Concours national d’orthographe et de lecture : La lauréate est Habibatou Bah du complexe scolaire «Samdech Hun Sen»

0
482
Les trois gagnants, dont la première au milieu, avec chacun son ordinateur

La 6è édition du Concours national d’orthographe et de lecture (CNOL-Mali) sur le thème : «Concilier un Mali fort et indivisible à travers une école excellente et émergente» a connu, le week-end dernier, son épilogue à Ségou. La grande finale du concours a opposé la candidate de l’Académie de Bamako-rive droite, Habibatou Bah, élève en 11e sciences au Complexe scolaire «Samdech Hun Sen» au candidat de l’Académie Bamako-rive gauche, Boubacar Sylla, élève en 12e sciences économiques et sociales (TSECO) au lycée «Prosper Kamara».
La compétition s’est déroulée de la manière suivante. A l’appel du candidat, celui-ci passe retirer 6 fois le numéro d’une phrase dans un sceau. L’un des jurés, le professeur de lettres Drissa Coulibaly, lit cette phrase à haute et intelligible voix. Il demande ensuite au candidat d’épeler à haute et intelligible voix un mot dans cette phrase. Celui-ci lit ensuite le texte intégral d’un auteur africain et explique l’idée générale du texte.
Le président du jury, le professeur de lettres Banna Moussa Bakhaga, était chargé de noter les candidats. La candidate de l’Académie de Bamako-rive gauche qui a totalisé 9,80 points contre 6,80 points pour son adversaire, a remporté le concours. La troisième marche du podium a été occupée par Hadissatou Sy, élève en 12e langues littératures «LLT » au lycée privée «Hella Diallo» de Koutiala. La lauréate du concours a reçu de nombreux présents, notamment des livres de conjugaison, d’orthographe, de grammaire, des cahiers, un bloc-note, des romans africains, une médaille d’or et un ordinateur portable HP, offerts par l’Association «Bi Kalanko» et ses partenaires. Les autres lauréats, les membres du jury et les encadreurs des candidats ont reçu aussi des récompenses.
Dans son intervention, le président de l’Association juvénile «Bi Kalanko», Souleymane Diarra, a expliqué que les origines de la crise scolaire sont profondes mais aussi endogènes et exogènes. Et la recherche d’une solution pérenne nécessite donc l’union sacrée autour de l’école, car celle-ci est notre patrimoine commun, a-t-il fait remarquer.
Par ailleurs, il a souhaité un consensus national, un dialogue inclusif pour sortir l’école de cette spirale de grève qui hypothétique l’avenir de nos enfants et de la nation malienne.
La marraine nationale du CNOL-Mali, la députée Mme Togola Jacqueline Marie Nana, a invité les jeunes scolaires à lire davantage afin d’améliorer leur niveau. Le conseiller aux affaires administratives et juridiques du gouverneur de Ségou, Issa Koné, a aussi invité les élèves à lire pour se perfectionner. Un des temps forts des activités de Ségou était aussi la conférence-débat sur le thème : «Réseaux sociaux, un fléau sur l’école malienne», animée par le président de la communauté des blogueurs du Mali, Abdoulaye Guindo.
Ce concours national a été organisé par l’Association «Bi Kalanko» en partenariat avec le ministère de l’Education nationale et d’autres partenaires.
Sidi Y. WAGUé

]]>

Laisser une réponse

P