#Mali : Les Français, l’Adrar, les Iforas et Nous : D’hier à aujourd’hui

Pendant longtemps, l’Adrar, vaste zone rocailleuse et montagneuse, n’a été qu’une réalité géographique quasiment neutre. Avec la colonisation française, il y aura trois Adrar : en Mauritanie, en Algérie et au Soudan français

Publié vendredi 10 mai 2024 à 09:18
#Mali : Les Français, l’Adrar, les Iforas et Nous : D’hier à aujourd’hui


Du seul fait d’un obscur chef de bataillon, «l’Adrar sera laissé aux Iforas et ceux à qui il plaira aux Français d’y installer». Nous sommes en 1907 avec la «Convention de Bourem», l’arme de l’imposture fumante qui gangrène la quiétude du Mali, soixante ans après son indépendance. Retour sur la douloureuse histoire d’un artéfact phosphorescent en cette période où les Maliens parlent aux Maliens.

De nos jours, à plus de mille kilomètres de Bamako, plusieurs de nos compatriotes ne comprennent pas la logique ce monstre, longtemps perçu comme un pénitencier, une zone de punition et de relégation, un bagne horrible. Nombreux sont les cadres et les politiques qui n’ont pas encorecompris la complexité géostratégique, la densité des ressources naturelles et environnementales de cette zone.

C’est pourquoi, il convient de faire un recours à l’histoire pour comprendre les enjeux et les fondements d’une doctrine coloniale qui a servi et qui sert encore de bréviaire, aussi bien à l’ancienne puissance coloniale qu’à l’aristocratie imposée et à la kyrielle de criminels qui vivent de cette situation.

Les écritures des officiers et des administrateurs coloniaux nous donnent des indications précises sur les contours de la création et la gestion d’un espace dévolu aux seuls Iforas d’une partie de l’Adrar, en l’occurrence Kidal. 

Sur la carte, il y a trois Adrar. En Algérie, il y a encore la Commune et la Région de l’Adrar, à mi-chemin entre Béchar et Tindouf. Ce nom est symbolique pour ceux qui travaillent sur le contentieux du Saharaoui, point névralgique de la discorde entre le Maroc et l’Algérie depuis 1975.

En Mauritanie, l’Adrar est la septième région administrative, avec pour capitale la ville d’Atar. Situé au centre du pays, l’Adrar est ici aussi d’un intérêt géostratégique certain, car constitue un lieu d’observation privilégié, sur le plan militaire. L’École militaire inter-Arme d’Atar en est l’un des fleurons. Ould Taya l’un des anciens présidents du pays, y a vu le jour en 1941.

L’Adrar des Ifoghas se trouve dans le Nord-Est du Mali sur une superficie de 250.000 km2. À titre de comparaison, la Suisse a une superficie de 41.285 km2. En Afrique, la République du Togo fait 56.600 km2, la République du Bénin fait 44.131 km2 et le Burkina Faso 274.200 km2.

En 1927, Théodore Monod, à la tête d’une équipe de recherche, a découvert ici «l’Homme d’Asselar», un squelette fossile quasi complet d’Homo sapiens datant d’une époque où le Sahara était humide. Voilà, sommairement pour la géographie. Les linguistes et les socio-linguistes aident à comprendre cette aridité en y conférant un sens humain, sens tiré de la langue parlée ici, en l’occurrence le «tamachek» et ceux qui parlent cette langue, les «kel tamachek». L’Adrar a pour signification «la montagne», l’Adagh» et les habitants se désignent eux-mêmes par le terme de «kel Adagh». 

«L’Adrar», un sujet conflictuel à la base- Au-delà des contours actuels de la République du Mali, il faut se placer dans la perspective de la période coloniale pour comprendre l’alliance entre la géographie et la politique dans l’ancrage administratif de la région. En 1905, la Convention du 7 février 1905, entre le ministre des Colonies et celui de l’Intérieur fixe les limites entre l’Algérie et l’Afrique occidentale française. Suivant cette convention, les «Kel Hoggar» sont rattachés à «l’Algérie française» ; les « foghas» eux sont rattachés à la colonie du Soudan français. Cette convention est venue mettre un terme à certaines ambitions stratégiques dont la lame de fond visait un ralliement des «Ifoghas» à l’Algérie.

