#Mali : Accès aux chaînes nationales sur Canal+ : Au-delà de la numérotation, les abonnés demandent la gratuité

Les clients souhaitent avoir la possibilité de continuer à regarder nos chaînes nationales (étatiques et privées) après avoir épuisé le crédit d’abonnement mensuel ou trimestriel. Les autorités assurent qu’elles y travaillent

Publié mardi 04 juin 2024 à 18:37
#Mali : Accès aux chaînes nationales sur Canal+ : Au-delà de  la numérotation, les abonnés demandent la gratuité

Certains demandent une baisse des tarifs d’abonnement

 

Dans un communiqué publié, il y a environ deux mois, la Haute autorité de la communication (Hac) informait le public qu’à compter du 26 mars dernier, les abonnés aux bouquets Canal+ pourront capter l’ORTM1, ORTM2, Africable télévision, TM1, Renouveau TV, Joliba News TV et Cherifla TV respectivement sur les canaux 1, 2, 3, 4, 5, 6 et 7. Selon l’institution, cette nouvelle numérotation logique entre dans sa volonté d’assurer une meilleure visibilité et accessibilité aux chaînes et télévisions maliennes (publiques comme privées). La nouvelle a mis sur la table la question de la gratuité des chaînes nationales sur Canal+. Depuis l’avènement des télévisions numériques, les clients du distributeur Canal+ doivent payer pour accéder aux chaînes nationales.

Barouni Diaby, un trentenaire, veut à ce jour renouveler son abonnement qui arrivera à terme dans quelques jours. Ce chef de famille propose à nos chaînes privées de rendre accessible leur diffusion aux téléspectateurs nationaux sur les différents bouquets des distributeurs. «À l’époque, il suffisait juste d’avoir sa petite antenne et une batterie bien chargée pour avoir les chaînes comme l’ORTM, TV5 monde, etc. On pouvait même avoir la chaîne Africable après avoir acheté son antenne», se souvient-t-il. Il espère que la Hac va prendre cet aspect en compte pour que les abonnés puissent au moins avoir gratuitement la télévision nationale.

Yacouba Tembelly, quant à lui, pense qu’avec la numérisation des télévisions, les consommateurs ont de meilleures images. Néanmoins, il souhaite que le bouquet Canal+ soit à la portée de tout le monde. «Dans certains pays de la sous-région, l’on trouvera la totalité des bouquets à moins de 20.000 Fcfa, telle n’est pas le cas dans notre pays. C’est bien de faciliter l’accessibilité, mais c’est encore mieux que les prix soient raisonnables surtout quand nos chaînes nationales en font parties», explique-t-il. Et de poursuivre que le client est souvent obligé d’aller prendre un abonnement alors qu’il n’a besoin que de regarder certaines de nos chaînes.

Mama Barry qui captait nos télévisions nationales publiques (ORTM 1 et 2) à zéro franc dans son village, déplore aujourd’hui le fait que certaines personnes se moquent des utilisateurs des anciennes antennes. «Après que l’antenne de ma télé ait été cassée, j’ai parcouru plusieurs endroits dans le but de pouvoir en trouver. Des gens se moquaient de moi, justifiant que c’est désuet», regrette-t-il.

 

ANTENNE TNT- Dans une interview, Seydou Sissouma, membre de la Hac, précise que sa structure travaille sur la possibilité pour un abonné de continuer à regarder nos chaînes étatiques lorsque qu’il épuise son crédit d’abonnement mensuel ou trimestriel. Selon lui, plusieurs pays de la sous-région sont préoccupés par le même sujet et «nous sommes en train de travailler en espérant, dans un avenir raisonnable, obtenir le principe de faire en sorte que les chaînes nationales publiques puissent être accessibles aux Maliens», confie-t-il

Peut-on avoir accès à nos chaînes nationales sans passer par l’abonnement ? C’est faisable quand celles-ci sont diffusées par la Société malienne de transmission et de diffusion (SMTD). Selon le directeur général adjoint de la structure, Sériba Adama Coulibaly, pour recevoir les chaines de la Télévision numérique terrestre (TNT), il suffit de payer ton antenne quand tu as un téléviseur à la norme ou un boîtier pour adapter. «Tu n’as pas d’abonnement à payer. La diffusion en clair que l’on avait en analogie, continue avec le numérique», souligne-t-il. Et de préciser que sur une quarantaine de chaînes, la SMTD en diffuse moins de 5.

Selon lui, cette situation est due au fait que dans notre pays, les télévisions privées courent vers les distributeurs au lieu de venir vers les diffuseurs pour élargir leurs auditoires à travers ceux qui pourront les recevoir sans décodeurs et sans abonnements. Sériba Adama Coulibaly affirme que la SMTD, diffuseur public, est le diffuseur naturel de l’ORTM, alors qu’elle ne peut diffuser que les télévisions privées qui choisissent de venir vers elle.

Avec la numérisation, indique l’expert, un émetteur peut prendre vingt chaînes voire plus. Tout dépend de la technologie appliquée. «En termes de capacité, aujourd’hui, on peut prendre toutes les chaînes qui sont autorisées à Bamako parce nous avons une disponibilité de 76 places», informe-t-il.

Le directeur général adjoint rappelle que c’est à partir de l’accord de Genève en 2006 que l’Union internationale des télécommunications (UIT) a décidé que les pays passent au numérique, à savoir la TNT. Sériba Adama Coulibaly souligne que notre pays à l’instar de beaucoup d’autres avait jusqu’au 17 juin 2015 pour migrer. En ce qui concerne l’évolution de cette migration vers la TNT, évalue-t-il, les émetteurs TNT fonctionnent à Bamako depuis 2020 alors qu’il n’y en a pas encore en fonctionnement à l’intérieur du pays. Le déploiement y est toujours en cours. Les programmes de l’ORTM sont aussi diffusés en clair par satellite et sont disponibles sur tout le territoire.

