Décès de Victor Sy : Tiébilé Dramé salue la mémoire du «grand combattant»

Le décès, lundi dernier, de celui que la presse qualifie de «Combattant suprême », a ému plus d’un. L’illustre homme sera accompagné aujourd’hui par les proches, les camarades de lutte, les collègues et les amis à sa dernière demeure après la messe de requiem à la Cathédrale de Bamako

Par

Publié jeudi 23 mars 2023 à 07:48
Décès de Victor Sy : Tiébilé Dramé salue la mémoire du «grand combattant»

Victor Sy (d) lors de la Conférénce nationale de 1991

 

Né en 1936 à Tombouctou, Victor Borion Sy, muni de son baccalauréat scientifique en 1956,  poursuivit ses études supérieures de sciences physiques et de chimie au Sénégal puis en  France. Combattant politique, il enseigna au lycée de Badalabougou, à l’école nationale d’ingénieurs, à l’école militaire inter armes et à l’école secondaire de la santé.

Pour mieux connaître le parcours de l’illustre disparu, nous avons approché l’un de ses compagnons de lutte, l’ancien ministre Tiébilé Dramé. En effet après la mort du leader estudiantin Abdoul Karim Camara dit Cabral, le 17 mars 1980 au Camp para de Djicoroni,  Tiébilé Dramé et Victor Sy qui étaient aussi en détention, furent transférés le lendemain à Kidal puis à Boureïssa. Libérés en avril 1980, les deux hommes seront arrêtés de nouveau en juillet de la même année pour «opposition à l’autorité légitime». Les infortunés seront condamnés à trois mois de prison et rejoindront dans les geôles Dioncounda Traoré, ancien président de la Transition du Mali.

En apprenant le décès de son compagnon de lutte pour la démocratie, l’ancien ministre Tiébilé Dramé dit avoir ressenti un immense choc proportionnel à la qualité et à l’ancienneté de leurs relations. Pour le président du Parti pour la renaissance nationale (Parena), Victor Sy fut un grand homme qui avait consacré toute sa vie à lutter d’abord pour l’indépendance et la souveraineté nationale du Mali. Ensuite, quand il y a eu le coup d’état de 1968 qui a renversé le régime du président  Modibo Keïta, le défenseur  des causes nobles n’a  cessé de se battre pour restaurer la démocratie et la liberté, explique le leader politique.

«Victor Sy est resté foncièrement un militant de l’Union soudanaise-Rassemblement démocratique africain (US-RDA)», témoigne Tiébilé Dramé, soutenant que ce «Modibiste» s’était fortement opposé au coup de force de 1968. D’où ses multiples arrestations ;  la torture, les traitements inhumains et dégradants infligés à lui. «Il a su faire preuve tout au long de sa vie d’un extraordinaire don de soi, d’une capacité de résistance et de sacrifice pour défendre sa conviction», relève celui qui avait aussi combattu le régime de Moussa Traoré.


Selon son témoignage, cette conviction était basée sur la démocratie, la liberté et le bien-être du peuple malien. «Victor Sy a payé un très lourd tribut pour son engagement… C’est un homme qui n’a jamais accepté de courber l’échine. Il a connu les pires prisons du Mali, telles le bagne de Taoudénit de sinistre réputation. Il avait fait auparavant le Camp para, Kidal et le poste militaire de Boureïssa», témoigne Tiébilé Dramé.

 

EXIL- Après sa détention à Ménaka, la résidence surveillée à N’Tilit, Victor Sy s’est exilé au Niger où il  a été accueilli par son professeur  Abdou Moumini Djioffo. « Il s’est exilé parce qu’il était nommé chef d’arrondissement de Razelma, la limite la plus avancée dans le désert de Lac Faguibine, situé dans le Cercle de Goundam. Il a dit qu’il était formé  pour enseigner  et non pour faire l’administrateur. Il a été arrêté à Bamako et mis dans un avion pour Gao où il est arrivé menottes aux poings pour rejoindre son poste de chef d’arrondissement de Razelma», se souvient l’ancien chef de la diplomatie malienne.

Le président du Parena précise que du Niger, Victor Sy s’est rendu au Sénégal grâce à son professeur. La gorge nouée par l’émotion, il déplore le fait que son compagnon d’infortune a passé 10 longues années en exil  à Dakar. « Victor Sy n’est venu au Mali qu’après le succès de la révolution démocratique de mars 1991. Il a été désigné vice-président de la Conférence  nationale souveraine», se souvient Tiébilé Dramé.  « Pour Victor Sy, sa personne ne comptait pas, c’était le Mali. Il voulait que notre pays soit sur les rails, qu’il assure à ses fils les meilleures conditions de santé et d’éducation», témoigne le compagnon de lutte du « Grand combattant ».