Pierre Boiley décrit ces tractations sous la table dans son livre : «Les touareg Kel Adagh/Dépendances et révoltes/Du Soudan français au Mali contemporain » (Karthala 2012). On trouve à la page 67 de ce document une présentation synoptique de la position des «Kel Adagh», avant la colonisation : «Au moment de l’arrivée des Français, la situation politique des «Kel Adagh» était encore précaire : autonomes mais non indépendants et ne formant pas un groupement politique à eux seuls, mais au contraire ayant à composer avec les puissants groupements politiques voisins, «Kel Ahagar» et «Oullimindens», libres mais n’étant pas considérés comme aussi nobles que leurs voisins, payant des tributs mais en passe de s’en libérer sous l’égide de la famille Illy, hors de l’autorité coloniale enfin, mais encerclés et parfaitement conscients de la force des Français qui avaient su réduire à néant les résistances issues des tribus qui pouvaient aligner des centaines de guerriers et qui possédaient une capacité guerrière qu’eux-mêmes n’avaient jamais eue».

Dans le jeu complexe de l’aube coloniale, les «Kel Adagh» ont fait une lecture assez intelligente des rapports de force pour ne pas opposer une résistance frontale aux troupes françaises. En 1903, la France était déjà installée en Algérie. C’est à cette période que les premiers contacts ont été noués. Au mois de novembre de la même année, après des échanges épistolaires, les «Kel Adagh» ont offert «pacifiquement» leur soumission aux Français. 

LA RAPIDE ALLÉGEANCE DES IFOGHAS- Les Iforas ont de tout temps été des habiles négociateurs de leur situation avec une idée précise des rapports de force. Avec la France, ils ont tout fait pour éviter l’affrontement. Boiley rapporte les termes d’un témoignage du capitaine Pasquier qui, en 1903, était à la tête du Cercle de Bamba : «… je recevais une lettre de Illy, chef des Iforas, offrant sa soumission.

Cette lettre était envoyée à Tombouctou au lieutenant-colonel commandant le territoire militaire, et je retenais à Bourem l’envoyé d’Illy. Celui-ci, au bout de quinze jours, demandait à partir et disparaissait le jour même dans la nuit, devant les réponses un peu vagues qui lui avaient été faites. La question de la soumission des Iforas restait donc sans solution, aucune réponse, du moins à ma connaissance n’ayant été faite.» (Rapport du capitaine Pasquier, Commandant la 2ème compagnie du bataillon de Tombouctou et le cercle de Gao, 28 mai 1907, ANM).

Le 20 novembre 1903, l’Assemblée des «Ifoghas» envoie une lettre au capitaine Alexis Métois, représentant l’autorité algérienne à In Salah. (Rapport du capitaine Métois du 9 novembre 1903, Archives nationales, série géographique AOFIV 4.) Le capitaine Métois a écrit un livre important intitulé «La Soumission des Touareg du Nord : 1900-1904» (édition Jacques Gandini, Première édition 1906). Pourquoi, les «Kel Adagh» ont-ils offert leur soumission à l’Algérie et non au Soudan ? Pourquoi, s’ils se sont effectivement tournés vers le nord, ont-ils été finalement rattachés au sud, au Soudan, et non à l’Algérie ? Ces questions ont été soulevées par Pierre Boiley qui en donne également des éléments de compréhension : «Cette interrogation n’est pas anodine, ni seulement factuelle. À travers cette résolution, ce sont les réalités des stratégies croisées des «Kel Adagh», des «Kel Ahagar», des «Oullimindens» (Ouvrage précité)  et des Français qui sont en jeu.  

 LA CONVENTION DE BOUREM- Pierre Boiley qui a beaucoup travaillé sur cette question a revisité le procès-verbal des pourparlers ayant abouti à la signature de la Convention. Il a insisté sur «l’affranchissement» qui venait d’être accordé aux Iforas : «Les Iforas sont indépendants et relèvent directement de la Région de Gao. Ils n’ont plus rien à payer à leurs voisins et deviennent enfin les maîtres chez eux.»

Les conclusions sont encore plus précises en ce qui concernent les Kel Ahagar qui étaient aussi une des parties prenantes : «il est entendu que les Hoggars restent en dehors de la question, comme étrangers au pays». (p.90). Le point n°7 des conclusions s’adresse expressément aux Oulliminden en ces termes : «Les Oullimindens n’ont aucune attache dans l’Adrar».

