#Mali : An 3 de la rectification de la Transition : Des acquis pour soutenir l’édifice de la refondation

Malgré quelques écueils, force est d’admettre que la rectification de la trajectoire de la Transition a permis d’enregistrer des avancées substantielles sur les axes défense, diplomatie et développement

Publié lundi 03 juin 2024 à 19:05
#Mali : An 3 de la rectification de la Transition : Des acquis pour soutenir l’édifice de la refondation

Le chef de l’état, le colonel Assimi Goïta, s’adressant à la nation (archives)

 

 

Les événements politico-institutionnels intervenus entre le 24 mai et le 7 juin 2021 dans notre pays constituent indubitablement le substrat du gigantesque chantier de refondation dont les premiers dividendes sont perceptibles. Pour rappel, suite à un remaniement ministériel qualifié de «controversé» par de nombreux observateurs le 24 mai 2021, car ayant écarté des pontes de l’équipe sortante, le président de la Transition d’alors Bah N’Daw et son Premier ministre, Moctar Ouane seront mis «hors de leurs prérogatives». Ainsi, la première phase de la Transition aura vécu.

Investi président de la Transition le 7 juin 2021, le colonel Assimi Goïta nommera le même jour, sur proposition du M5-RFP, Dr Choguel Kokalla Maïga au poste de Premier ministre. La formation du nouveau gouvernement, le 11 juin de la même année, donnera le ton du redémarrage du «train de la phase 2 de la Transition» qui avait observé une escale «technique».

Trois ans après, nonobstant quelques écueils, force est d’admettre que la rectification de la trajectoire de la Transition a permis à nos compatriotes d’espérer sur des lendemains qui chantent. Ayant comme boussole les trois principes qui guident désormais l’action publique au Mali, les autorités ont, en effet, enregistré des avancées substantielles sur les axes défense, diplomatie et développement (les 3D).

Disons-le tout net : les prouesses réalisées par les Forces de défense et de sécurité (FDS) ont permis à notre pays de recouvrer l’entièreté de son territoire. La récupération au cours du dernier trimestre de 2023 des localités aussi emblématiques comme Ber, Aguelhoc et surtout Kidal a suscité un immense espoir chez les Maliens. Ils avaient d’autant plus raison que l’œuvre était une gageure tant le chemin sinueux menant à la paix et à la stabilité était parsemé d’embûches.

Attaques de camps, embuscades, incendies de villages, avec leur cortège de milliers de morts et de blessés étaient malheureusement légion. Tel le travail de Sisyphe, cette situation amènera les autorités à changer de vision et d’approche. L’acte 1 de la stratégie savamment conçue et mise à exécution consistera à mettre dehors des forces étrangères déployées dans notre pays dont la posture et les agissements inclinent à admettre qu’elles œuvraient plus pour la déstabilisation au lieu de maintenir la paix. Donc, exit Barkhane, Takuba, G5-Sahel, Minusma coupant le cordon entre les forces du mal et leurs sponsors, du moins ceux qui sont sur le territoire national.

 

FIÈRE ALLURE- De fait, le partenariat avec la Russie et d’autres pays a permis de renforcer considérablement les capacités de l’Armée, notamment le vecteur aérien qui a poussé des ailes. Sans oublier les blindés ainsi que d’autres équipements et matériels ultraperformants. Sous la puissance de feu de l’Armée, les terroristes et autres ennemis de la paix en sont réduits à n’avoir le choix qu’entre reddition ou passer de vie à trépas. Somme toute, le moins que l’on puisse dire est qu’en ce moment notre outil de défense a fière allure et le moral de nos militaires est au top.

L’expérience de «la thérapie de choc» qui a permis d’obtenir une Armée à la hauteur des attentes et de souhait sera dupliquée au niveau de nombreux autres secteurs névralgiques du pays. Comment ne pas mentionner l’appropriation du processus de paix par les Maliens après le constat d’échec de la médiation internationale. Cette posture a eu comme résultante la fin annoncée par les autorités de la Transition de l’Accord pour la paix et la réconciliation, issu du processus d’Alger, signé en 2015 à Bamako.  

Au demeurant, tout cela n’aurait été possible sans une diplomatie efficace face aux enjeux de l’heure et à la géopolitique. En effet, notre diplomatie a totalement changé grâce à la nouvelle vision imprimée par le président de la Transition, le colonel Assimi Goïta. Outre la Russie, c’est la diversification de son partenariat qui a permis au Mali de renforcer ses relations avec plusieurs autres pays, en l’occurrence la Türkiye, la Chine, l’Iran qui sont d’un grand apport. Aussi, convient-il de relever que notre outil diplomatique a opté pour la rupture, n’acceptant plus de solutions ou de choix imposés à notre pays. D’où la décision prise au mois de janvier par nos autorités de quitter la Cédéao qui  s’est décrédibilisée à travers son instrumentalisation par des puissances occidentales.

