe supérieure ou revoir leurs anciens camarades de classe. Pendant que d’autres enfants chez qui la rentrée scolaire a lieu le 4 septembre commencent à ressentir la lassitude. Ce décalage entre les dates s’explique par le fait que les établissements qui sont dans le «système français» sont contraints de respecter la date de la rentrée scolaire en France.

Ce système qui concerne un certain nombre d’écoles privées consiste à ouvrir ces établissements scolaires à la même date que les écoles françaises. Ce fut donc le cas le 4 septembre dernier, où des jeunes écoliers ont dû reprendre le chemin de l’école alors que leurs amis et camarades du système malien pouvaient profiter encore d’un mois de vacances.

Les élèves qui évoluent dans ce système éducatif sont censés suivre également le même mode d’enseignement que les écoliers français. Ils utilisent les mêmes livres, suivent les mêmes programmes, etc. Mais dans la pratique, il existe des manquements dans certaines de ces écoles dont les frais de scolarité ne sont pas accessibles à la bourse du Malien moyen. « Ces établissements disent commencer les cours en septembre.


Tu inscris et envoies tes enfants, ils font deux à trois jours de cours et ils les renvoient en disant que le gouvernement leur a demandé de fermer les écoles », témoigne A.C qui dit avoir vécu cela pendant deux rentrées scolaires de suite. Pour la jeune maman, ce sont « des arnaqueurs ». Comme A.C, d’autres parents d’élèves ont vécu la même situation. Les écoles qui font cette pratique se réclament du système français. Elles débutent les cours en septembre pour terminer l’année scolaire en fin juin. Leur objectif, selon certains témoins, est de profiter de 10 mois de frais scolaires au lieu des 9 mois comme dans les autres écoles privées au Mali.

 

DEUX MOIS DE CONGÉ- E. Coulibaly avait ses enfants dans l’une de ces écoles. « Mes enfants commençaient leur cours en septembre et ils terminaient leur programme en mai. Mais, leur école prolongeait les cours jusqu’en fin juin juste pour bénéficier du paiement du mois de juin », confesse la mère de famille. Elle explique que durant tout le mois de juin, ses enfants ne faisaient que réviser seulement à l’école et rien d’autre. Pour E. Coulibaly, le hic c’est que les frais scolaires coûtent la peau des fesses parce qu’il faut débourser entre 600.000 à 700.000 Fcfa pour un seul enfant au premier cycle.


«C’est pour cela d’ailleurs qu’il y a peu d’élèves inscrits dans ce genre d’école», indique la mère de famille qui se plaint également du programme chargé des cours. Elle explique que le nombre de devoirs à la maison est parfois trop pour les enfants qui n’ont plus de temps pour s’amuser avec les autres. Ce qui les épuise et leurs parents avec.

Pendant que les autres enfants retournent sur les bancs ce lundi 2 octobre, l’un des enfants d’E. Coulibaly, élève en 7è année, est déjà accablé par ses leçons. La jeune fille se plaint de n’avoir eu que deux mois de vacances contrairement à ses amies du quartier qui en ont eu droit à trois mois. « Dans mon école, les horaires de descente également sont différents. Nous avons cours de 8 heures à 12 heures le matin. Et le soir de 13 heures à 16 heures, les récréations comprises », nous dit-elle.

« Ce sont des écoles qui se trouvent sur le territoire malien, ce sont des enfants maliens qui sont là-bas. Malheureusement, certaines écoles n’utilisent même pas le programme scolaire malien ni même les documents maliens utilisés par les autres élèves », fait remarquer un professeur d’enseignement secondaire répondant  au nom de Mamadou Soumaré. Il pointe du doigt le complexe des parents de certains à inscrire leur progéniture dans ces écoles qui n’ont rien du programme français. Pourtant, dira Mamadou Soumaré, ces élèves font les mêmes examens aux mêmes périodes que les autres élèves maliens.


Selon lui, un changement commençait à s’opérer puisqu’il y a eu une année où l’État a essayé d’avoir un regard sur ces écoles qui sont en train d’ouvrir tôt ou d’anticiper les congés. « Quand l’État dit que l’école doit reprendre le 2 octobre, il faut que tout le monde respecte cette date. S’ils veulent calquer leur programme sur les programmes français, il faut que les autorités prennent leur responsabilité », soutient Mamadou Soumaré.

Pour le pédagogue, il faut que cette situation cesse. Et que l’État envisage des sanctions à l’encontre de ces établissements, notamment le retrait de l’agrément aux écoles qui ne respecteraient pas le programme malien et les décisions du ministère de l’Éducation nationale. À l’en croire, les responsables de ces établissements scolaires ayant opté pour le système français sont juste « des commerçants ». Il y va peut-être  fort. Mais les récriminations de certains parents et la colère de certains enseignants méritent que les autorités scolaires s’intéressent à la question

Jessica Khadidia DEMBELE

Lire aussi : #Mali : Œuvres sociales du président de la Transition : Aucun malien n’est oublié

Mettre les 2/3 de ses fonds de souveraineté au service du peuple malien, c’est la promesse faite par le président de la Transition, le colonel Assimi Goïta, à nos compatriotes il y a trois ans lors de son investiture..

Lire aussi : #Mali : Œuvres sociales du président de la Transition : Les 374è, 375è et 376è forages inaugurés

Dans le cadre des œuvres sociales du président de la Transition, le colonel Assimi Goïta, son conseiller spécial, Aguibou Dembélé, a procédé hier à l’inauguration de trois forages..

