Kalaban-coro : Un cambiste tombe sous les balles de bandits armés

Ils l’ont poursuivi nuitamment jusqu’à son domicile et ont tiré sur lui à bout portant avant de s’évaporer dans la nature

Par

Publié lundi 26 février 2024 à 08:16
Kalaban-coro : Un cambiste tombe sous les balles de bandits armés

 Les malfrats ont frappé fort la semaine dernière à Kalabancoro-Nèrècoro, dans la banlieue sud ouest de Bamako. Ce jour-là, deux bandits de grand chemin ont froidement assassiné Bouba (pseudonyme de la victime) jusque devant son domicile, en présence de son enfant, un garçonnet de 2 ans. La présence  de ce bambin n’a fait aucun effet sur les assassins qui voulaient coûte que coûte l’argent de son cambiste de père.

Cet assassinat ignoble remet sur la table l’épineuse question relative à la prolifération des armes de tout calibre, et surtout la persistance du grand banditisme qui demeure une triste réalité dans la cité des Trois caïmans et sa périphérie.

Pour voir clair dans le cas présent qui est digne d’un véritable film policier, nous avons approché les membres de la famille endeuillée. Cette  source explique la version qui suit : Bouba a choisi le métier de cambiste dans lequel il évolue depuis plusieurs années déjà. C’était le samedi 10 février. Ce jour-là, celui qui a son établissement de « Change » à Garantiguibougou (Commune V), est rentré du boulot comme dans ses habitudes vers 21 heures.

Avant d’arriver à la maison, il serait passé chez sa belle mère dont le domicile est situé à quelques encablures du sien pour récupérer son petit garçon. Nos sources détaillent que le cambiste est marié et père de trois enfants dont deux filles et un garçon. Chaque week-end, à la fin du travail, il passe prendre ses gosses chez leur grand-mère pour les ramener à la maison. Et c’était le même scénario la nuit où les faits se sont passés.

Apparemment, tout laisse à penser que ses assassins connaissaient son programme journalier, son itinéraire pour regagner son domicile. Et surtout l’heure à laquelle il descend du travail. Nos sources sont formelles que les assassins l’ont discrètement suivi sur une moto Djakarta, guettant la première occasion pour sévir.

Arrivé à la devanture du domicile familial, le cambiste s’apprêtait à faire descendre son fils, pour bien garer sa moto Djakarta, ses poursuivants sont arrivés à son niveau. Sans lui donner le temps de comprendre quoi que ce soit, le malfrat assis sur le siège arrière de leur engin a ouvert le feu en tirant sur lui à trois reprises à bout portant. La victime s’est écroulée, atteinte au ventre et à la poitrine.

Le bruit de l’arme alerta le voisinage amenant certains à se retrancher dans leur maison, le temps de rassembler leurs esprits pour comprendre ce qui se passe dans la rue. Mais lorsque les gens sont ressortis pour s’informer sur les raisons des détonations qui venaient de perturber le calme relatif du coin, c’était trop tard. Le jeune homme gisait dans son sang. Des secouristes improvisés ont  tenté de réanimer le malheureux qui se vidait de son sang. Dans la foulée, ses assassins avaient pris de l’avance. Ils avaient déjà redémarré leur engin en trombe emportant ave eux le sac à main de leur victime. Ils se sont rapidement fondus dans les ruelles mal éclairées du secteur.

Nos sources sont très formelles sur le fait que le sac du cambiste tué contenait une importante somme d’argent. Pour les proches de celui-ci, c’est sans nul doute à cause de cela qu’ils l’ont assassiné. Finalement, les agents de la protection civile s’ont arrivés pour le transporter vers un des hôpitaux de la capitale où son décès a été constaté sur place. Les policiers sont entrés dans la danse dans l’espoir de mettre la main sur les assassins du jeune homme dans un bref délai.

