#Mali : Commission thématique I «paix, réconciliation nationale et cohésion sociale» : Des recommandations au diapason des préoccupations nationales

Les délégués au Dialogue inter-Maliens ont requis d’ouvrir le dialogue doctrinal avec les groupes armés terroristes, de mettre à contribution les érudits en vue définir le contour des débats à mener avec ces cohortes. Ils ont aussi rappelé la nécessité de résoudre rapidement la crise énergétique pour apaiser le climat social

Publié jeudi 09 mai 2024 à 08:14
#Mali : Commission thématique I «paix, réconciliation nationale et cohésion sociale» : Des recommandations au diapason des préoccupations nationales

Les discussions entre les délégués se sont déroulées dans le calme et la sérénité


Les recommandations et les résolutions  de la Commission thématique I «paix, réconciliation nationale et cohésion sociale» ont été adoptées, hier au Centre international de conférences de Bamako (CICB), par les délégués au Dialogue inter-Maliens pour la paix et la réconciliation nationale.

 La plénière était dirigée par le président du comité de pilotage du Dialogue inter-Maliens, l’ancien Premier ministre Ousmane Issoufi Maïga, en présence du président de la Commission I, l’ancien ministre Zeïni Moulaye Haïdara.

Après deux jours d’intenses travaux, la Commission thématique I a produit un rapport contenant notamment plus d’une quarantaine de  recommandations et deux résolutions. S’agissant des recommandations, les délégués ont demandé d’ouvrir le dialogue doctrinal avec les groupes armés terroristes et de mettre à  contribution les érudits maliens pour définir le corpus doctrinal des débats à mener avec eux. Ils ont également opté pour l’ouverture du dialogue avec «tous les mouvements armés maliens».

Les participants ont, en outre, demandé de résoudre rapidement le problème de l’énergie pour apaiser le climat social, de prendre toutes les dispositions nécessaires pour le retour des refugiers et des déplacés dans leur villages d’origine et leur apporter tous les soutiens matériel, financier et moral pour leur réinsertion socio-économique. Instaurer un cadre de dialogue permanent intra et intercommunautaire, apporter une assistance humanitaire aux populations affectées par la crise, dissoudre les milices et les groupes d’auto-défense et assurer la réinsertion socioprofessionnelle de leurs combattants figurent aussi parmi les recommandations. Tout comme privilégier le recours à nos us et coutumes comme moyens de prévention, de gestion et de règlement des conflits, etc.

 

LUTTE CONTRE LE TERRORISME- Les délégués ont par ailleurs sollicité de rendre obligatoire l’enseignement de l’histoire et de la géographie de notre pays dans tous les établissements scolaires et universitaires. Ils ont également demandé de renforcer les capacités des autorités et légitimités traditionnelles dans la prévention, la gestion et le règlement des conflits communautaires, de mettre en place un cadre d’échanges permanent entre l’administration et les usagers, d’instaurer «une journée nationale du pardon», d’intensifier la lutte contre le terrorisme et l’extrémisme violent.

Promouvoir l’éducation à la culture de la paix dans les établissements scolaires et universitaires, renforcer la capacité des services de développement social et l’économie solidaire pour prendre en charge les personnes vulnérables et les personnes vivant avec un handicap sont également des recommandations. La Commission a aussi sollicité de vulgariser la charte pastorale au sein des communautés, d’ériger un monument sur le site de l’attaque du bateau Tombouctou, survenue le 7 septembre 2023 dans le Cercle de Gourma-Rharous. Il s’agit, en outre, de mettre en place des structures de déradicalisation, de rapprocher la justice des justiciables au besoin par le biais des parajuristes et des conciliateurs de justice, de moraliser davantage la vie publique.

