• Mali
  • mardi 21 mai 2019
  • Dernière mise à jour: 01:03
  • 39°C Bamako, Mali

École de maintien de la paix Alioune Blondin Bèye : LE JAPON RENFORCE SA CONTRIBUTION

0
372

En 10 ans de partenariat, la contribution de l’Empire du Soleil levant est estimée à 2,3
milliards de Fcfa et a permis de construire plusieurs bâtiments et de former plus de 500 stagiaires venus de plusieurs pays de la sous-région


Le ministre japonais Masahisa Sato et le général
Cheick Fanta Mady Dembélé lors de leur audience


Dans le cadre du renforcement de la coopération entre le Mali et le Japon, l’Ecole de maintien de la paix, Alioune Blondin Bèye, a accueilli, lundi dernier, le ministre délégué auprès du ministre des Affaires étrangères du Japon, Masahisa Sato qui était accompagné de l’ambassadeur du Japon dans notre pays, Daisuke Koruki.
Après le cérémonial d’accueil, le ministre nippon et le directeur de l’Ecole de maintien de la paix, le général Cheick Fanta Mady Dembélé, ont eu un bref entretien. Ensuite, le visiteur de marque a assisté à une séance de projection sur la présentation de l’Ecole par le commissaire principal Baba Mariko, chef de la composante police de ladite école. Cette présentation était basée sur quatre points essentiels; à savoir : l’historique, les différentes missions, la vision et les perspectives à court, moyen et long termes de l’école sous-régionale. A travers cette présentation, l’on pouvait retenir qu’en 10 ans de partenariat, la contribution de l’Empire du Soleil levant est estimée à 2,3 milliards de Fcfa. Cette contribution a permis de former plus de 500 stagiaires venus de plusieurs pays de la sous-région, de construire plusieurs bâtiments dont le bloc de la direction générale, la nouvelle cuisine, le bloc des dortoirs.
Par ailleurs, à travers la présentation, le commissaire principal n’a pas manqué de souligner que la dernière contribution du Japon s’élève à environ à 329.000 dollars (190 millions F cfa) destinée à l’acquisition de nouveaux véhicules d’exercice et de mission.
Après la séance de présentation, le ministre délégué auprès du ministre des Affaires étrangères du Japon a eu droit à une visite guidée des locaux de l’établissement civilo-militaire. La visite était dirigée par le directeur de l’instruction de l’Ecole, le lieutenant-colonel Aliou Bagayoko. A la fin de la visite guidée, le ministre japonais a indiqué que l’objectif de ce déplacement était de voir le soutien du Japon sur place, et de mesurer l’impact de la contribution financière de son pays au profit de cette école. « Je voulais aussi voir cette école pour considérer une éventuelle prochaine coopération avec cette structure», a annoncé le ministre. « Grâce au briefing et la visite guidée au sein de cette école, j’ai pu constater l’importance de cette école non seulement pour le Mali, mais aussi dans la région du Sahel. Dans l’avenir, cette école sera très importante pour le continent », a-t-il déclaré. S’exprimant sur la lutte contre le terrorisme dans la sous-région, Masahisa Sato a ajouté : «Nous ne pouvons pas faire la coopération de façon militaire, mais nous voulons contribuer à la stabilité du pays à travers le renforcement des capacités de l’armée malienne, mais aussi du personnel onusien. Pour faire face aux menaces d’attaques terroristes, le moyen militaire est  une option, le moyen policier et la coopération dans le domaine civil sont aussi importants.
C’est pourquoi, nous voulons mettre l’accent sur ces deux domaines et aussi nous voulons effectuer d’autres coopérations, notamment dans le domaine du développement», a indiqué Masahisa Sato.
Pour sa part, le directeur de l’Ecole de maintien de la paix s’est dit honoré que le ministre japonais ait parcouru autant de chemin pour venir constater sur le terrain la situation de l’Ecole. « Nous lui avons exposé notre vision, comment nous comptons désormais conduire les affaires au sein de cette Ecole, en la projetant sur de nouvelles perspectives. Nous nous réjouissons de la convergence de vue sur certaines questions. Le ministre à travers ses services ici et nous-mêmes allons continuer à échanger », a confié le général Dembelé.
Aboubacar TRAORé

Partager cet article ! :

Laisser une réponse