À rebours de l’étiquette que d’aucuns voudraient lui coller, le Mali est loin d’être dans une posture d’isolement. Il convient à ce propos de rappeler que la Constitution énonce d’ailleurs que notre pays est prêt à abandonner tout ou partie de sa souveraineté au nom de la construction de l’unité africaine. La mise sur les fonts baptismaux par le Burkina Faso, le Mali et les Niger de  l’Alliance des États du Saleh (AES), dont les perspectives sont fort prometteuses, en est une illustration parfaite. 

Au niveau de ce chapitre, doivent figurer la brillante intervention en 2021 à la tribune des Nations unies à New-York du Premier ministre Choguel Kokalla Maïga. Et une année plus tard de celle tout aussi percutante au même lieu du ministre de l’Administration territoriale et de la Décentralisation, Premier ministre par intérim en ce moment, le colonel Abdoulaye Maïga. Conformes au principe de souveraineté affiché par notre pays, ces discours ont mis du baume au cœur des Maliens et de nombreux Africains.

 

MAQUETTE DU MALI KURA-Face aux efforts fournis par les autorités pour booster l’économie, la résilience dont ont fait montre nos compatriotes depuis des années ne sera pas vaine. Pour le volet développement, il est important de revenir sur la relance des activités de la Compagnie malienne du textile (Comatex), de l’Usine malienne des produits pharmaceutiques (UMPP), des Chemins de fer, de Sukala... Toutes choses qui donneront de l’espoir aux milliers de travailleurs et par ricochet aux braves populations.

La crise énergétique sera sans doute résorbée eu égard aux efforts en cours, notamment le lancement, il y a quelques jours, par le président de la Transition, des travaux de construction de centrales solaires à Sanankoroba, à Safo, dans le Cercle de Kati et à Tiakadougou-Dialakoro, une localité située dans le Cercle de Sélingué (Région de Bougouni). Avec une puissance de 100 mégawatts-crête, l’étape de Tiakadougou va compléter celles de Sanankoroba et de Safo, soit au total 400 mégawatts-crête.


Pour le chef de l’État, ces capacités vont nous permettre de sortir progressivement de cette crise énergétique que connaît le Mali et aussi d’amorcer notre transition énergétique vers les énergies renouvelables. Aussi promouvoir un développement socio-économique de notre pays. Sans oublier que le Niger fournira à la société Énergie du Mali (EDM-SA) une impressionnante quantité de 150 millions de litres de gasoil dans des conditions très avantageuses. 

Au chapitre des réformes, l’on note l’organisation des Assises nationales de la refondation (ANR) dont les conclusions ont, entre autres, permis la militarisation de la police nationale, l’audit du secteur minier, des grandes entreprises. Ajoutez-y l’adoption d’un nouveau Code minier et de la loi sur le contenu local. Dans la même dynamique, des d’États généraux dans les domaines de l’éducation, des Maliens de l’extérieur, de la jeunesse, de l’immigration ont été organisés. Il convient de mentionner la tenue du référendum ayant permis d’ouvrir les portes de la 4è République avec la Constitution du 22 juillet 2023.

Un autre point et pas le moindre à l’actif des dirigeants de la Transition est la création et l’opérationnalisation de l’Autorité indépendante de gestion des élections (Aige). Sans oublier la refondation de la réorganisation administrative avec l’opérationnalisation des nouvelles régions et l’adoption de la nouvelle carte administrative du Mali et la refondation du système biométrique de l’état civil (Mali Kura Biométrie). La refondation de la justice pénale et de la lutte contre la corruption et l’impunité (réformes judiciaires, renforcement des ressources humaines de la justice, stratégie nationale de lutte contre la corruption, relecture du code pénal et du code de procédure pénale, etc.), la refondation du dialogue social à travers la signature et la mise œuvre du Pacte de stabilité sociale et de croissance sont également à prendre en compte.

Fort de tout ce qui précède, nos compatriotes viennent d’apporter une retouche à la «maquette» du Mali Kura au terme des travaux du Dialogue inter-Maliens dont la phase nationale s’est tenue à Bamako du 6 au 10 mai 2024. Les conclusions issues de cet important rendez-vous indiquent clairement que nos compatriotes ont foi au Mali et en ses dirigeants.

Massa SIDIBE

Lire aussi : #Mali : EMP-ABB : Enrichissants échanges sur les opérations de paix et le financement du terrorisme 

«Analyse sécuritaire des cadres formels des Opérations de paix au niveau international, régional et national et de lutte contre le financement du terrorisme»..

Lire aussi : #Mali : Alliance des états du Sahel : Une union au service exclusif des peuples

Les dirigeants de l’AES ont acté, la semaine dernière, la création d’une Confédération entre les trois pays concernés. Ils sont résolus avec leurs peuples à prendre le train de l’Histoire, sans fermer la porte à la coopération avec les pays voisins.

Lire aussi : #Mali :3è anniversaire de l’investiture du président Assimi Goïta : Sous de bons auspices

7 juin 2021-7 juin 2024, cela fait exactement trois ans que le colonel Assimi Goïta a prêté serment devant la Cour suprême en tant que président de la Transition, chef de l’État..