Les participants ont demandé de communiquer dans les langues officielles sur les concepts de paix, de réconciliation nationale et de cohésion sociale, de lutter contre les stigmatisations sociale et raciale, de prévoir le rapatriement et l’accompagnement des démunis qui désirent rentrer au pays. Mais aussi de mettre en place des mécanismes de justice transitionnelle. S’y ajoutent le renforcement de la vigilance pour éviter l’amalgame et l’instrumentalisation des questions communautaires,  l’adoption de mesures d’accompagnement des couches vulnérables et le renforcement de la lutte contre l’impunité.

Il s’agit également de prendre des mesures fortes pour mettre fin aux pratiques esclavagistes. Faire respecter scrupuleusement la réglementation en vigueur des pratiques religieuses (création et ouverture des lieux de culte, organisation des prêches et sermons, programmes d’enseignement, réseaux sociaux), accélérer l’introduction de l’enseignement de nos valeurs sociétales dans les écoles et  médersa, appliquer les conventions, lois nationales et internationales en faveur des personnes vivant avec le handicap font également partie des recommandations.

 

GOUVERNANCE PARTAGEE DE LA PAIX- La Commission a, par ailleurs, demandé d’encourager toutes les initiatives visant à renforcer la résilience des populations face à la crise multidimensionnelle que vit le pays ; de construire un monument à la mémoire des victimes de la crise et des conflits.

Les délégués ont aussi sollicité de promouvoir un financement adéquat et conséquent de la réparation en faveur des victimes des crises  au Mali et de mettre en place une structure pour le suivi et l’évaluation des résultats du Dialogue inter-Maliens pour la paix et la réconciliation nationale. 

Quid des résolutions ? Sur ce chapitre, les participants ont opté pour l’opérationnalisation du concept de «gouvernance partagée de la paix et de la sécurité», qui implique une distribution judicieuse des rôles et des responsabilités entre tous les acteurs de la vie sociale, à savoir les forces armées et de sécurité, l’administration générale, les partis politiques, les organisations de la société civile, les collectivités territoriales, les conseils de village, de quartier et de fraction. Ils ont également recommandé la mise en place d’un comité de sages et d’experts pluridisciplinaires en vue de la rédaction  «d’une charte nationale pour la paix, la cohésion sociale et le vivre ensemble».

Bembablin DOUMBIA

Lire aussi : Aige-Partis politiques : Le calendrier électoral au centre des débats

Sans surprise, la question du chronogramme électoral a dominé, lundi dernier au Centre international de conférences de Bamako (CICB), la réunion d’échanges entre les responsables de l’Autorité indépendante de gestion des élections (Aige) et des partis politiques..

Lire aussi : #Mali : Levée de suspension des activités politiques : Les réactions de la classe politique

Le gouvernement a procédé, mercredi dernier lors du Conseil des ministres, à la levée de suspension des activités des partis politiques et celles à caractère politique des associations. Sans surprise, cette décision a été bien accueillie par la quasi-totalité de la classe politique. Sur .

Lire aussi : #Mali : 1er sommet des chefs d’État de l’#AES : Les grandes décisions à la loupe de l’analyste Boubakar Bocoum 

Dans cet entretien qu’il nous a accordé, l’analyste politique et en économie de guerre au Centre d’études stratégiques «Séné» donne son point de vue sur les grandes décisions du 1er sommet des chefs d’État de l’Alliance des États du Sahel (AES), tenu le samedi dernier à Niamey,.

Lire aussi : #Mali : Complexe agro-industriel de Seydou Blen : Un pas de plus vers la souveraineté alimentaire

Le colonel Assimi Goïta a inauguré, hier, cette usine de six unités de production intégrées. Ce complexe-agro industriel qui crée 400 emplois permanents et 10.000 autres indirects est la réponse d’un ancien footballeur, Seydou Keïta, à l’appel du président de la Transition à la di.

Lire aussi : #Mali : Kung-fu, les disciples de Dragon rouge en séance d’entraînement

Le club Dragon rouge a organisé, dimanche dernier dans l’enceinte de l’école fondamentale de Sirakoro Méguétana, une séance d’entraînement à l’endroit de ses disciples..

