Mali-BADEA : LES NOUVELLES PRIORITÉS DE LA COOPÉRATION

0
26

Le directeur général de la Badea, Dr Sidi Ould Tah, s’entretenant avec le Premier ministre Boubou Cissé

Le Premier ministre, ministre de l’Economie et des Finances, Dr Boubou Cissé a reçu, hier après-midi, le directeur général de la Banque arabe pour le développement économique en Afrique (Badea), le Mauritanien Dr Sidi Ould Tah. Celui-ci est venu exposer au chef du gouvernement, la nouvelle stratégie de sa banque et passer en revue avec lui, l’état de la coopération avec notre pays.
A sa sortie d’audience, le directeur général de la Badea s’est dit honoré d’avoir été reçu par le Premier ministre, avec qui il a eu des entretiens très cordiaux.
«Le Premier ministre a exprimé les priorités du gouvernement du Mali», a relevé Dr Sidi Ould Tah, qui a dit avoir présenté au chef du gouvernement, la nouvelle stratégie de la Badea, une stratégie parfaitement alignée sur les objectifs de développement durable et l’agenda 2063 de l’Union africaine (UA).
Dr Sidi Ould Tah a saisi également cette opportunité pour passer en revue avec le Premier ministre, l’état de la coopération entre sa banque et la République du Mali. Il a précisé qu’actuellement, le portefeuille de la Badea au Mali couvre des secteurs comme les infrastructures routières, l’agriculture, le commerce, le financement des Petites et moyennes entreprises (PME).
«Ce portefeuille est appelé à se développer davantage au cours des prochaines semaines, car nous avons convenu avec le Premier ministre d’un certain nombre de nouvelles priorités que la Badea s’attèlera rapidement à évaluer», a annoncé Dr Sidi Ould Tah, ajoutant que les lignes de crédits destinées au commerce et au financement des Petites et moyennes entreprises seront renforcées. Il a aussi exprimé la disponibilité de l’institution bancaire à mettre davantage de ressources au service du développement économique et social de notre pays.
Dr Sidi Ould Tah a promis que sa banque travaillerait avec les autorités compétentes pour que sa contribution et tous les fonds arabes soient les plus importants possibles afin de répondre aux impératifs de développement du Mali.

Dieudonné DIAMA

Laisser une réponse

P