Le procès-verbal de la réunion relate des faits insolites et inédits comme le marchandage entrepris par Firhoun pour faire prévaloir ses prétentions sur les Iforas. «… Firhoun réclame d’abord toutes les tribus imrads, puis simplement un partage des troupeaux, enfin au moins un cadeau d’adieu. Les Iforas refusent énergiquement et avec raison. Le chef de bataillon les soutient et les Oulliminden abandonnent toute prétention». Firhoun n’est pas content, et il va le faire savoir.

Le 15 septembre 1907, à Bourem, le commandant Bétrix est parvenu à signer un document supposé mettre un terme à la belligérance entre les Ifoghas, les Oulliminden et les Kounta. Il convient aussi de décortiquer cette convention au-delà du simple fait qu’il accorde un territoire aux Ifoghas. Pour le déroulement des évènements, l’Amenokal Firhoun ne s’est pas rendu à Bourem. Il y a plutôt envoyé un représentant en la personne de Ibrahim. Il en fut de même pour Hamoadi, le chef des Kounta dont le représentant était Rhatari. C’est devant eux que le commandant Bétrix, en sa qualité de Commandant de la Région de Tombouctou a «décidé».

Il a décidé d’abord pour faire la police entre les Oulliminden et les Kounta. Principalement, les Oulliminden avaient enlevé aux Kounta, 80 personnes. Ils vont devoir les rendre tout comme ils devront rendre aux Kounta dix fusils. De leur côté, les Kounta rendront à Firhoun un fusil et 40 sabres. Ces restitutions se feront à Bamba qui, à l’époque était déjà un Cercle ou entre les mains du Commandant de poste dans un délai de trois mois.

Bétrix a aussi pensé à anticiper sur les troubles ultérieurs. En cela, il va délimiter les terrains de parcours en trouvant une zone tampon entre les Kounta et les Oulliminden, « une zone que les deux tribus ne pourront plus occuper ». Ainsi, « les Kountas s’engagent donc à ne plus entrer dans l’Adrar et à ne plus dépasser la ligne Bourem, Adjamorte, In-Tassit, Tabankort, etc… ». Dans la même lancée, les Oulliminden ne dépasseront pas la ligne Tondibi, Kerchoule, Anoumallen, Kidal, etc…. »

L’Adrar aux Ifoghas

C’est le point culminant de cette convention. « L’Adrar sera laissé aux Iforas et ceux à qui il plaira aux Français d’y installer », lit-on dans le texte. Désormais, ni les Oulliminden, ni les Kountas ne peuvent avoir des prétentions sur l’Adrar qui n’a que deux propriétaires, à savoir les Iforas et les Français. Donc désormais, on ne parlera que de l’Adrar des Iforas. Telle fut l’histoire. Telle fut également la base de la doctrine française sur l’Adrar. Telle fut, à partir du choix délibéré des Français, la consécration de l’hégémonie des Iforas au détriment de tous les autres occupants et même face à l’État. 

L’équation de Attaher Ag Illy- Le tableau politique de l’Adrar a gagné en lisibilité : les Algériens et les Hoggars sont mis hors jeu. Les Kountas sont tenus en respect. Et les Oulliminden vont subir une sanglante répression sur les bords de la mare de Andéraboukane en 1916. Les Iforas et les Français deviennent des alliés à partir de 1908. L’administration peut poser ses balises : ouverture du poste militaire de Kidal, le peloton méhariste de Arawane de la 1ère Compagnie, la section méhariste de Kidal de la 2ème Compagnie de Gao, section méhariste de Ménaka en 1915, installation des « Groupes nomades, création de Goums…

Va se poser la question des chefs et du choix des chefs. Désormais ce sont les officiers français qui nomment et destituent les chefs qui ne leur sont pas dociles. Par exemple, le lieutenant Charpentier propose la destitution de Ahmed Ag Seydou de la tribu des Kel Tarlit en 1935. « … Non seulement il a peu d’autorité mais ce peu même il l’emploie mal. Ahmed s’occupe beaucoup plus de récupérer l’argent pour s’acheter des boubous de prix que pour payer son impôt. Enfin pour compléter le personnage, il est maintenant sous le coup d’un mandat d’amener que je viens de décerner contre lui.