Lire aussi : #Mali : Haut conseil des collectivités : Cinq projets de textes adoptés

Débutée le 6 mai dernier, la 1ère session statutaire du Haut conseil des collectivités (HCC), au titre de l’année 2024, a pris fin hier. En prélude à la clôture de cette session, le HCC a tenu lundi, une plénière d’adoption des projets de textes envoyés par le gouvernement pour avis e.

Lire aussi : #Mali : Œuvres sociales du président de la Transition : Le cri du cœur des habitants de Doumazana Nafadji plateau et de Yirimadio Koulouba entendu

Les doléances en matière d’accès à l’eau potable des résidents de Doumazana Nafadji Plateau, en Commune I, et ceux de Yirimadio Koulouba, en Commune VI du District de Bamako, ont été entendues. Ils ont été gratifiés par le président de la Transition, le colonel Assimi Goïta, d’un f.

Lire aussi : #Mali : Œuvres sociales du président de la Transition : Des forages pour les Groupes scolaires Doumanzana IV et El Hadji Koleba Samaké

Le problème d’eau, de plus en plus récurrent au Mali, est une réalité bien aigre. Les écoles et les hôpitaux sont des structures qui en pâtissent le plus. C’est pour cette raison que le président de la Transition, le colonel Assimi Goïta, a dédié 2/3 de ses fonds de souveraineté pour.

Lire aussi : #Mali : La diaspora malienne a joué sa partition

30 Maliens de l’extérieur ont été délégués pour venir participer à la phase nationale du Dialogue inter-Maliens. Ils ont été reçus par le ministre des Maliens établis à l’extérieur et de l’Intégration africaine, Mossa Ag Attaher, jeudi dernier dans son département, afin de les r.

Les articles de l'auteur

#Mali : Œuvres sociales du président de la Transition : Aucun malien n’est oublié

Mettre les 2/3 de ses fonds de souveraineté au service du peuple malien, c’est la promesse faite par le président de la Transition, le colonel Assimi Goïta, à nos compatriotes il y a trois ans lors de son investiture..

Par Jessica Khadidia DEMBELE


Publié mercredi 12 juin 2024 à 18:38

#Mali : Œuvres sociales du président de la Transition : Les 374è, 375è et 376è forages inaugurés

Dans le cadre des œuvres sociales du président de la Transition, le colonel Assimi Goïta, son conseiller spécial, Aguibou Dembélé, a procédé hier à l’inauguration de trois forages..

Par Jessica Khadidia DEMBELE


Publié mercredi 05 juin 2024 à 19:11

#Mali : Haut conseil des collectivités : Cinq projets de textes adoptés

Débutée le 6 mai dernier, la 1ère session statutaire du Haut conseil des collectivités (HCC), au titre de l’année 2024, a pris fin hier. En prélude à la clôture de cette session, le HCC a tenu lundi, une plénière d’adoption des projets de textes envoyés par le gouvernement pour avis en application des dispositions de l’article 99 de la Constitution..

Par Jessica Khadidia DEMBELE


Publié mardi 04 juin 2024 à 17:56

#Mali : Œuvres sociales du président de la Transition : Le cri du cœur des habitants de Doumazana Nafadji plateau et de Yirimadio Koulouba entendu

Les doléances en matière d’accès à l’eau potable des résidents de Doumazana Nafadji Plateau, en Commune I, et ceux de Yirimadio Koulouba, en Commune VI du District de Bamako, ont été entendues. Ils ont été gratifiés par le président de la Transition, le colonel Assimi Goïta, d’un forage d’eau chacun dans le cadre de ses œuvres sociales..

Par Jessica Khadidia DEMBELE


Publié mardi 28 mai 2024 à 18:48

#Mali : Œuvres sociales du président de la Transition : Des forages pour les Groupes scolaires Doumanzana IV et El Hadji Koleba Samaké

Le problème d’eau, de plus en plus récurrent au Mali, est une réalité bien aigre. Les écoles et les hôpitaux sont des structures qui en pâtissent le plus. C’est pour cette raison que le président de la Transition, le colonel Assimi Goïta, a dédié 2/3 de ses fonds de souveraineté pour soulager les maux de la population malienne..

Par Jessica Khadidia DEMBELE


Publié mardi 14 mai 2024 à 18:43

#Mali : La diaspora malienne a joué sa partition

30 Maliens de l’extérieur ont été délégués pour venir participer à la phase nationale du Dialogue inter-Maliens. Ils ont été reçus par le ministre des Maliens établis à l’extérieur et de l’Intégration africaine, Mossa Ag Attaher, jeudi dernier dans son département, afin de les remercier d’avoir joué leur partition lors de ce processus de dialogue..

Par Jessica Khadidia DEMBELE


Publié dimanche 12 mai 2024 à 17:10

#Mali : Œuvres sociales du président de la Transition : Deux forages pour Dialakorodji et Sabalibougou Dougourakoro plateau

À travers ses œuvres sociales, le président de la Transition, le colonel Assimi Goïta, continue de favoriser l’accès des Maliens à l’un des besoins les plus précieux : l’eau potable. Les résidents de Dialakorodji et ceux de Sabalibougou Dougourakôrô Plateau, qui faisaient face à une extrême pénurie, étaient heureux de recevoir des forages offerts à eux par le chef de l’État..

Par Jessica Khadidia DEMBELE


Publié mercredi 08 mai 2024 à 08:54

L’espace des contributions est réservé aux abonnés.
Abonnez-vous pour accéder à cet espace d’échange et contribuer à la discussion.
S’abonner