Le chef de l’état rencontre le premier ministre japonais

0
95

En marge des travaux de la Ticad VII, le président de la République, Ibrahim Boubacar Keïta, a été l’un des premiers chefs d’Etat à être reçus par le Premier ministre japonais, Shinzo Abe.
Les deux personnalités ont eu un entretien fructueux, a confié le président Keïta, à l’issue de l’audience avec le chef du gouvernement japonais. Le président de la République a expliqué avoir fait avec son hôte du jour un tour d’horizon de la coopération entre nos deux pays (le Mali et le Japon).
Il a aussi souligné que cette coopération se porte bien dans le domaine de la sécurité humaine avec tout ce que cela comporte, la qualification des ressources humaines (capital humain), mais aussi dans le domaine de l’agriculture.
A ce propos, Ibrahim Boubacar Keïta a rappelé que « depuis quelques années, l’ONG japonaise Sasakawa s’intéresse à la promotion de l’agriculture notamment pour les variétés culturales, tels que le maïs, le sorgho et les recherches pour l’amélioration de ces variétés ».
«Il y aussi l’éducation, et Sasakawa accorde beaucoup d’importance à l’innovation. Le Japon, c’est le pays de l’électronique. Dans ce domaine, le Mali est un pays qui a un avenir très prometteur. Nos jeunes gens font des prouesses qui nous surprennent nous-mêmes », a indiqué le président Keïta qui a souligné avoir demandé au Premier ministre japonais la possibilité pour les jeunes Maliens d’aller se former au Japon dans ce domaine et dans d’autres.
Le président de la République a rappelé ensuite que le Japon demeure un pays pilote au plan de la capacité d’innovation en matière médicale. « Tout cela a été accueilli avec beaucoup de valeurs. Dans le domaine de la sécurité, vous avez également le soutien constant du Japon à l’Ecole de maintien de la paix, pas seulement », a-t-il indiqué.
Selon le chef de l’Etat, on sait aussi tout ce qui a été fait par ce pays en matière d’appui à la qualification de nos services de sécurité. Il y a l’apport en matériels, en moyens logistiques, de transport, de communication et de transmission. Tout cela est à mettre à l’actif de la coopération avec le Japon. « Donc c’était un entretien heureux », a conclu Ibrahim Boubacar Keïta.

B. D.

Laisser une réponse

P