Il est inculpé de vol d’un troupeau de moutons appartenant à un amrid Iforas, troupeau qu’il aurait essayé de vendre à Ménaka. Il est en fuite. Je demande sa destitution. » (Rapport du lieutenant Charpentier du 2 mars 1935). Le lieutenant propose de mettre la tribu sous tutelle, sous l’autorité directe de Attaher Ag Illy en avançant que « il a assez d’influence personnelle et dispose avec ses partisans d’assez de moyens coercitifs pour faire marcher la tribu…»

Depuis 1903, la France a opté pour une alliance avec les Iforas. Envers et contre tous, elle a choisi la famille de Attaher Ag Illy en faisant une principauté. Cette réalité qui vient de l’histoire coloniale est encore de mise quand il s’agit de parler de la Région de Kidal. Mais la vérité de l’histoire est aussi connue. Derrière les schémas, il y a la problématique des ressources naturelles et environnementales.

Pr Ibrahim MAÏGA


                     TEXTE INTÉGRAL

 

 

Après avoir entendu Ibrahim, représentant de Firhoun, et Rhatari, représentant de Hamoadi, le chef de Bataillon commandant la région de Tombouctou a décidé ce qui suit :

1°) Les Oulliminden rendront tous les bellahs pris aux Kounta, soit 80 personnes.

2°) Les Oullimden rendront 10 fusils aux Kountas.

3°) Les Kountas rendront le fusil réclamé par Firhoun.

4°) Les Kounta rendront 40 sabres aux Oulliminden.

5°) Aucun troupeau ne sera rendu.

6°) Aucune dia ne sera demandée aux Oulliminden par les Kountas, ni par les Kountas aux Oulliminden.

7°) Les Kountas ne rendront aucune autre chose.

Ces restitutions seront faites à Bourem, entre les mains du Commandant du Cercle de Bamba, ou au Commandant de poste, qui les fera parvenir à qui de droit.

Trois mois de délais sont donnés aux deux tribus pour exécuter cet ordre, c’est-à-dire que tout devra être rendu avant le huitième jour du mois de Fadkal Essani (15 décembre 1907).

De plus, afin que de nouvelles causes de troubles ne surgissent entre les deux tribus, il est nécessaire que leurs terrains de parcours soient séparés par une contrée que les deux tribus ne pourront plus occuper.

Les Kountas s’engagent donc à ne plus entrer dans l’Adrar et à ne plus dépasser la ligne Bourem, Adjamorte, In-Tassit, Tabankort, etc…

D’autre part, les Oulliminden ne dépasseront pas la ligne Tondibi, Kerchoule, Anoumallen, Kidal, etc….

L’Adrar sera laissé aux Iforas et ceux à qui il plaira aux Français d’y installer.

Quand à Baye Ould Sidi Amor (Kounti), il pourra rester à Téléya, mais à la première difficulté soulevée à cause de lui, les Français le feront sortir de ce pays.

La tribu des Iforas sera indépendante des autres tribus et ne relèvera plus que du Commandant de l’annexe de Bourem.

Clauses spéciales aux Oulliminden

Restitutions à faire à deux commerçants de Tombouctou qui ont été razziés par les Oulliminden en même temps que les Kountas.

Restitution à faire à un commerçant de Dori, razzié par les mêmes Oulliminden.

Bourem, 15 septembre 1907

Signé : Laverdure

Chef de bataillon commandant la Région de Tombouctou.

Source : page 318 “ Les Touareg du Niger, région de Tombouctou-Gao. Les Oulliminden,  RICHER Dr. Ange,  Larose, 1924

Rédaction Lessor

Lire aussi : #Mali : Nouveau ministre de l’Agriculture : Daniel Siméon Kelema, un homme du sérail

Le nouveau ministre de l’Agriculture, Daniel Siméon Kelema, est un ingénieur d’agriculture et du génie rural. Après son baccalauréat 2è partie décroché au lycée de Badalabougou en 1976, il poursuivra sa formation supérieure en Allemagne reviendra avec un diplôme d’études approfondi.

Lire aussi : #Contribution : Fake news : Ces corps étrangers dans l’organisme informationnel !

Les fakes news en anglais, les infox en français ou plus simplement les informations mensongères ont des origines lointaines. Mais ces dernières années, elles ont atteint une croissance qui parasite l’information. Pourquoi elles continuent à résister à l’épreuve du temps informationnel ?.

Lire aussi : Mobilité à #Koulikoro : Le choix invariable des Tricycles ?

Dans la Cité du Méguétan, les quartiers sont dispersés. Et se déplacer dans cette ville n’est pas chose aisée.