Tamba CAMARA

Lire aussi : #Mali : Cour d’assises de Bamako : Dix ans de réclusion pour le violeur voleur

Il s’en était pris à une septuagénaire lorsque cette dernière se rendait à la mosquée pour la prière de l’aube. Sous la menace d’une arme, il l’obligea à se déshabiller avant de voler son argent.

Lire aussi : #Mali: Le pyromane prend dix ans de prison

Son patron lui vouait une confiance aveugle. Il en a profité pour le «poignarder dans le dos» avant de se retrouver derrière les barreaux.

Lire aussi : #Mali : Bamako-Coura : Opération éclair et mortelle des bandits armés

Ils ont minutieusement organisé une opération, l’ont rapidement exécuté et se sont fondus dans la nature avec une somme considérable.

Lire aussi : #Mali: Cour d’assises de Bamako : La correction était de trop

Pour laver l’honneur de leur famille, il a maintenu son frère cadet sous l’eau jusqu’à ce que mort s’en suit et évoque un acte involontaire. Les jurés ont une autre lecture des faits.

Lire aussi : #Mali : Cour d’assises de Bamako : Astan retrouve l’air libre

Abandonnée par son mari alors qu’elle était enceinte, elle accoucha et jeta son nouveau né dans une fosse sceptique. Puis, elle justifie cet acte par le désespoir.

Lire aussi : #Mali : Cour d’assises de Bamako : Peine exemplaire à l’encontre d’une bande de violeurs

Ils ont violé une fillette, filmé la scène de leurs ébats et publié les images en ligne. Les juges ont eu la main très lourde pour eux.

Les articles de l'auteur

#Mali : Cour d’assises de Bamako : Dix ans de réclusion pour le violeur voleur

Il s’en était pris à une septuagénaire lorsque cette dernière se rendait à la mosquée pour la prière de l’aube. Sous la menace d’une arme, il l’obligea à se déshabiller avant de voler son argent.

Par Tamba CAMARA


Publié vendredi 12 avril 2024 à 09:33

#Mali: Le pyromane prend dix ans de prison

Son patron lui vouait une confiance aveugle. Il en a profité pour le «poignarder dans le dos» avant de se retrouver derrière les barreaux.

Par Tamba CAMARA


Publié lundi 08 avril 2024 à 07:38

#Mali : Bamako-Coura : Opération éclair et mortelle des bandits armés

Ils ont minutieusement organisé une opération, l’ont rapidement exécuté et se sont fondus dans la nature avec une somme considérable.

Par Tamba CAMARA


Publié vendredi 05 avril 2024 à 09:05

#Mali: Cour d’assises de Bamako : La correction était de trop

Pour laver l’honneur de leur famille, il a maintenu son frère cadet sous l’eau jusqu’à ce que mort s’en suit et évoque un acte involontaire. Les jurés ont une autre lecture des faits.

Par Tamba CAMARA


Publié jeudi 04 avril 2024 à 09:45

#Mali : Cour d’assises de Bamako : Astan retrouve l’air libre

Abandonnée par son mari alors qu’elle était enceinte, elle accoucha et jeta son nouveau né dans une fosse sceptique. Puis, elle justifie cet acte par le désespoir.

Par Tamba CAMARA


Publié mercredi 03 avril 2024 à 09:23

#Mali : Cour d’assises de Bamako : Peine exemplaire à l’encontre d’une bande de violeurs

Ils ont violé une fillette, filmé la scène de leurs ébats et publié les images en ligne. Les juges ont eu la main très lourde pour eux.

Par Tamba CAMARA


Publié mardi 02 avril 2024 à 09:17

#Mali : Un quadragénaire assassine son père et écope de la peine de mort

Le parricide fait partie des infractions rares dans les rôles des sessions de Cour d’assises. C’est pourtant pour cette infraction criminelle que Ousmane Traoré a comparu devant les juges en milieu de semaine dernière..

Par Tamba CAMARA


Publié vendredi 29 mars 2024 à 07:37

L’espace des contributions est réservé aux abonnés.
Abonnez-vous pour accéder à cet espace d’échange et contribuer à la discussion.
S’abonner