Lire aussi : #Mali : Mairie du District : Les résultats encourageants de la délégation spéciale

La 2è session ordinaire 2024 de la Délégation spéciale du District de Bamako s’est ténue, mercredi et jeudi derniers dans les locaux de la mairie de la capitale. L’ouverture des travaux a été présidée par le président de la Délégation spéciale, Balla Traoré, en présence de ses co.

Les articles de l'auteur

Aige-Partis politiques : Le calendrier électoral au centre des débats

Sans surprise, la question du chronogramme électoral a dominé, lundi dernier au Centre international de conférences de Bamako (CICB), la réunion d’échanges entre les responsables de l’Autorité indépendante de gestion des élections (Aige) et des partis politiques..

Par Bembablin DOUMBIA


Publié mercredi 17 juillet 2024 à 13:59

#Mali : Levée de suspension des activités politiques : Les réactions de la classe politique

Le gouvernement a procédé, mercredi dernier lors du Conseil des ministres, à la levée de suspension des activités des partis politiques et celles à caractère politique des associations. Sans surprise, cette décision a été bien accueillie par la quasi-totalité de la classe politique. Sur sa page Facebook, l’ancien Premier ministre Moussa Mara a félicité les autorités pour cette décision «raisonnable» demandée par la majorité des forces vives du pays..

Par Bembablin DOUMBIA


Publié lundi 15 juillet 2024 à 10:03

#Mali : 1er sommet des chefs d’État de l’#AES : Les grandes décisions à la loupe de l’analyste Boubakar Bocoum 

Dans cet entretien qu’il nous a accordé, l’analyste politique et en économie de guerre au Centre d’études stratégiques «Séné» donne son point de vue sur les grandes décisions du 1er sommet des chefs d’État de l’Alliance des États du Sahel (AES), tenu le samedi dernier à Niamey, au Niger. Parmi ces décisions, figurent, entre autres, l’adoption du traité instituant la Confédération de l’AES, la création d’une banque d’investissement et d’un fonds de stabilisation du Sahel..

Par Bembablin DOUMBIA


Publié mardi 09 juillet 2024 à 10:29

#Mali : Complexe agro-industriel de Seydou Blen : Un pas de plus vers la souveraineté alimentaire

Le colonel Assimi Goïta a inauguré, hier, cette usine de six unités de production intégrées. Ce complexe-agro industriel qui crée 400 emplois permanents et 10.000 autres indirects est la réponse d’un ancien footballeur, Seydou Keïta, à l’appel du président de la Transition à la diaspora malienne à investir au pays.

Par Bembablin DOUMBIA


Publié mardi 02 juillet 2024 à 17:46

#Mali : Kung-fu, les disciples de Dragon rouge en séance d’entraînement

Le club Dragon rouge a organisé, dimanche dernier dans l’enceinte de l’école fondamentale de Sirakoro Méguétana, une séance d’entraînement à l’endroit de ses disciples..

Par Bembablin DOUMBIA


Publié lundi 01 juillet 2024 à 14:45

#Mali : Mairie du District : Les résultats encourageants de la délégation spéciale

La 2è session ordinaire 2024 de la Délégation spéciale du District de Bamako s’est ténue, mercredi et jeudi derniers dans les locaux de la mairie de la capitale. L’ouverture des travaux a été présidée par le président de la Délégation spéciale, Balla Traoré, en présence de ses collaborateurs..

Par Bembablin DOUMBIA


Publié jeudi 27 juin 2024 à 17:27

#Mali : Le Mali fait face à trois types de terrorisme

Le chef de l’État a dénoncé cet état de fait en indiquant que les ennemis du Mali essaient de nuire au pays avec la violence meurtrière, le lynchage médiatique et les entraves économiques et financières.

Par Bembablin DOUMBIA


Publié dimanche 23 juin 2024 à 14:10

L’espace des contributions est réservé aux abonnés.
Abonnez-vous pour accéder à cet espace d’échange et contribuer à la discussion.
S’abonner