Lire aussi : #Euro 2024 : L’UEFA dévoile l’équipe type

Quelques jours après la victoire de l’Espagne face à l’Angleterre (2-1), l’UEFA a dévoilé, mardi 16 juillet, l’équipe type de l’Euro 2024 qui compte six joueurs d’Espagne, deux de France et un respectivement pour l’Angleterre, l’Allemagne et la Suisse. Selon l’UEFA, les observ.

Lire aussi : #Angleterre : Gareth Southgate quitte son poste de sélectionneur

Deux jours après la défaite des Trois Lions en finale de l'Euro contre l'Espagne (1-2), la Fédération anglaise de football a annoncé que Gareth Southgate quittait son poste de sélectionneur, qu'il occupait depuis 2016..

Lire aussi : Communiqué du conseil des ministres du mardi 16 juillet 2024

Le Conseil des Ministres s’est réuni en session ordinaire, le mardi 16 juillet 2024, dans sa salle de délibérations au Palais de Koulouba sous la présidence du Colonel Assimi GOITA, Président de la Transition, Chef de l’Etat..

Les articles de l'auteur

#Mali : Nouveau ministre de l’Agriculture : Daniel Siméon Kelema, un homme du sérail

Le nouveau ministre de l’Agriculture, Daniel Siméon Kelema, est un ingénieur d’agriculture et du génie rural. Après son baccalauréat 2è partie décroché au lycée de Badalabougou en 1976, il poursuivra sa formation supérieure en Allemagne reviendra avec un diplôme d’études approfondies (DEA) en agronomie de l’Université Karl-Marx de Leipzig en République démocratique allemande (RDA) en 1982 aujourd’hui République fédérale d’Allemagne après la réunification en 1991..

Par Rédaction Lessor


Publié jeudi 18 juillet 2024 à 20:29

#Contribution : Fake news : Ces corps étrangers dans l’organisme informationnel !

Les fakes news en anglais, les infox en français ou plus simplement les informations mensongères ont des origines lointaines. Mais ces dernières années, elles ont atteint une croissance qui parasite l’information. Pourquoi elles continuent à résister à l’épreuve du temps informationnel ? Pourquoi sont-elles prisées par certaines catégories de personnes ?.

Par Rédaction Lessor


Publié jeudi 18 juillet 2024 à 20:20

Mobilité à #Koulikoro : Le choix invariable des Tricycles ?

Dans la Cité du Méguétan, les quartiers sont dispersés. Et se déplacer dans cette ville n’est pas chose aisée.

Par Rédaction Lessor


Publié mercredi 17 juillet 2024 à 14:44

#Euro 2024 : L’UEFA dévoile l’équipe type

Quelques jours après la victoire de l’Espagne face à l’Angleterre (2-1), l’UEFA a dévoilé, mardi 16 juillet, l’équipe type de l’Euro 2024 qui compte six joueurs d’Espagne, deux de France et un respectivement pour l’Angleterre, l’Allemagne et la Suisse. Selon l’UEFA, les observateurs techniques ont opté pour une formation en 4-3-3, l’une des plus employées durant le tournoi..

Par Rédaction Lessor


Publié mercredi 17 juillet 2024 à 13:46

#Angleterre : Gareth Southgate quitte son poste de sélectionneur

Deux jours après la défaite des Trois Lions en finale de l'Euro contre l'Espagne (1-2), la Fédération anglaise de football a annoncé que Gareth Southgate quittait son poste de sélectionneur, qu'il occupait depuis 2016..

Par Rédaction Lessor


Publié mercredi 17 juillet 2024 à 13:44

Communiqué du conseil des ministres du mardi 16 juillet 2024

Le Conseil des Ministres s’est réuni en session ordinaire, le mardi 16 juillet 2024, dans sa salle de délibérations au Palais de Koulouba sous la présidence du Colonel Assimi GOITA, Président de la Transition, Chef de l’Etat..

Par Rédaction Lessor


Publié mardi 16 juillet 2024 à 21:20

#Football international : L’#Espagne et l’#Argentine au pinacle

L'Espagne est championne d'Europe ! Vainqueurs 2-1 de l'Angleterre, dimanche 14 juillet à Berlin en Allemagne, les Espagnols remportent une 4è fois l'Euro après 1964, 2008 et 2012, un record..

Par Rédaction Lessor


Publié mardi 16 juillet 2024 à 08:48

L’espace des contributions est réservé aux abonnés.
Abonnez-vous pour accéder à cet espace d’échange et contribuer à la discussion.
S’abonner