Lire aussi : #Mali : Opérations de paix et de sensibilisation au danger des mines : 50 stagiaires reçoivent leurs certificats à l’EMP-ABB

Le secrétaire général du ministère de la Défense et des Anciens combattants, le général Sidiki Samaké, a présidé vendredi dernier dans les locaux de l’École de maintien de la paix, Alioune Blondin Bèye (EMP-ABB) la cérémonie de clôture des sessions de formation sur les «Connaissanc.

Lire aussi : #Mali : Confédération de l’AES : L’institutionnalisation et l’opérationnalisation se précisent

L’avant-projet du traité portant création de la Confédération de l’Alliance des États du Sahel (AES) et le projet de règlement intérieur du Collège des chefs d’État ont été examinés et finalisés. Ces documents seront soumis aux présidents du Mali, le colonel Assimi Goïta, du Bur.

Lire aussi : #Mali : Célébration de la journée de l’Europe : Le Mali réaffirme sa disponibilité à poursuivre le partenariat dans le respect mutuel

La mise en œuvre d’un nouvel instrument de voisinage et de coopération au développement se poursuit. Cela reflète la convergence de vues entre notre pays et l’UE.

Les articles de l'auteur

#Mali : EMP-ABB : Enrichissants échanges sur les opérations de paix et le financement du terrorisme 

«Analyse sécuritaire des cadres formels des Opérations de paix au niveau international, régional et national et de lutte contre le financement du terrorisme»..

Par Massa SIDIBE


Publié vendredi 12 juillet 2024 à 10:50

#Mali : Alliance des états du Sahel : Une union au service exclusif des peuples

Les dirigeants de l’AES ont acté, la semaine dernière, la création d’une Confédération entre les trois pays concernés. Ils sont résolus avec leurs peuples à prendre le train de l’Histoire, sans fermer la porte à la coopération avec les pays voisins.

Par Massa SIDIBE


Publié mercredi 10 juillet 2024 à 17:14

#Mali :3è anniversaire de l’investiture du président Assimi Goïta : Sous de bons auspices

7 juin 2021-7 juin 2024, cela fait exactement trois ans que le colonel Assimi Goïta a prêté serment devant la Cour suprême en tant que président de la Transition, chef de l’État..

Par Massa SIDIBE


Publié jeudi 06 juin 2024 à 16:47

#Mali : Opérations de paix et de sensibilisation au danger des mines : 50 stagiaires reçoivent leurs certificats à l’EMP-ABB

Le secrétaire général du ministère de la Défense et des Anciens combattants, le général Sidiki Samaké, a présidé vendredi dernier dans les locaux de l’École de maintien de la paix, Alioune Blondin Bèye (EMP-ABB) la cérémonie de clôture des sessions de formation sur les «Connaissances fondamentales des opérations de paix des Nations unies» et sur la «Sensibilisation au danger des mines, des EEI et des restes d’explosifs de guerre»..

Par Massa SIDIBE


Publié dimanche 19 mai 2024 à 18:32

#Mali : Confédération de l’AES : L’institutionnalisation et l’opérationnalisation se précisent

L’avant-projet du traité portant création de la Confédération de l’Alliance des États du Sahel (AES) et le projet de règlement intérieur du Collège des chefs d’État ont été examinés et finalisés. Ces documents seront soumis aux présidents du Mali, le colonel Assimi Goïta, du Burkina Faso, le capitaine Ibrahim Traoré, et du Niger, le général de brigade Abdourahamane Tiani pour adoption, lors de leur prochain sommet.

Par Massa SIDIBE


Publié dimanche 19 mai 2024 à 18:20

#Mali : Célébration de la journée de l’Europe : Le Mali réaffirme sa disponibilité à poursuivre le partenariat dans le respect mutuel

La mise en œuvre d’un nouvel instrument de voisinage et de coopération au développement se poursuit. Cela reflète la convergence de vues entre notre pays et l’UE.

Par Massa SIDIBE


Publié dimanche 12 mai 2024 à 17:14

#Mali : Participation du Mali au 15è Sommet de l’OCI à Banjul : Une opportunité pour faire le point des avancées réalisées par la Transition

Le ministre des Affaires étrangères et de la Coopération internationale, Abdoulaye Diop, conduira les 4 et 5 mai à Banjul en République de Gambie, la délégation malienne à la 15è session de la Conférence islamique au Sommet de l’Organisation de la coopération islamique (OCI) où il représentera le président de la Transition, le colonel Assimi Goïta. C’est ce qui ressort d’un document rendu public par le département des Affaires étrangères et de la Coopération internationale..

Par Massa SIDIBE


Publié vendredi 03 mai 2024 à 08:31

L’espace des contributions est réservé aux abonnés.
Abonnez-vous pour accéder à cet espace d’échange et contribuer à la discussion.
S’abonner