Koulouba : L’AMBASSADEUR DE CORÉE PRÉSENTE SES LETTRES DE CRÉANCE AU CHEF DE L’ÉTAT

0
73

                                                         Le président Keïta échange avec le diplomate coréen

Le président de la République, Ibrahim Boubacar Keïta, a reçu vendredi après-midi à Koulouba, l’ambassadeur de la République de Corée, Choi Won Sok, venu lui présenter ses lettres de créance. C’était en présence du ministre des Affaires étrangères et de la Coopération internationale Tiébilé Dramé et du secrétaire général de la présidence, Moustapha Ben Barka.
L’ambassadeur extraordinaire et plénipotentiaire de la République de Corée, accrédité auprès de notre pays, aura sa résidence à Dakar. Né le 16 janvier 1964, il est titulaire d’un diplôme en droit décroché à l’Université de la police nationale de Corée en 1986.
Ensuite, il a obtenu en 1988, une maîtrise en philosophie à l’Université nationale de Séoul (capitale de la République de Corée).
En 1994, il décrochera un master en études internationales à l’Université de Birmingham au Royaume-Uni. Fort de ces diplômes, il a été nommé en octobre 1994, directeur du département sécurité publique de l’Académie centrale de la police.
Ensuite, il occupera le poste de 3è secrétaire à l’ambassade de la République de Corée en France, puis directeur adjoint du bureau de liaison d’Interpol à Bangkok.
En avril 2008, Choi Won Sok est nommé 1er secrétaire à l’ambassade de la République de Corée en Turquie et en juin 2010, il devient le 1er secrétaire de l’ambassade de Corée en France. Après ce poste, il est nommé directeur des missions diplomatiques au ministère des Affaires étrangères de Corée en juin 2012. Et à partir de juillet 2013, il occupe le poste de conseiller à l’ambassade de la Corée en France.
En janvier 2016, Choi Won Sok devient ministre-conseiller à l’ambassade de Corée au Portugal. Il suivra ensuite en février 2017, un cours sur la stratégie nationale à l’Institut de Sejong. C’est suite à ce brillant parcours qu’il a été nommé ambassadeur extraordinaire et plénipotentiaire de son pays accrédité auprès de la République du Mali avec résidence à Dakar.
Après la présentation de ses lettres de créance, le chef de l’Etat et le diplomate coréen ont passé en revue l’état de la coopération entre les deux pays dans la perspective de son renforcement.
A noter que l’ambassadeur Choi Won Sok est marié et père de deux enfants.

Dieudonné DIAMA

 

Levée de l’interdiction des motos : LE OUF DE SOULAGEMENT DES POPULATIONS

Lors de sa récente tournée de cinq jours dans les régions de Mopti et Ségou, le Premier ministre Dr Boubou Cissé a recensé les préoccupations des populations, promettant d’y apporter des solutions le plus vite possible. Ce qui vient d’être le cas avec la suspension de l’interdiction de la circulation des motos et des véhicules pick-up dans les régions de Ségou, Mopti et Tombouctou.
Accompagné de plusieurs membres du gouvernement, le Premier ministre Boubou Cissé a effectué une visite de cinq jours dans les régions de Mopti et Ségou. Lors de cette tournée, l’une des doléances que les populations ont adressées au chef du gouvernement partout où il s’est rendu, c’était la levée des mesures restrictives sur la circulation des motos en cours dans plusieurs localités depuis 2018.
A Ténenkou comme ailleurs, les populations ont sollicité auprès du chef du gouvernement, la levée de cette mesure pour leur permettre d’accéder plus facilement à leurs champs et de vaquer à leurs occupations. Bien avant cette tournée de Dr Boubou Cissé, les organisations humanitaires telles que « Terre des Hommes » et « Médecin sans frontières », dont les agents se déplacent généralement à moto dans ces zones, s’étaient inquiétées des conséquences sanitaires de ces mesures sur les populations.
Des voix s’étaient également élevées pour dénoncer cette mesure pourtant prise dans l’espoir d’améliorer la sécurité dans ces régions, mais qui a eu pour conséquences de réduire les possibilités de transfert vers les centres de santé communautaires (Csref) des malades nécessitant une hospitalisation tout en constituant une entrave aux stratégies de vaccination et d’accès aux soins.
Dans ces localités comme dans d’autres au niveau des régions de Ségou et Mopti en proie à l’insécurité, les motos sont les moyens de transport les plus utilisés par les populations pour se rendre dans leurs champs et aux foires. Mais, il se trouve que ces mêmes engins à deux roues sont les moyens de transport de prédilection dont les terroristes se servent pour commettre leurs forfaits pour ensuite se fondre dans la nature.
C’est face à cette situation que le gouvernement, à travers les autorités militaires, avait pris des mesures interdisant la circulation des motos dans les cercles de Ségou (Macina, Niono), Mopti et Tombouctou. Ces mesures avaient été prises en coordination avec les autorités administratives dans les différentes localités concernées.
La réaction du gouvernement aux sollicitations des populations concernant la levée des mesures restrictives sur la circulation des motos ne s’est pas fait attendre. Dans un communiqué datant du 8 août dernier, le chef d’état-major général des Armées, le général de division Abdoulaye Coulibaly a porté à la connaissance de l’ensemble des populations et en particulier celles résidant dans les régions de Ségou et Mopti et à Tombouctou, la suspension de l’interdiction de la circulation des motos et véhicules pick-up ayant fait l’objet du communiqué n°0001/CEMGA/S-CEM/OPS/COLA du 1er février 2018. Mais le communiqué a précisé par ailleurs, que tout motocycliste ou véhicule pick-up armé non identifié circulant dans ces différentes parties du territoire national sera traité comme une cible militaire.
Le moins que l’on puisse dire, c’est que la tournée du Premier ministre dans les régions de Ségou et Mopti a déjà porté des fruits. On peut citer à cet effet la signature de plusieurs accords d’entente entre communautés, la levée du blocus qui pesait sur plusieurs localités, la reprise de certaines foires hebdomadaires, la libre circulation des personnes qui redevient une réalité dans certaines zones et cette décision concernant la levée des mesures restrictives sur la circulation des motos et pick-up dans les régions de Mopti, Ségou et Tombouctou.

D. D.

Laisser une réponse

P