Initiative «la route et la ceinture» : LE MALI ET LA CHINE SIGNENT UN MÉMORANDUM D’ENTENTE

0
57

En marge de la Rentrée économique, le ministre des Affaires étrangères et de la Coopération internationale, Tiébilé Dramé et l’ambassadeur de la République populaire de la Chine au Mali, Zhu Liying, ont signé, hier, un mémorandum d’entente dans le cadre de l’initiative : «YIDA YILU», autrement dit l’initiative : «la route et la ceinture».

Lancée par le président Xi Jinping en 2013, cette initiative constitue l’une des priorités de la diplomatie chinoise et vise à renforcer les échanges de marchandises, de technologies, de capitaux, de savoirs et de savoir-faire à travers la connectivité et l’apprentissage mutuel avec les pays partageant la même volonté.

Il ne s’agit pas de simples investissements, mais plutôt d’une stratégie de projet évolutif, qui pourrait devenir un nouveau cadre de référence pour la mondialisation.

Pour le ministre Tiébilé Dramé, cette signature de mémorandum doit aussi servir d’occasion de saluer l’excellence des liens de coopération entre nos deux pays, et déterminer les voies et moyens pour mieux tirer profit de cette nouvelle perspective de la coopération chinoise. Le mémorandum, a-t-il précisé, ouvre la voie au développement de la coopération dans plusieurs domaines : infrastructure, culture, communication, commerce.

Il sera un espace de rencontres, d’échanges entre entreprises chinoises et maliennes pour de meilleurs investissements dans des projets structurants.
Le ministre des Affaires étrangères et de la Coopération internationale a rappelé que la coopération amicale Mali-Chine remonte au début des années soixante, avec l’établissement des relations diplomatiques entre les deux pays en octobre 1960. Et depuis, les échanges se sont intensifiés et la coopération s’est développée de façon exemplaire, touchant tous les domaines du développement socio-économique de notre pays.

Il a aussi salué les engagements de la Chine en faveur du continent africain à travers les différents sommets Chine-Afrique dont le tout dernier s’est tenu à Pékin les 3 et 4 septembre 2018. Ce sommet a enregistré la visite de travail du président de la République, les 28 et 31 août 2018 au cours duquel Ibrahim Boubacar Keïta a rencontré son homologue chinois Xi Jinping. Les résultats de cette visite ont été très concluants pour le Mali avec la signature de plusieurs accords dans les domaines de l’énergie et des télécommunications.

Le ministre Dramé a salué le peuple et le gouvernement chinois pour l’aide et le soutien qu’ils ne cessent d’apporter à notre pays pour sa stabilisation et son développement économique et social.
Assurant qu’un bon suivi sera fait des clauses de la présente initiative, il a annoncé aussi des missions d’exploration et d’échanges afin que des experts (techniciens et opérateurs économiques) des deux pays puissent mutuellement s’imprégner des réalités et de l’expérience disponible dans chaque pays pour mieux élargir le champ de la coopération bilatérale.

De son côté, l’ambassadeur de Chine au Mali a remercié le président de la République et le gouvernement pour cette cérémonie hautement solennelle. «Celle-ci témoigne de la plus grande importance accordée aux relations de coopération amicale entre le Mali et la Chine. La belle coïncidence de cette signature avec la Rentrée économique porte une signification particulière, à savoir que l’adhésion du Mali à l’initiative de la nouvelle route de la soie mobilise non seulement le gouvernement, mais aussi et surtout le monde économique. Je trouve ça extrêmement important», a-t-il indiqué.

Zhu Liying a également rappelé qu’en 6 ans, 131 pays (dont 39 pays africains) et 30 organisations internationales ont adhéré à cette initiative. L’assemblée générale des Nations unies l’a adoptée dans son programme de développement durable 2030.

« Face aux risques du protectionnisme économique et de l’unilatéralisme politique dans le monde, face à la tendance égoïste du «chacun pour soi», l’initiative de la nouvelle route de la soie offre une nouvelle plateforme, une nouvelle opportunité pour une nouvelle croissance. Notre principe, c’est le partage : conception en commun, construction en commun, et partage en commun. Contrairement à certains pays, la Chine préconise la politique d’ouverture et de partage», a développé le diplomate chinois qui a formulé le vœu sincère d’un nouvel élan de la coopération sino-malienne propulsée sur la nouvelle route de la soie.

 

Aminata Dindi Sissoko

Laisser une réponse

P