• Mali
  • lundi 27 mai 2019
  • Dernière mise à jour: 07:10
  • 39°C Bamako, Mali

Hôpital du Mali : LA MISSION MÉDICALE CHINOISE OFFRE DES MÉDICAMENTS ET DES ÉQUIPEMENTS

0
512

On connait l’exemplarité de la coopération médicale sino-malienne qui se traduit, non seulement par l’envoi de missions médicales chinoises à l’Hôpital du Mali mais aussi par des remises de médicaments et d’équipements à cet établissement hospitalier de la rive droite. La tradition a été encore respectée puisque la Chine a, une fois de plus, apporté un précieux coup de main à l’Hôpital du Mali en lui remettant, hier dans ses propres installations, des médicaments (des antipaludiques) et des équipements (matériels d’ophtalmologie et de chirurgie).
La sobriété de la cérémonie tranchait nettement avec sa symbolique forte qui a valu la présence du ministre de la Santé et de l’Hygiène publique, Pr Samba Ousmane Sow, et de l’ambassadeur de la Chine dans notre pays, Zhu Liying. Y étaient aussi le secrétaire général du département en charge de la Santé, Dr Mama Coumaré, le directeur général de l’Hôpital du Mali, Ousmane Attaher Dicko, ses collègues des autres Centres hospitalo-universitaires (CHU), et nombre d’invités.
Les médicaments et équipements remis ont coûté un peu plus de 94,8 millions de Fcfa et permettront de renforcer les capacités de diagnostic et de prise en charge de nos compatriotes qui ont recours à l’Hôpital du Mali. En d’autres termes, ces produits pharmaceutiques et équipements apporteront aussi un véritable bol d’air à cet hôpital hyper sollicité du fait de ses compétences mais aussi du sérieux de son administration. Il faut rappeler que la Chine s’est inscrite dans une coopération médicale avec les pays du Sud, c’est-à-dire ceux en développement, notamment le nôtre. Nos deux pays entretiennent, depuis plus de 50 ans maintenant, une exemplaire coopération médicale qui continue d’administrer la preuve de son utilité. La province de Zhejiang, envoie depuis que cette coopération médicale a pris corps des praticiens chinois dans notre pays. Ceux-ci officient dans nos établissements de soins, un peu partout à Markala, Kati et Sikasso. Mais depuis quelque temps, cette coopération a été recentrée et les missions médicales chinoises ne travaillent plus qu’à l’Hôpital du Mali.
On prête à la médecine du géant asiatique de nombreuses vertus, et cela à juste raison. Les médecins chinois qui exercent à l’Hôpital du Mali, le font en parfaite intelligence avec les praticiens maliens, et apportent expertise et innovation dans la prise en charge de certains problèmes de santé publique. Cette complémentarité apporte une plus value à l’établissement hospitalier qui s’emploie à répondre aux préoccupations de nos compatriotes avec les bonnes compétences dans de nombreuses spécialités et un plateau technique de pointe, notamment un arsenal de diagnostic ultra moderne avec un scanner, un appareil IRM (Imagerie par résonance magnétique) et d’autres équipements modernes.
Pour l’ambassadeur de Chine, la présence du ministre à la cérémonie apporte un soutien fort du gouvernement au travail de la Mission médicale chinoise. Le diplomate a aussi rappelé qu’à l’occasion du 50è anniversaire de la coopération médicale sino-malienne, le président de la République, Ibrahim Boubacar Keita, avait organisé une cérémonie solennelle et émouvante pour souligner l’importance accordée à la coopération entre nos deux pays en général, et à la coopération médicale en particulier.
En outre, il a réitéré la volonté forte de la partie chinoise à renforcer encore cette coopération et mener la réforme sur la base des expériences par le passé pour rendre la coopération encore plus efficace et fructueuse. Zhu Liying a également évoqué l’intérêt partagé par nos deux pays qui cherchent tous à réformer leur système de santé pour accroitre le bien-être de la population. L’ambassadeur de la Chine a insisté sur l’exemplarité de la coopération médicale sino-malienne parce que c’est un travail quotidien qui continue depuis plus d’un demi siècle sans interruption. Pour lui, aucune autre « coopération n’en est comparable ».
A sa suite, le directeur général de l’Hôpital du Mali a témoigné de sa joie d’accueillir un beau parterre de personnalités et de responsables. Il a aussi rappelé que son établissement travaille en parfaite harmonie avec les autres structures hospitalières. Pour lui, les médicaments et équipements reçus permettront d’améliorer les travaux techniques de l’hôpital et de mieux prendre en charge les malades.
Pour le ministre de la Santé et de l’Hygiène publique, cette cérémonie concrétise une des clauses de l’accord qui régit la présence de la Mission médicale chinoise dans notre pays et constitue incontestablement l’une des nombreuses marques de la longue amitié entre nos deux peuples. « Ce précieux don contribuera très certainement au traitement efficace de diverses pathologies qui seront diagnostiquées dans les différents services de l’hôpital », a expliqué le Pr Samba Ousmane Sow.
Par ailleurs, le ministre Sow a relevé que ce geste qu’accomplit la Chine à travers le présent don, est la preuve d’une amitié sincère envers le peuple malien. Il est aussi la preuve d’un engagement et d’une collaboration sans faille entre professionnels chinois et maliens pour l’amélioration de la santé des populations. Pour lui, la parfaite collaboration entre les praticiens chinois et leurs collègues maliens est un gage de succès et de qualité de la prise en charge des patients.
Comme on pouvait en douter, la question de la réforme de notre système de santé s’est invitée dans le débat. A ce propos, le ministre de la Santé et de l’Hygiène publique a clairement expliqué les orientations à donner à cette mue. A en croire le ministre Sow, la reforme doit permettre d’améliorer le plateau technique de nos structures de soins, mais aussi les conditions de travail, les recettes et les ristournes.
Il a rappelé l’urgence et la nécessité de s’inscrire dans l’amélioration du bien-être de nos compatriotes, dont il a, aujourd’hui, la responsabilité de la santé. Il a requis l’accompagnement de tous puisque le processus ne vise que l’intérêt général. Le Pr Samba Ousmane Sow a aussi souligné la volonté des partenaires à accompagner le processus. A ce propos, son département a enregistré des intentions de contributions de plus de 240 millions de dollars (soit un peu plus de 120 milliards de Fcfa) par les partenaires techniques et financiers. Or, la réforme nécessitera un peu plus de 70 milliards en 5 ans.
Il est utile de toujours rappeler, la nécessité pour nos établissements hospitaliers de 3è référence de véritablement rentrer dans l’ère de la technologie de pointe, mais surtout de pouvoir répondre constamment aux préoccupations des malades et autres usagers, comme le font les premiers de la classe, notamment l’Hôpital du Mali. Vivement des structures hospitalières en mesure de répondre à toutes les sollicitations.


Bréhima DOUMBIA

]]>

Partager cet article ! :

Laisser une réponse