 

Namory KOUYATE

 

Rédaction Lessor

Lire aussi : Dialogue inter-Maliens : Démarrage des phases communales

Ces assises qui ont débuté hier se tiennent du 13 au 15 avril sur toute l’étendue du territoire national.

Lire aussi : Dialogue inter-Maliens à Goundam : Démarré dans les 16 communes du cercle

Dans la Commune urbaine de Goundam, à l’instar des 15 autres communes de ce Cercle, ont débuté aujourd’hui les travaux du Dialogue inter-maliens qui se dérouleront du 13 au 15 avril sur toute l’étendue du territoire nationale..

Lire aussi : Dialogue inter-Maliens : Pas sans la commune de Tenenkou

À Tenenkou, les travaux ont démarré aujourd’hui à la salle weltaré de la préfecture du cercle sous la présidence du préfet de cercle, Mamadou Dao..

Lire aussi : Dialogue inter-Maliens à Tominian : Les travaux ont démarré

À l’instar des autres localités du Mali, la phase communale Dialogue inter-Maliens a débuté aujourd’hui à Tominian, à la salle de délibération de la mairie de cette Commune rurale. L’ouverture des travaux a été présidée par le préfet du cercle de Tominian, Ibrahima Koïta..

Lire aussi : Bankass : Le Dialogue inter-Maliens a démarré

La phase communale du Dialogue inter-Maliens a bien démarré dans le Cercle de Bankass, à l’instar des autres localités du Mali..

Lire aussi : Bla : Démarrage des travaux du Dialogue inter-maliens

Le 2è adjoint au préfet du Cercle de Bla, Moriba Camara, a procédé au lancement des travaux du Dialogue inter-Maliens. C’était aujourd’hui en présence du maire de la Commune rurale de Bla, Mamadou Samaké, des chefs des 19 villages de la Commune rurale de Bla, des chefs de service techniqu.

Les articles de l'auteur

Dialogue inter-Maliens : Démarrage des phases communales

Ces assises qui ont débuté hier se tiennent du 13 au 15 avril sur toute l’étendue du territoire national.

Par Rédaction Lessor


Publié dimanche 14 avril 2024 à 11:06

Dialogue inter-Maliens à Goundam : Démarré dans les 16 communes du cercle

Dans la Commune urbaine de Goundam, à l’instar des 15 autres communes de ce Cercle, ont débuté aujourd’hui les travaux du Dialogue inter-maliens qui se dérouleront du 13 au 15 avril sur toute l’étendue du territoire nationale..

Par Rédaction Lessor


Publié samedi 13 avril 2024 à 17:17

Dialogue inter-Maliens : Pas sans la commune de Tenenkou

À Tenenkou, les travaux ont démarré aujourd’hui à la salle weltaré de la préfecture du cercle sous la présidence du préfet de cercle, Mamadou Dao..

Par Rédaction Lessor


Publié samedi 13 avril 2024 à 17:15

Dialogue inter-Maliens à Tominian : Les travaux ont démarré

À l’instar des autres localités du Mali, la phase communale Dialogue inter-Maliens a débuté aujourd’hui à Tominian, à la salle de délibération de la mairie de cette Commune rurale. L’ouverture des travaux a été présidée par le préfet du cercle de Tominian, Ibrahima Koïta..

Par Rédaction Lessor


Publié samedi 13 avril 2024 à 17:12

Bankass : Le Dialogue inter-Maliens a démarré

La phase communale du Dialogue inter-Maliens a bien démarré dans le Cercle de Bankass, à l’instar des autres localités du Mali..

Par Rédaction Lessor


Publié samedi 13 avril 2024 à 17:09

Bla : Démarrage des travaux du Dialogue inter-maliens

Le 2è adjoint au préfet du Cercle de Bla, Moriba Camara, a procédé au lancement des travaux du Dialogue inter-Maliens. C’était aujourd’hui en présence du maire de la Commune rurale de Bla, Mamadou Samaké, des chefs des 19 villages de la Commune rurale de Bla, des chefs de service techniques, des chefs d’unités des Forces de défense et de sécurité et toutes les composantes de la société civile..

Par Rédaction Lessor


Publié samedi 13 avril 2024 à 17:04

#Mali : Sikasso : Des échanges intéressants sur les activités de développement

La capitale du Kénédougou a abrité du 5 au 6 avril dernier, la 1ère session du Comité régional d’orientation, de coordination et de suivi des actions de développement (Crocsad)..

Par Rédaction Lessor


Publié vendredi 12 avril 2024 à 09:30

L’espace des contributions est réservé aux abonnés.
Abonnez-vous pour accéder à cet espace d’échange et contribuer à la discussion.
S’abonner