Chine : À la découverte de la culture du Sichuan

0
127

Notre carnet de voyage en Chine vous emmène dans la province du Sichuan. La capitale de cette province Chengdu est située au sud-ouest du pays, à plus de 1700 km de Pékin. Ici, dans la capitale provinciale, les visites de terrain ont concerné le groupe de presse multimédia « The Cover » (autrement dit « La Couverture ») qui excelle dans la fusion des médias traditionnels et innovants.

Elle dispose de 10 chaînes de télévision, dont 3 diffusent par satellite en direction de l’Europe et les 7 autres dans la région de l’Asie du Pacifique 24 heures sur 24. Les émissions sont produites dans 17 studios ultramodernes, dont la plus grande peut accueillir jusqu’à 400 spectateurs.

La cerise sur le gâteau est que ce groupe multimédias dispose d’équipements de reportage innovants comme l’hélicoptère ou des dizaines de drones qui sont lancés sur le terrain pour collecter et diffuser en temps réel les informations sur le terrain. L’équipe a fait une démonstration d’utilisation d’un drone pour filmer et diffuser sur les médias notre passage dans leurs locaux.

La concurrente de ce groupe multimédias est une station de radio et télévision de la province du Sichuan. Même, si elle ne dispose pas d’hélicoptères ou de drones pour faire son travail sur le terrain, elle émet sur 9 stations FM, 10 chaînes de télévision, dont 3 par satellite.

Elle évolue aussi dans le domaine des multimédias pour être en phase avec les aspirations des jeunes qui consultent moins les médias traditionnels, mais, restent scotchés à leurs téléphones portables en permanence. Évoluant dans le même créneau de communication que les premiers, News net Media Group produit des courts métrages, utilise des plateformes de diffusion et de transmission de vidéos, de contenus originaux et relaie en permanence les actualités politiques, économiques, culturelles, sportives et récréatives.

Le séjour dans la capitale provinciale du Sichuan s’est prolongé au musée de la planification et de l’aménagement urbain du nouveau district Tianfu, dont relève Chengdu. L’aménagement du territoire de ce district prévoit la construction d’un 2è aéroport, l’agrandissement du réseau ferroviaire du métro pour atteindre à l’horizon 2030, les 1600 km de lignes contre seulement 600 actuellement, d’une cité universitaire ultramoderne à l’instar de la Silicone vallée aux États-Unis d’Amérique.

La visite la plus emblématique de cette province de près de 90 millions d’habitants est le centre de recherche et de reproduction du panda géant à Chengdu. Dans un parc naturel où pousse à foison le bambou, le végétal favori de cet animal au pelage noir-blanc, une centaine d’espèces composées essentiellement de femelles avec leurs petits paissent tranquillement dans ce paysage verdoyant.

Les écriteaux en langues chinoise et anglaise mettent en garde les visiteurs à ne pas escalader les barrières qui séparent les animaux des spectateurs. En effet, le panda est un animal sauvage qui se nourrit de feuilles de bambou, mais il est aussi carnivore à l’occasion.

PALAIS IMPÉRIAL- Cette même bienveillance envers la culture a été perçue par les visiteurs qui se sont rendus dans deux autres localités de la province du Sichuan.

Tout d’abord, il faudra souligner que le parcours en bus sur les 300 km qui séparent ces deux localités de la capitale provinciale a été des plus doux et agréable. Point de crevasses sur les voies bitumées, les larges artères, les échangeurs multiples érigés en rase campagne et la dizaine de tunnels en parallèle pour les deux sens aller et retour ont émerveillé les visiteurs.

Ensuite, les visites au site archéologique de la localité de Sanxingdui qui regorge de vestiges de la civilisation chinoise dans la vallée du fleuve Yangtsé et les reliques de la ville antique de Langzhong, d’où est née la célébration du nouvel an chinois, sont des souvenirs qui retracent le passé historique et glorieux de la Chine.

Concernant le nouvel an chinois qui est célébré selon le calendrier lunaire de 29 ou 30 jours, chaque citoyen se fait un point d’honneur de rejoindre par tous les moyens possibles les siens au village pour fêter 7 jours durant cet événement culturel important. À l’occasion, tous les moyens de transport sont pris d’assaut par des millions de Chinois qui tiennent coûte que coûte à célébrer avec les leurs cette fête.

Au palais impérial de cette même cité, étaient organisés les examens pour devenir fonctionnaires de la Cour impériale. Les candidats affluaient de toute la province pour rejoindre le centre d’examens. Les nantis venaient à dos de cheval tandis que les plus pauvres devraient se contenter de la marche à pied pour rejoindre le centre. Ces derniers pouvaient passer des mois sur le chemin avant de rejoindre le centre.

Une fois sur place, tous les candidats étaient logés à la même enseigne, chacun devant apporter de quoi se prendre en charge pendant les 7 jours que devront durer les épreuves. Les élèves étaient consignés chacun dans son espace d’à peine 1 mètre carré.

Chacun avait à sa disposition tout le matériel didactique, sa nourriture et son pot pour ses besoins pendant toute la durée des épreuves qui consistaient à savoir écrire un poème, donner le sens des mots et savoir écrire comme un calligraphe dans la langue chinoise. Aucune limite d’âge n’était imposée aux candidats. Les tricheries étaient sévèrement punies sur la place publique de la cité.

Le palais impérial expose les portraits des 4 meilleurs candidats de leur temps qui ont passé avec brio les examens à des âges avancés (46, 62, 69 et 72 ans!). Fait notable, ces quatre étaient tous des cousins de deux familles. Une animation folklorique avec de jeunes dames qui dansaient au rythme de la musique du terroir a mis fin à la visite inoubliable et pleine de souvenirs dans la province du Sichuan.

Envoyé spécial
Moriba COULIBALY

Laisser une réponse

P