Somasso : Une journée de reboisement

0
83

                        L’événement s’est déroulé en présence du ministre en charge de l’environnement
Ce sont 1200 pieds d’arbres qui ont été plantés dans la Commune de Somasso à l’occasion de la 3e édition de la journée de reboisement organisée, dimanche dernier, par l’Association pour le développement de Somasso (ADS). L’invité de cette année était le ministre de l’Environnement, de l’Assainissement et du Développement durable, Housseini Amion Guindo. On notait aussi la présence du maire de la Commune rurale de Somasso, Sékou Fané, ainsi que de nombreux ressortissants du village et des acteurs de l’environnement.
L’objectif de cette opération consistait à démontrer que le reboisement est un impératif environnemental qui réussit mieux en action collective. Dans son intervention, le ministre de l’Environnement, de l’Assainissement et du Développement durable a rappelé l’importance du reboisement quand on sait que le peu d’espaces boisés (les réserves forestières) est soumis à une forte pression anthropique, à savoir la coupe abusive de bois, les feux de brousse incontrôlés, le défrichage démesuré de nouveaux espaces en champs de culture, le surpâturage. Face à la situation, Housseini Amion Guindo dira qu’un sursaut national s’impose à tous « si nous voulons véritablement léguer un héritage vital à nos progénitures».

Il a aussi affirmé l’engagement du gouvernement à élaborer une politique nationale qui mettra l’accent sur des actions de résilience au changement climatique avec en toile de fond le reboisement. Le ministre a également tenu à remercier les jeunes, les femmes et surtout les gardiens de nos forêts, notamment les chasseurs et les brigades forestières, tout en les exhortant à travailler main dans la main pour la préservation de nos forêts.
Pour le maire Sékou Fané, la contribution à la lutte contre la désertification, à la résilience au changement climatique, à la sauvegarde de la biodiversité et de nos espaces cultivables passe par ces types d’actions concrètes. «Il nous faut reboiser plus et déboiser moins pour nos besoins vitaux. L’arbre nous soigne, protège notre environnement, absorbe le gaz carbonique et rejette l’oxygène, c’est le poumon de la planète», a-t-il argumenté. Il ajoutera que l’arbre est une immense richesse s’il est correctement entretenu et convenablement exploité. Autrement dit, notre vie sur terre est impossible sans les arbres. « Le reboisement est un impératif environnemental qui réussit mieux en action collective », a insisté Sékou Fané. Selon lui, pour atteindre cet objectif, de nombreux arbres seront plantés et entretenus cette année à Somasso. Il s’agit de 1000 pieds d’écalyptus, 220 pieds d’anacardium et 200 pieds de caïlcédrat. Pour maintenir la dynamique de restauration de la nature, a indiqué l’édile, la population de Somasso, avec l’appuie de l’ADS, s’engage à planter désormais chaque année à la même période des milliers de plants d’espèces locales variées.

Le commandant Boucari Djaricou, ingénieur des eaux et forêts, chef de cantonnement des eaux et forêts de Bla, a expliqué que la nécessité de déboisement est liée au fait qu’une grande partie des besoins de l’homme est lié à l’arbre. Pour le président de l’ADS, Markatié Daou, initiateur de cette journée de reboisement, cet acte est un engagement collectif.  Il a aussi expliqué que des arbres seront plantés dans les années à venir. Il s’agira des arbres qui répondent aux exigences climatiques, environnementales, géographiques et même culturelles, a-t-il précisé.
Envoyée spéciale
Rachel Dan Goïta

Laisser une réponse

P