Campagne de reboisement : La mine d’or de Loulo, un exemple à suivre

0
43

Chaque année, pendant l’hivernage, le ministère de l’Environnement, de l’Assainissement et du Développement durable organise la campagne nationale de reboisement.

Pour cette année, la campagne a été lancée samedi dernier sur la berge du fleuve Niger. Et lundi dernier, le ministre Housseini Amion Guindo, a procédé, à la plantation d’arbres sur un site de réhabilitation de la société Barrick de la mine d’or de Loulo. L’événement qui a regroupé sur le site de Gara plusieurs acteurs du secteur de l’environnement, a enregistré la présence du directeur national des eaux et forêts, l’inspecteur général Mamadou Gakou. Etaient présents également, le directeur des opérations de la société Barrick, Lancina Cissé et son collègue en charge de l’environnement, Moussa Kanté.

Située à environ 500 km de Bamako et 300 km de la région de Kayes, Loulo est connue à travers sa mine d’or. Son choix relève du fait qu’elle entreprend plusieurs actions en matière de restauration des écosystèmes forestiers et de sauvegarde des espèces de flore et de la faune sauvage. « Cette faune sauvage qui migrait vers les pays voisins est aujourd’hui protégée grâce au suivi rigoureux des mesures de protection environnementale du site minier de Loulo », a indiqué le ministre Guindo. Selon lui, cet évènement est une heureuse occasion pour féliciter les responsables de la mine pour leur souci constant de préserver et conserver la diversité biologique.

Concernant la plantation d’arbres sur le site de Gara, le ministre Guindo a noté que ceci sera un partenariat entre son département et la société Barrick. Ce partenariat, selon lui, visera à sensibiliser les orpailleurs à entreprendre des actions d’envergure pour restaurer les anciens sites miniers, à protéger et conserver les espèces de la faune et de la flore sauvage menacées d’extinction.

Se prononçant sur les buts de la campagne, Housseini Amion Guindo a souligné que ceux-ci visent à sensibiliser l’opinion sur les enjeux de la dégradation des ressources naturelles. S’y ajoutent, la nécessité de récupérer les terres marginales, l’embellissement des agglomérations, la conservation de la biodiversité ainsi que la lutte contre la désertification et le changement climatique. « Je garde l’espoir que d’autres partenaires entreprendront les mêmes activités de reboisement et de restauration des écosystèmes », a-t-il conclu.

De son côté, le directeur des opérations de Barrick a rappelé que sa société, dans ses axes stratégiques, tient beaucoup au développement durable. « Ce qui passe forcément par la protection et la conservation du milieu naturel sur nos différents sites miniers », a-t-il affirmé.

Découverte en 1997, la mine de Loulo emploie environ 4000 personnes. « L’année dernière, plus de 19.000 arbres ont été plantés sur plus de 156 hectares. Cette année, il est prévu de planter 23.000 arbres sur plus de 150 hectares. La mine de Loulo a déjà planté près de 54.937 arbres et réhabilité 335 hectares.

S’exprimant sur leurs différents programmes de protection de l’environnement, Moussa Kanté, le chargé de l’environnement, a notamment évoqué la gestion des déchets à travers la fabrication des pavés et le recyclage des pneus, la gestion de la poussière, le suivi des animaux sauvages à travers les caméras de surveillance. A cela s’ajoute la politique d’interdiction de toucher aux animaux sauvages, notamment le serpent. « Pour cette campagne, nous envisageons de planter à peu près 13 millions de plantes sur plus de 34.000 hectares à travers le Mali. Ces activités seront menées par toutes les catégories d’acteurs. Il s’agit, entre autres, des collectivités, des services techniques, des associations, des projets… », a laissé entendre le directeur national des eaux et forêts.

Mariam F. Diabaté
L’ESSOR

Laisser une réponse

P