 

Fadi CISSE

Lire aussi : #Mali : Campagne agricole 2024-2025 : Des espoirs sur le terrain

La visite dans la filière Ouest a bouclé, mercredi dernier, la tournée du président directeur général (PDG) de la holding Compagnie malienne pour le développement des textiles (CMDT), Dr Nango Dembélé..

Lire aussi : #Mali : Filiale nord-est de la CMDT : Dr Nango Dembélé encourage les producteurs

Le président directeur général (PDG) de la holding Compagnie malienne pour le développement des textiles (CMDT), Nango Dembélé, poursuit sa tournée dans les zones cotonnières pour s’imprégner du début de la campagne agricole 2024-2025 et des difficultés que rencontrent les producteurs.

Lire aussi : #Mali : Sido, Koumantou et Katèlè : Le PDG de la holding CMDT a l’écoute des producteurs de coton

Au cours de cette tournée, Dr Nango Dembélé a apporté des éléments de clarification du processus du paiement du coton qui avait connu un léger retard cette année. Selon lui, tout est presque terminé et il reste moins de10% à payer.

Lire aussi : #Mali : Fourneaux multifonctionnels: Pas besoin du charbon ou bois

Ce matériel confectionné par le menuisier Bakary Coulibaly est doté d’un ventilateur pour raviver le feu et neutraliser la fumée. Il comporte une batterie rechargeable via l’électricité ou le panneau solaire et fonctionne à base d’huile de moteur usée que reçoit un réservoir avant de.

Lire aussi : #Mali : Vente promotionnelle des petits ruminants : Un partenariatgagnant-gagnant entre pro-arides et emboucheurs

La 2è édition de la vente promotionnelle des petits ruminants «Opération Tabaski» du Programme agroalimentaire pour la résilience intégrée et le développement économique au Sahel (Pro-ARIDES) s’est tenue du 11 au 13 juin dernier dans la Région de San. La cérémonie de lancement de l’.

Lire aussi : #Mali : Grand marché de Bamako: Fière allure après la fête

Cette année, la mairie du District n’a pas attendu des jours pour assainir le marché.

Les articles de l'auteur

#Mali : Campagne agricole 2024-2025 : Des espoirs sur le terrain

La visite dans la filière Ouest a bouclé, mercredi dernier, la tournée du président directeur général (PDG) de la holding Compagnie malienne pour le développement des textiles (CMDT), Dr Nango Dembélé..

Par Fadi CISSE


Publié vendredi 12 juillet 2024 à 10:53

#Mali : Filiale nord-est de la CMDT : Dr Nango Dembélé encourage les producteurs

Le président directeur général (PDG) de la holding Compagnie malienne pour le développement des textiles (CMDT), Nango Dembélé, poursuit sa tournée dans les zones cotonnières pour s’imprégner du début de la campagne agricole 2024-2025 et des difficultés que rencontrent les producteurs.

Par Fadi CISSE


Publié mardi 09 juillet 2024 à 10:13

#Mali : Sido, Koumantou et Katèlè : Le PDG de la holding CMDT a l’écoute des producteurs de coton

Au cours de cette tournée, Dr Nango Dembélé a apporté des éléments de clarification du processus du paiement du coton qui avait connu un léger retard cette année. Selon lui, tout est presque terminé et il reste moins de10% à payer.

Par Fadi CISSE


Publié jeudi 04 juillet 2024 à 17:43

#Mali : Fourneaux multifonctionnels: Pas besoin du charbon ou bois

Ce matériel confectionné par le menuisier Bakary Coulibaly est doté d’un ventilateur pour raviver le feu et neutraliser la fumée. Il comporte une batterie rechargeable via l’électricité ou le panneau solaire et fonctionne à base d’huile de moteur usée que reçoit un réservoir avant de le distribuer dans le fourneau …...

Par Fadi CISSE


Publié mercredi 03 juillet 2024 à 16:25

#Mali : Vente promotionnelle des petits ruminants : Un partenariatgagnant-gagnant entre pro-arides et emboucheurs

La 2è édition de la vente promotionnelle des petits ruminants «Opération Tabaski» du Programme agroalimentaire pour la résilience intégrée et le développement économique au Sahel (Pro-ARIDES) s’est tenue du 11 au 13 juin dernier dans la Région de San. La cérémonie de lancement de l’opération était présidée par le représentant du gouverneur de cette Région, en présence du chef de projet Pro-ARIDES CARE Mali..

Par Fadi CISSE


Publié dimanche 30 juin 2024 à 16:50

#Mali : Grand marché de Bamako: Fière allure après la fête

Cette année, la mairie du District n’a pas attendu des jours pour assainir le marché.

Par Fadi CISSE


Publié jeudi 20 juin 2024 à 17:33

#Mali : Gestion des déchets après la fête : on se pince le nez

Nous sommes mardi, le lendemain de fête d’Aïd El-Kebir. Il est environ 10 heures, mais le soleil darde déjà de brûlants rayons sur Samanko II, dans la Commune du Mandé. Au même moment, l’odeur nauséabonde de sang et de bouse des bêtes immolées la veille, c’est-à-dire le jour de la Tabaski se fait sentir dans les rues du quartier..

Par Fadi CISSE


Publié mercredi 19 juin 2024 à 16:23

L’espace des contributions est réservé aux abonnés.
Abonnez-vous pour accéder à cet espace d’échange et contribuer à la discussion.
S’abonner