Fête de l’Aïd El Kebir : Prière pour une paix durable sur l’ensemble du territoire

0
11

Le chef de l’Etat, à l’issue de la séance solennelle de prière à la Grande mosquée, a émis le souhait que dans tous les cœurs, les sentiments d’apaisement et d’amour prennent le pas sur des sentiments de rejet et de haine qui sont non conformes à nos habitudes culturelles

Le président de la République, Ibrahim Boubacar Keïta, a pris part, dimanche matin, à la prière à la Grande mosquée Roi Fayçal de Bamako, à l’occasion de la célébration de la fête de Tabaski. C‘était en présence du Premier ministre, Dr Boubou Cissé, des chefs d’institutions de la République et de plusieurs membres du gouvernement.

Lors de la prière, le sermon de l’imam de la Grande mosquée de Bamako, Kokè Kallé, a porté sur la paix. L’imam a appelé à éviter les conflits qui ont des conséquences incommensurables. Prêchant la paix et l’entente tout en s’appuyant sur le saint Coran, il a exhorté les uns et les autres à inscrire leurs actions de tous les jours dans cette dynamique.

Après la prière, le président de la République a souhaité que la signature des accords de paix, intervenue lors de la récente tournée du Premier ministre dans les Régions de Mopti et Ségou, soit le prélude d’une paix durable et réelle dans notre pays. Il prie pour que l’exemple de Macina se répercute comme une onde de bonheur sur l’ensemble du pays.

“Que l’exemple de Macina se répercute comme une onde de bonheur” a souhaité le chef de l’Etat

Le chef de l’Etat a également formulé des vœux de paix pour notre pays. «Je voudrais profiter de ma présence dans cette mosquée Fayçal après la prière de l’Aïd Al-Adha pour souhaiter le meilleur à ce peuple malien qui le mérite», a prié le président Keïta, soulignant que le peuple malien en a besoin. Le président de la République a ensuite souhaité que dans tous les cœurs, les sentiments d’apaisement et d’amour prennent le pas sur des sentiments de rejet et de haine qui ne nous sont pas habituels et non conformes à nos habitudes culturelles et civilisationnelles.

Pour Ibrahim Boubacar Keïta, le Mali est un pays de rencontres, de paix et de foi. Il voudrait que cela soit désormais au cœur de toutes les actions et que chaque fois, l’on se souvienne de ceux qui furent et qui n’ont pas démérité. Il a imploré Dieu afin qu’Il prenne ce pays en pitié et le préserve à cause de ce qu’il est dans sa profondeur, de ce qu’il a toujours été et de l’humanisme profond qui l’imprègne et qui l’a imprégné au long des siècles. Aussi, il a prié Dieu d’exaucer les prières et supplications faites. Mais également, d’entendre tous ceux-là qui sont aujourd’hui en pèlerinage en les lieux saints de l’islam et qui n’ont cessé de prier pour le Mali. Dans sa miséricorde et dans son omnipotence, dira-t-il, Dieu les a entendus.

Selon le chef de l’Etat, cette pluie bienfaisante qui a arrosé Arafat a été un bonheur absolu et un signe. «Je souhaite que cette pluie qui a arrosé le mont Arafat et les pèlerins soit de celles dont le Mali sera gratifié», a ajouté le chef de l’Etat qui a souhaité une pluie bienfaisante qui permette de bonnes récoltes, un bon vivre ensemble renouvelé «surtout en ces temps où nos parents retournent en des lieux d’où ils étaient partis du fait de violences et de situations contraires, assurés d’y trouver gîtes et nourriture…»

Le président de la République est revenu sur les récentes visites du chef du gouvernement dans les Régions de Mopti et de Ségou, au cours desquelles, Boubou Cissé a eu souci de faire en sorte que cette période dite de soudure soit la moins douloureuse possible. Mais également que les cœurs se reprennent. Il a rappelé la cérémonie de signature d’accord d’entente entre les communautés à Macina qui a magnifié cette tournée, souhaitant que cela soit le prélude d’une paix durable et réelle non seulement des cœurs, mais de l’ensemble du pays. «Que l’exemple de Macina se répercute comme une onde de bonheur sur l’ensemble du Mali. C’est le vœu que je formule aujourd’hui en ces lieux saints», a précisé le chef de l’Etat. Le président Keïta a souhaité que notre pays entier reprenne ses chemins de gloire historique, de convivialité et de fraternité qui sont les seules voies conformes à son destin.

Avant de quitter la Grande mosquée, le chef de l’Etat a reçu les vœux de l’imam Koké Kallé et des notabilités de la capitale. Il a reçu les salutations des présidents des institutions, des membres du gouvernement et des ambassadeurs.

Dieudonné Diama
L’ESSOR

Laisser une réponse

P